Écrit : Parfum du véritable amour

PARFUM DU VERITABLE AMOUR

Gilles SERVITEUR (mars 2013)

 

Bientôt, nous-mêmes et plusieurs, sommes appelés à vivre la Pâque. Ce sont des choses profondes, pour nous apprendre à connaître l’intimité avec Notre Père Céleste, comme le Maître Yahshua Ha Mashiah nous y a appelés par son exemple et par la croix. Il veut nous apprendre ce que veut dire enseigner la croix, ce qu’est la mort du Maître et son parfum d’amour. Ce que doit être notre mort afin que son parfum d’amour donne la vie.

Mais le chemin pour se rendre à cet amour, à cette vie est une chose extrêmement douloureuse. Il est plein d’épines, il nous brise et nous dévore, et vous n’êtes pas seuls à vivre ces choses. Ha Mashiah a vécu la douleur, et les prophètes et ceux qui ont suivi Ha Mashiah ont vécu cette même douleur, pour apprendre à connaître véritablement la mort de la chair et la vie du Père en nous par Ha Mashiah.

Psaume 42.3-5a Mes larmes sont ma nourriture jour et nuit, Pendant qu’on me dit sans cesse : Où est ton Dieu ?  Je me rappelle avec effusion de cœur Quand je marchais, entouré de la foule, Et que je m’avançais à sa tête vers la maison de Dieu, Au milieu des cris de joie et des actions de grâces D’une multitude en fête.  Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi?

v. 5a Quand vous êtes entourés de gens et que vous allez à une église où il y a beaucoup de personnes, vous croyez que les choses vont bien.

Mais le Maître, Lui, sait que vous n’êtes pas prêt de Lui. Il vous approche et les gens vous regardent.

Pourquoi agis-tu ainsi ?

Qui est ton Elohim qui est différent du nôtre ?  Montre-nous !

Les prophètes ont vécus ces choses et vous allez les vivre si vous voulez connaitre Mashiah et le Père.

Psaume 42.5b-11 Espère en Dieu, car je le louerai encore ; Il est mon salut et mon Dieu  Mon âme est abattue au dedans de moi : Aussi c’est à toi que je pense, depuis le pays du Jourdain, Depuis l’Hermon, depuis la montagne de Mitsear.  Un flot appelle un autre flot au bruit de tes ondées ; Toutes tes vagues et tous tes flots passent sur moi.  Le jour, l’Eternel m’accordait sa grâce ; La nuit, je chantais ses louanges, J’adressais une prière au Dieu de ma vie.  Je dis à Dieu, mon rocher : Pourquoi m’oublies-tu ? Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse, Sous l’oppression de l’ennemi ?  Mes os se brisent quand mes persécuteurs m’outragent, En me disant sans cesse : Où est ton Dieu ?  Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ; Il est mon salut et mon Dieu.

Je vous assure que lorsqu’Il vous amène dans le fond de la vague, vous ressentez et vous dites : « Où es-tu Père ? Mon âme gémit ! Ne me laisse pas là ! Mais je sais que tu vis, tu es mon sauveur ! » Et lorsqu’Il vous amène dans ce creux, vous n’avez pas l’impression que vous allez en ressortir, et pourtant, les promesses sont là, et pourtant, Il peut même vous dire qu’Il vous aime, vous pleurez et vous dites oui mais… Papa ! Et les autres disent où est-il ton Elohim ?

Lamentations 1.11-14 Tout son peuple soupire, il cherche du pain ; Ils ont donné leurs choses précieuses pour de la nourriture, Afin de ranimer leur vie.-Vois, Eternel, regarde comme je suis avilie !  Je m’adresse à vous, à vous tous qui passez ici ! Regardez et voyez s’il est une douleur pareille à ma douleur, A celle dont j’ai été frappée ! L’Eternel m’a affligée au jour de son ardente colère.  D’en haut il a lancé dans mes os un feu qui les dévore ; Il a tendu un filet sous mes pieds, Il m’a fait tomber en arrière ; Il m’a jetée dans la désolation, dans une langueur de tous les jours.  Sa main a lié le joug de mes iniquités ; Elles se sont entrelacées, appliquées sur mon cou ; Il a brisé ma force ; Le Seigneur m’a livrée à des mains auxquelles je ne puis résister.

On ne parle pas simplement ici de mains humaines, spirituellement vous êtes brisés. Satan vous réclame, il sait que vous êtes l’aimé du Tout Puissant, mais il veut vous briser.

Les prophètes ont senti les attaques, pas seulement celles des hommes. Ils ont crié et ont connu encore d’avantage l’intimité avec le créateur Tout Puissant parce qu’ils ont été persévérants avec Lui malgré ces douleurs.

Lamentation 3.1-13 Je suis l’homme qui a vu la misère Sous la verge de sa fureur.  Il m’a conduit, mené dans les ténèbres, Et non dans la lumière.  Contre moi il tourne et retourne sa main Tout le jour.  Il a fait dépérir ma chair et ma peau, Il a brisé mes os.  Il a bâti autour de moi, Il m’a environné de poison et de douleur.  Il me fait habiter dans les ténèbres, Comme ceux qui sont morts dès longtemps.  Il m’a entouré d’un mur, pour que je ne sorte pas; Il m’a donné de pesantes chaînes.   J’ai beau crier et implorer du secours, Il ne laisse pas accès à ma prière.  Il a fermé mon chemin avec des pierres de taille, Il a détruit mes sentiers.  Il a été pour moi un ours en embuscade, Un lion dans un lieu caché.  Il a détourné mes voies, il m’a déchiré, Il m’a jeté dans la désolation.  Il a tendu son arc, et il m’a placé Comme un but pour sa flèche.  Il a fait entrer dans mes reins Les traits de son carquois.

Jérémie  dans sa jeunesse a entendu le Créateur lui parler plusieurs fois. Il a reçu des promesses énormes, par exemple qu’il parlerait même avec des rois, et voilà que la vie de Jérémie est douleurs, ronces, elle est comme un martyre chaque jour, et pourtant Papa travaille, il travaille son ministère et il travaille ceux qui lisent Jérémie. Vous devez comprendre par quel chemin, nous, les hommes iniques nous passons, afin de mourir à notre iniquité, afin d’amener la justice, la sainteté, le parfum d’Ha Mashiah pour les autres.

C’est toute notre vie, ce n’est pas une chose simple, celui qui veut retenir cela, qui veut vivre pour lui-même mourra, mais celui qui mourra avec les prophètes, avec le Père avec Mashiah, vivra et fera vivre les autres.

Les premières fois que nous lisons la bible, parce que nous sommes humains, nous la lisons de façon plutôt superficielle. Ce n’est pas parce que nous le voulons, cela même si la parole nous bouscule, nous interpelle. Le Maître, notre Adonaï connaît très bien notre manque à ce niveau et il travaille pour briser la carapace humaine, forgée en nous par des années de protection et de sciences religieuses fausses, de préjugés et de bien d’autres choses, tout cela ficelé solidement sur nous par des fils d’orgueil. On ne me touchera pas, je sais.

Puis Yahuah permet que nous soyons brisés, déchirés, humiliés après nous avoir donné de grandes promesses.

Ce n’est pas par plaisir qu’Il le permet mais bien pour que ses élus, qu’Il a choisi, soient délivrés des chaines qui les retiennent et qu’un collyre soit sur leurs yeux afin qu’ils voient le véritable chemin.

Lamentations 3.31-33 Car le Seigneur Ne rejette pas à toujours.  Mais, lorsqu’il afflige, Il a compassion selon sa grande miséricorde ;  Car ce n’est pas volontiers qu’il humilie Et qu’il afflige les enfants des hommes.

Aussi, après des années de douleurs, de combats, de défaites et de victoires ceux qui persévèrent commencent réellement, s’ils demeurent honnêtes avec la parole, à comprendre les sentiments de prophètes et des apôtres bibliques, et la réelle portée, la réelle profondeur de leurs paroles, ce qu’ils veulent réellement partager aux élus et qui vient de la part du Tout Puissant.

Dimanche passé, une personne a contacté par écrit sur internet mon épouse et moi-même, c’est mon épouse qui lui a répondu.

Dans ces mots, nous pouvions toucher sa douleur, elle venait d’être trahie et humiliée devant d’autres croyants par quelqu’un de très proche d’elle, une confidente, une amie qu’elle croyait sincère et très proche en tout cas elle le croyait. C’est parmi les pires trahisons. Quelqu’un très loin de nous, que l’on peut connaître comme notre ennemi, ça ne nous fait pas si mal et on peut bénir, mais quelqu’un qui tient une partie de notre cœur, de ce que l’on est, nos sentiments et qui nous trahit sur la place publique, c’est quelque chose de très difficile. C’était un revirement sur des liens qu’elle croyait sincères, personne ne peut imaginer cela, et pourtant ça arrive, il y a des milliers d’années, les humains en ont témoigné dans la bible.

La parole l’affirme.

Psaume 55.13-15 Ce n’est pas un ennemi qui m’outrage, je le supporterais ; Ce n’est pas mon adversaire qui s’élève contre moi, Je me cacherais devant lui. C’est toi, que j’estimais mon égal, Toi, mon confident et mon ami !  Ensemble nous vivions dans une douce intimité, Nous allions avec la foule à la maison de Dieu !  Que la mort les surprenne, Qu’ils descendent vivants au séjour des morts ! Car la méchanceté est dans leur demeure, au milieu d’eux.

Nous vivions, entourés de personnes qui nous le croyions, aimaient le Tout Puissant et avec une personne confidente…

La personne blessée (citée plus haut) nous a fait savoir que Yahuah lui conseillait depuis près de deux ans de ne pas se confier à la chair. On ne comprend pas toujours les messages. On ne comprend pas toujours pourquoi, parce que l’on ne peut pas croire que la chair va nous trahir ainsi.

Oui ! Ne pas se confier en l’homme mais se confier en Yahuah le Père Tout Puissant.

Cependant, c’est paradoxal, car Adonaï demande aux élus d’être unis comme des frères, ensemble, pas l’inverse.

Comment pouvons-nous vivre cela et comment pouvons-nous survivre ?

Matthieu 22.14 Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.

Dans la douleur nous apprenons qu’il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. Les perles qui vivent vraiment la véritable adoration, le véritable amour fraternel, qui demeurent loyales sont très rares.

Nous rencontrons beaucoup de gens religieux, qui vivent shabbat ou non, qui disent vous aimer, aimer le Tout Puissant, mais un jour ils vous trahissent et trahissent la vérité qu’ils ont entendue.

Ce n’est pas votre cœur, vous êtes brisés devant ce qui arrive. Vous avez cru, on vous a comme donné une image, un mensonge et vous ne savez pas qui est la bonne terre ou la mauvaise. Vous l’apprenez par les fruits, on reconnaît l’arbre à ses fruits.

Comment on survit à cela ? Cependant, ce n’est pas facile. Et pourtant nous avons le devoir de les aimer et de les bénir. D’amis, ils sont devenus ennemis, ils avaient nos secrets, ils les mettent partout !!

Mais le maître nous dit : « bénissez vos ennemis ».

Soyez le modèle. Mon épouse a pu consoler cette dame car elle a connu ce genre d’affliction. Et cette personne en Mashiah a été consolée par Yahuah le Père Tout Puissant, le Père de toutes les consolations.

C’est Lui l’amour, c’est Lui le consolateur par Mashiah qu’Il a envoyé parmi nous.

Je vous propose de regarder avec moi la deuxième lettre de Paul aux Corinthiens.

C’est tellement puissant, lorsque l’on rentre avec la base de ce que je viens de vous dire, on peut comprendre de quoi nous parle l’apôtre Paul. Il parle comme les prophètes de l’Ancien Testament. Il a compris. Le Maître lui a enseigné, ce que veut dire monter sur la croix pour les autres ? Ça veut dire quoi être mon serviteur ?

2 Corinthiens 1.3-4 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation,  qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction !

D’avoir vécu et de vous être laissés consoler par le Maître, vous retrouvez une gloire de pouvoir consoler votre frère ou votre sœur. Vous devenez utile entre les mains de Papa.

Le Maître vous connaît ; le Maître vous transforme ; vous ne vivez pas ces choses-là pour rien. Il n’y a pas de douleur pour rien, tout est pesé.

Adonaï est à l’œuvre afin que vous deveniez un vase utile entre ses mains. Il vous brise, il rend votre vase en poudre, parce qu’il vous aime, Il veut que vous le connaissiez, que vous mettiez votre confiance en Lui. Il veut vous remodeler, prendre la poudre de votre vase détruit alors que vous pleurez, et le mélanger avec son Esprit d’Amour et de consolation, et en faire un vase magnifique qui jamais n’aurait pu être.

Ses mains vous modèlerons et vous apprendrons ce que veut dire aimer, ce que veut dire : lui être fidèle en toutes choses, et la portée du mot humilité. Il vous rendra utile pour les vases blessés et vous possèderez un certain discernement.

« Afin que nous puissions consoler ceux qui sont dans l’affliction ». Oui, je le répète vous ne souffrez pas en vain.

2 Corinthiens 1.5-7 Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ.  Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut ; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons.  Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation.

Vous apprenez le chemin, nous le faisons pour vous et vous le ferez pour d’autres, vous monterez à la croix avec Mashiah.

V. 7 Le père ne vous laisse pas sans la consolation. Votre souffrance entre les mains d’Ha Mashiah deviendra rachat, elle deviendra consolation pour le salut d’autres élus affligés.

Pour plusieurs nous connaissons votre affliction, tenez ferme dans la foi, vous aurez part aussi à la consolation.

Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation, de même si vous êtes affligés et vivez la consolation, ce sera pour la consolation d’autres croyants. Encore une fois, vous deviendrez utiles.

 

Ce n’est pas un message que vous avez entendu dans beaucoup d’endroits, il vient dans la douleur et dans la recherche par la grâce du Maître Tout Puissant qui veut vous faire connaître, qui veut vous amener à son intimité, au réel amour.

La façon de le servir réellement, ce n’est pas une religion d’homme, ce n’est pas une philosophie humaine, ça n’a rien avoir avec les traditions humaines. Celles-ci forgent bien des choses dans l’orgueil, mais elles ne touchent pas véritablement l’Amour, et vous ne connaissez pas le parfum d’Ha Mashiah qui sauve.

Et croyez-moi, ce passage, ce chemin étroit et douloureux vous amène la vie, la joie et la paix, car quand vous voyez Mashiah agir avec d’autres personnes, agir pour leur salut, il n’y a pas de récompense plus grande pour l’être humain, il n’y a pas de récompense plus grande.

J’ai été le petit doigt du Maître dans son corps. J’ai aidé à ce qu’ils puissent voir une lumière et qu’ils reconnaissent où Il est et quel est le chemin.

Colossiens 1.24 Je me réjouis (de quoi ? D’avoir fait des miracles ? D’avoir fait des prodiges ?) Non ! Paul dit : dans mes souffrances pour vous. Et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise.

C’est ce principe, c’est le principe de la mort, de la croix parmi nous. Lorsqu’il dit nous prêchons la croix parmi vous, c’est un scandale pour les juifs et les grecs recherchent la sagesse, mais la croix c’est notre mort. Nous devons nous réjouir des souffrances que nous avons pour notre prochain, les élus, elles ne sont pas en vain.

Et il dit : « ce qui manque aux souffrances d’HaMashiah je l’achève dans ma chair pour son corps qui est l’église ». Et les gens ne comprennent tellement pas le rachat, ne comprennent tellement pas la façon d’agir pour le corps, qu’une parole semblable est comme un scandale, un blasphème.

Mashiah a tout vécu !

Oui il a vécu les douleurs qu’Il demande que vous partagiez. Vos prières sont un rachat et votre mort même est un rachat par lequel Mashiah peut sauver d’autres personnes. Soit vous faites partie de son corps, soit vous n’en faites pas partie !

Paul savait qu’il faisait partie de Son corps et que ses souffrances continuaient à faire vivre, à permettre au peuple de vivre.

Il comprenait ce principe. Vos prières et vos souffrances sont des rachats aux yeux du Père. Vous devez comprendre ce principe, c’est une base de la vie humble du Nazaréen.

Il dit : « je me réjouis dans mes souffrances pour vous ». Il faut aimer pour cela. Il faut aimer beaucoup, il faut aimer les autres. Personne n’est heureux de souffrir beaucoup.

Mashiah ne devait pas être heureux d’avoir une couronne d’épines, ni d’être battu par le fouet, ni qu’on lui dise tu vas monter sur le poteau, Il l’a fait pour chacun de nous et nous devons le faire pour ceux qu’Il appelle.

Ça, c’est mourir à nous-mêmes. Ça, c’est l’amour et ça, c’est le chemin étroit que personne ne veut prendre. Et pourtant c’est le seul chemin qui démontre réellement l’amour.

L’amour que Mashiah a eu pour nous et que nous devons avoir pour notre prochain, ça, c’est le vrai chemin.

Ce n’est pas de dire je prends 100$ et je lui donne du pain en se disant oh ! Je suis bon ! Ça, c’est facile !

Non, cela ne fera vivre personne.

2 Corinthiens 1.12 Car ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu.

C’est ce qui arrive aux élus, leurs motivations sont saintes et pures.

Je reviens à cette dame que nous avons connue et qui nous a contactés dimanche. Quelle tristesse de voir que le niveau des sentiments que son amie avait pour elle n’avait rien à voir avec ce qu’elle avait cru et ce qu’elle-même avait pour son amie. Les paroles de cette compagne avaient donc été fausses. Et l’amitié/soutien devenait un désastre écrasant.

Conduisez-vous avec sainteté et pureté et que vos paroles soient véritables lorsque vous vous liez d’un bon sentiment avec quelqu’un, sinon vous allez le faire mourir et non pas vivre.

N’ayez point la sagesse charnelle. Cette sagesse est égoïste, et dans ce monde elle loue ceux qui s’élèvent en écrasant les autres. Ne faites pas ça.

Sachez-le, Yahuah voit et entend tout, on ne se moque pas de Lui. Rien ne lui échappe, Il protègera son aimée, son élue, et de la parole destructrice  il fera sortir un parfum de vie, le contraire de ce que Satan veut. Vous apprendrez ce qu’est réellement l’Amour.

Mais, prenez garde, ceux qui blessent sans jamais se repentir ! Vous pourrez être retranchés de la grâce. Ce n’est pas un jeu ! Vous vous serez moqués de la croix, moqués de l’Amour d’Ha Mashiah.

2 Corinthiens 1.13 Nous ne vous écrivons pas autre chose que ce que vous lisez, et ce que vous reconnaissez. Et j’espère que vous le reconnaîtrez jusqu’à la fin,

V18-19 Aussi vrai que Dieu est fidèle, la parole que nous vous avons adressée n’a pas été oui et non. 19 Car le Fils de Dieu, Jésus-Christ, qui a été prêché par nous au milieu de vous, par moi, et par Silvain, et par Timothée, n’a pas été oui et non, mais c’est oui qui a été en lui ;

Que dit Paul ici ? Que notre parole ne doit pas être double. Notre parole n’est pas double, elle est ce que nous croyions, ce que nous disons pour votre salut. Nos sentiments ne sont pas faux, en conscience devant Yahuah et son fils Yahshua. Ils sont ce que nous disons, pour votre salut.

Répétez après moi, gardez cette parole puissante dans votre cœur : « Il a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit ».

Aujourd’hui les gens recherchent la puissance et les démons séducteurs leur offrent une certaine capacité, mais prenez garde ! Lisez l’église de Philadelphie dans Apocalypse 3.7-13, vous verrez qu’elle a peu de puissance mais elle  glorifiée d’avoir gardé la parole de persévérance, de marcher véritablement dans les pas d’Ha Mashiah. Cette église glorifiée devait avoir très certainement les arrhes de l’Esprit.

Oui certainement, mais pas une grande puissance comme les gens recherchent.

Les gens parlent des arrhes de l’Esprit, ils regardent ce qui est extérieur. La première chose que le Maître nous dit, les arrhes de l’Esprit, c’est dans le cœur d’abord.

Les choses extérieures peuvent arriver mais si ton cœur n’est pas là à marcher dans l’amour et la vérité, Il ne vous connaît pas !

Comme je le disais à mon épouse, Jean Baptiste a vécu un ministère énorme, connu comme un prophète et Mashiah à dit qu’il était parmi les hommes les plus grands. Et pourtant il n’y avait pas de miracles, pas de prodiges mais les arrhes de l’Esprit. Son amour pour le Père et son désir de vouloir faire la volonté de son Créateur doit être ce que nous voulons être. C’est ce que nous devons rechercher,  non pas ce qui est visible. Vous verrez que l’église de Philadelphie n’a pas de puissance.

Paul dit que Yahuah a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit. Les arrhes de l’Esprit commencent à se démontrer par l’Amour véritable. Les sentiments véritables d’où sortent les paroles sur lesquelles tous,  et  encore d’avantage un ami sincère peuvent se fier. Si on ne peut pas se fier à vos paroles, vous n’êtes pas sur le bon chemin, vous n’amenez pas la vie mais vous allez blesser les autres.

C’est dangereux pour les autres et pour vous.

2 Corinthiens 2.3 J’ai écrit comme je l’ai fait pour ne pas éprouver, à mon arrivée, de la tristesse de la part de ceux qui devaient me donner de la joie, ayant en vous tous cette confiance que ma joie est la vôtre à tous.

Paul avait confiance que ses sentiments, sa joie était les mêmes que ceux des Corinthiens.

V4 C’est dans une grande affliction, le cœur angoissé, et avec beaucoup de larmes, que je vous ai écrit, non pas afin que vous fussiez attristés, mais afin que vous connussiez l’amour extrême que j’ai pour vous.

Paul montre l’exemple. Les sentiments qui doivent être partagés entre nous, ces sentiments-là c’est l’Amour extrême.

S’il en était ainsi, Satan ne pourrait passer dans aucune maille entre nous, aucune maille du filet qui nous unit ; il ne pourrait pas blesser nos cœurs.

V5-7 Si quelqu’un a été une cause de tristesse, ce n’est pas moi qu’il a attristé, c’est vous tous, du moins en partie, pour ne rien exagérer. Il suffit pour un tel homme, du blâme qui lui a été infligé par le plus grand nombre, de sorte que vous devez bien plutôt lui faire grâce et l’encourager, de peur qu’il ne soit accablé par une tristesse excessive.

De quoi parle l’apôtre Paul ?

Paul parle de sentiments et d’actions. Il vient d’écrire ses angoisses et ses larmes pour les Corinthiens qu’il aime, et il dit si que quelqu’un a été une cause de tristesse, il suffit pour cet homme du châtiment qui lui a été infligé par le plus grand nombre.

Paul s’attend à ce que le plus grand nombre ne soit pas cause de tristesse mais que suite au discernement et au froid (châtiment presque involontaire d’un groupe dont une personne est reconnue pour blesser les autres) que le manque d’amour produit, il répond encore par l’exemple de l’amour. Ne gardez pas ce froid envers cette personne.  C’est pas facile !

« une tristesse excessive »  Qui lui ferait perdre son salut. Vous devez toujours travailler pour le salut de votre prochain, de ceux qui sont appelés.

Bien qu’il y ait eu un châtiment, un froid, le manque d’amour ne doit pas être la réponse à celui qui manque d’amour.  Pas facile !

V 8-9 Je vous exhorte donc à faire acte de charité envers lui ;  car je vous ai écrit aussi dans le but de connaître, en vous mettant à l’épreuve, si vous êtes obéissants en toutes choses.

Il parle ici d’amour et de pardon. Il parle ici de ceux qui vous ont blessés. Allez-vous être obéissants et vivre le même amour qu’Ha Mashiah a vécu pour vous ?

Vous avez été pardonnés à grand prix.

Voyez comme il est difficile d’être obéissants en toutes choses. Il faut mourir et apprendre réellement à aimer.

Nous constatons que le mot aimer ne veut pas dire grand-chose pour certaines personnes, mais elles doivent apprendre par notre exemple.

Ha Mashiah a obéi à la demande de l’amour jusqu’à l’humiliation totale et la mort sur la croix.

V 10-11 Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi ; et ce que j’ai pardonné, si j’ai pardonné quelque chose, c’est à cause de vous, en présence de Christ,  afin de ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins.

L’amour doit être vainqueur dans nos vies sinon nous laissons l’avantage à Satan sur nous et il détruira tout, les autres et nous.

Mashiah a répondu et a vaincu. Il a vaincu les mauvaises actions des hommes et Il a vaincu Satan par l’amour.

L’autorité lui a été donnée pour cela parce qu’Il a aimé et nous a aimé et a montré son obéissance au Père. Nous devons faire la même chose. Le Père est amour et Il travaille pour que nous apprenions cette leçon : l’amour pour les autres.

Ce que Mashiah a fait pour nous, nous devons le faire de même pour les autres. Celui qui pardonne sera pardonné.

Et qui sait peut-être que l’exemple de votre amour attendrira les cœurs que vous trouvez durs, et par grâce, Adonaï leur montrera peut-être la profondeur de l’amour.

Luc 23.34a Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.

Mashiah vient d’être battu, les hommes ont craché sur lui. Il vient d’être humilié et on se moque de lui, « descend de la croix », il n’y a rien qui se passe, tout est contre lui, démons comme hommes et malgré tout, avant sa mort sur le poteau, Il a dit « Père pardonne leur car ils ne savent ce qu’ils font ». Ceux qui vous blessent ne comprennent pas la portée de la blessure qu’ils infligent par leur manque d’amour.

Vous devez leur pardonner car ils ne connaissent pas l’intimité du Père ni sa voix. Vous devez mourir pour eux comme le Maître est mort pour vous.

2 Corinthiens 2.14 Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l’odeur de sa connaissance !

Vous commencez à comprendre depuis le début de ce message quelle est l’odeur de la connaissance d’Ha Mashiah. Dans ma dernière étude j’ai parlé de l’importance de sa connaissance.

V 15-17 Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent : aux uns, une odeur de mort, donnant la mort; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ? Qui pourrait passer à côté de la croix ? Et dire je suis en vie, je donne la vie ? Personne ! Car nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs ; mais c’est avec sincérité, mais c’est de la part de Dieu, que nous parlons en Christ devant Dieu.

Vous voyez, plusieurs, il y 2 000 ans à peu près, falsifiaient la parole parmi les juifs comme parmi les païens. Ils disaient croire en Yahshua et c’est cette parole falsifiée sans la saveur  de l’amour qui est parvenue jusqu’à nous. Ce sont les religions qu’on appelle chrétiennes, les gens ne connaissent pas le chemin étroit.

Matthieu 7.21-23 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22 Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?  Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.

2 Corinthiens 3.6 Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit ; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.

J’espère que vous comprenez, la lettre forme des religions humaines, l’Esprit vous apprend l’amour véritable qui fait sortir l’essence de la Parole, qui est le contraire de la façon dont ils agissent et donc ils forment des religions.

Prenez garde de penser que le ministère de la nouvelle alliance, d’une alliance selon l’Esprit est une question de puissance.

Ceux qui marchent dans l’iniquité prennent plaisir à démontrer de la puissance et je crois que l’orgueil et parfois la cupidité sont en partie du moins le  fondement de leur démarche.

Mais ceux qui marchent réellement dans l’alliance de l’Esprit-Saint produisent des fruits de justice et d’amour, en marchant humblement.

Ils sont des adorateurs en Esprit, des adorateurs en vérité, comprenez ce que ça veut dire. Les gens parlent beaucoup d’adorateurs en Esprit et en vérité, mais ne comprennent rien de ce qu’ils disent.

Yahuah donne un ministère. J’espère que vous pouvez réaliser. Cette capacité n’appartient pas à l’homme. Je n’ai pas été choisi par les humains et personne ne m’aurait choisi pour parler.

De même vous, personne sans doute ne vous aurait choisi. On choisit ceux qui sont brillants, qui ont fait des cours, et qui peuvent vous citer beaucoup.

Mashiah prend des gens simples, humbles. Je te remercie Père de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents de ce monde, de ce que tu l’as révélé aux petits enfants ! J’étais peut-être le plus petit, rebelle, je ne sais pas pourquoi j’ai été choisi.

Il choisit, Il vous a choisi pour la même chose que moi.

Les hommes se donnent des ministères, mais jamais ces ministères ne dégageront le parfum d’Ha Mashiah pour le salut des appelés.

Pour moi, je n’ai pas de ministère spécial, j’enseigne ce qu’Il me montre, j’enseigne ce que l’Esprit me pousse à enseigner, il n’y a pas de loi, je veux votre salut.

2 Corinthiens 3.14-17 Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît.  Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs ;  mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

Comprenez

Si vous ne vivez pas avec l’Esprit qui porte les fruits de justice et d’amour, un voile est sur votre cœur quand bien même vous seriez reconnus mondialement pour témoigner du nom de Jésus ou de Yahshua ou de Yéshua. Un voile est sur votre cœur, votre repentance est selon la chair, selon les pensées de la sagesse humaine, selon les pensées pharisaïques qui étaient reconnues en Judée. C’étaient les suiveurs de shabbat qui travaillent contre l’amour.

Voilà ce qu’ils ont fait de Mashiah qu’ils ont mis sur la croix. Voilà ce qu’ils veulent faire de vous aussi, parce que vous marchez avec le Maître dans l’humilité, vous ne marchez pas avec eux.

Vous ne les payez pas, ils n’ont pas l’amour, ils ne vous aiment pas.

Ils ne veulent pas vous bénir, ils veulent vous mettre sur la croix. Vous-même, montez sur la croix pour les autres.

Ils n’ont pas, l’Esprit qui dans l’humilité et la vérité, nous apprend à aimer ; ils ont le voile sur le cœur.

C’est comme ça qu’on peut savoir, qu’on peut voir. Ils s’appellent chrétiens, ils peuvent être de grand théologiens, ils peuvent prendre le nom de Yahshua mais ils ont le cœur dur, ils manquent d’entendement.

2 Corinthiens 3.18 Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

C’est dans cette gloire que nous sommes transformés, ce n’est pas nous, c’est Lui. C’est notre mort qui permet que Lui soit en nous, que la vie soit en nous.

2 Corinthiens 4.1-2 C’est pourquoi, ayant ce ministère, selon la miséricorde qui nous a été faite, nous ne perdons pas courage.  Nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n’avons point une conduite astucieuse, et nous n’altérons point la parole de Dieu. Mais, en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d’homme devant Dieu.

V  5-6 Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes ; c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus.  Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! A fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.

 

La lumière qui brille dans nos cœurs, les arrhes de l’Esprit portant les fruits de justice et d’amour dans un monde d’injustice et de haine.

La lumière et les ténèbres.

V 7-11 Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous.  Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ;  persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle.

Il parle ici des sentiments. Il a commencé par montrer les arrhes de l’Esprit vivant en nous afin que le cœur de Mashiah puisse faire vivre ceux qu’il appelle et non pas le contraire, en détruisant les autres par notre chair.

V 12-18 Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous. La mort qui agit en nous vous donne la vie, et la mort qui agit en vous donne la vie à d’autres  Et, comme nous avons le même esprit de foi qui est exprimé dans cette parole de l’Ecriture : J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé ! nous aussi nous croyons, et c’est pour cela que nous parlons,  sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus, et nous fera paraître avec vous en sa présence.  Car tout cela arrive à cause de vous, afin que la grâce en se multipliant, fasse abonder, à la gloire de Dieu, les actions de grâces d’un plus grand nombre. Toutes les souffrances et les choses que Paul porte sont pour le salut des Corinthiens et des autres. Paul le sait et il veut que les hommes et les femmes qui le suivent portent la croix d’Ha Mashiah et qu’ils soient morts et qu’ils puissent porter cet amour du Maître pour leur salut à eux  C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.  Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire,  parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles.

De quoi parle Paul ? Des arrhes de l’Esprit, des sentiments, de l’amour, de votre mort.

Il ne parle pas des choses que vous pouvez toucher avec vos mains, visibles et invisibles.

Elles sont invisibles parce que cet amour-là n’appartient pas à ce monde, et que vous le portez pour les autres.

Les choses invisibles, Paul nous parle de ce qui est dans le cœur, de ce qui doit ressortir dans un amour extrême pour les autres. Notre marche dans l’humilité, la vérité et notre mort pour les autres.

Cela nous fait triompher par Mashiah car c’est la véritable victoire que la religion humaine méprise. Mais par Mashiah, cette victoire fait répandre par nous l’odeur de sa connaissance, le parfum d’Ha Mashiah, le parfum du véritable amour.

Le message n’est pas différent dans ses autres lettres, il est totalement incompris mais lorsqu’on lit ce qu’il dit aux Ephésiens, on croirait qu’il parle encore aux Corinthiens parce que son message est le même et qu’il veut que cette essence d’amour soit comprise dans le peuple.

Il dit :

Ephésiens 3.13-21 Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous : elles sont votre gloire. Elles sont leur salut, le rachat, la miséricorde, priez.  A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, A cause de ces afflictions, il se réjouit, à cause de ces afflictions pour les autres et leur vie, il fléchit les genoux, il remercie le Père pour le salut des autres. Les gens n’ont pas le cœur qu’avait Paul, et Paul savait ce qu’était l’amour d’Ha Mashiah et comment il devait souffrir pour la vie des autres. Mourir humblement.  du quel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, D’avoir les arrhes de l’Esprit. Il ne dit pas d’être riche en miracles, riches en prodiges, parler en langues. NON ! Que vous ayez les arrhes de l’Esprit, que vous compreniez le chemin étroit de l’amour, et que vous portiez la croix de Mashiah.  afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur,  en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour,  vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur,  et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.  Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons,  à lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !

Que Mashiah  soit glorifié et que vous soyez bénis dans son chemin d’amour.

Les commentaires sont fermés.