Écrit : Étude 169 : La souffrance qui réjouit

LA SOUFFRANCE QUI RÉJOUIT

Gilles SERVITEUR

Il y a de cela quelques années, j’ai reçu et je vous ai donné une étude que j’ai appelée l’Evangile, une base.
Maintenant j’ai l’impression d’entrer dans un fondement plus profond de ce qu’est l’Evangile.
C’est tellement incompris et pas recherché par l’homme, bien au contraire.

Nous marchons aujourd’hui, dans ce chemin qu’enseignaient les premiers apôtres de l’église primitive. Ce n’était alors pas un chemin caché. Il l’est pour nous aujourd’hui parce que Satan a travaillé pour cela.
Ayez l’esprit ouvert à un enseignement qui risque de vous déranger, demandez au Maître…

Jacques 1.2 « Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, »
Ici on pourrait dire, vous avez foi ou vous n’avez pas foi. Car ce que dit l’apôtre Jacques est contraire à la pensée de l’homme selon la chair. Se réjouir des souffrances et de l’humiliation que ces souffrances apportent ce n’est pas logique, même parmi ceux que l’on appelle « chrétiens ». Ils enseignent souvent l’inverse.

Si vous avez foi, « vous regarderez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves» : ce n’est pas un à peu près. Jacques spécifie « une joie complète ». Les apôtres ont compris un principe que les gens d’aujourd’hui ne comprennent pas : celui de la purification, de la sanctification, du rachat. C’est ce principe qui amène nos prières et notre totale soumission à la justice du Tout Puissant afin que notre marche dans la vérité l’amour, malgré humiliations et embuches (parce qu’il y en a et il y en aura), amène au salut plusieurs frères et sœurs ainsi que nous-même. Cela consiste à travailler réellement à notre propre salut et à celui des autres.

C’est aussi le principe : « enlève d’abord la poutre de ton œil pour pouvoir enlever la paille dans l’œil de ton frère ». C’est dans la douleur qu’on apprend. On doit d’abord se regarder soi-même.
Lamentations 3.37-39 « Qui dira qu’une chose arrive, Sans que le Seigneur l’ait ordonnée ? N’est-ce pas de la volonté du Très-Haut que viennent Les maux et les biens ? Pourquoi l’homme vivant se plaindrait-il ? Que chacun se plaigne de ses propres péchés. »
Avez-vous foi que YHWH le Père Céleste vous a appelé, vous a aimé par Yahshua Ha Mashiah ?

Par Mashiah Il a ouvert une porte pour vous, une porte pour votre sanctification qui conduit à votre justification.
Hebreux 12.14 « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. »
Remarquez, il ne s’agit pas simplement de dire « je crois en Yahshua » mais d’agir pour notre sanctification. Notre foi est révélée. Elle est réellement la foi qui sauve, elle est révélée donc par l’accomplissement des lois d’Elohim complétées par les paroles de Yahshua.

1 Corinthiens 6.11 « Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Yahshua Ha Mashiah, et par l’Esprit de notre Elohim. »
« Quelques-uns d’entre vous » : on parle d’être dans le péché évidemment !

« Vous avez été lavés » 1er volet : « je ne te condamne pas »
« Vous avez été sanctifiés » 2ème volet : « va, marche mais ne pèche plus »
« Vous avez été justifiés » au nom d’Adonaï Yahshua Mashiah 3ème volet : si vous faites ces choses vous serez justifiés devant le Père et vous aurez droit au salut.
« Et par l’Esprit de notre Elohim » : c’est cet Esprit qui vous amène à faire cela. La difficulté n’est pas lorsque Ha Mashiah nous dit « je ne te condamne pas », Sa part est faite à ce sujet. Lui, il a payé le prix.

Le problème pour l’humain c’est lorsqu’il dit « ne pèche plus » (Jean 8.11). Cela veut dire ne transgresse plus les lois que j’ai émondées, complétées et marche humblement avec moi. Ça c’est notre part. C’est la sanctification qui est la route étroite que l’être humain ne veut pas prendre. Voilà pourquoi il est écrit « il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus (Mat. 22.14).

Si vous avez réellement la foi, vous laisserez YHWH accomplir l’œuvre de la purification en vous, en passant par diverses épreuves (les épreuves ne sont pas drôles, tout le monde le sait…), sachant très bien que le Père contrôle parfaitement toutes choses. Et vous serez patients car ces choses sont pour votre bien.
La Parole dit : « que chacun se plaigne de ses propres péchés et non d’Elohim », quand je dis avez-vous la foi ? Voilà ! Ne vous plaignez pas du Tout Puissant mais de vos propres fautes que vous devez corriger.

2 Corinthiens 1.3-7 « Béni soit Elohim, le Père de notre Seigneur Yahshua Mashiah, le Père des miséricordes et l’Elohim de toute consolation, 4 qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part d’Elohim, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction ! 5 Car, de même que les souffrances de Mashiah abondent en nous, de même notre consolation abonde par Mashiah. 6 Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut ; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons.7 Et notre espérance à votre égard est ferme parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation. »

N’oubliez jamais, ayez foi ! Elohim est miséricorde, Il ne dit pas que nous n’aurons pas d’afflictions. Il nous console, c’est le même principe. Les souffrances d’Ha Mashiah abondent en nous, et non pas l’inverse. Notre consolation abonde par Mashiah et nous devons monter à la croix pour en bénéficier. Paul l’a bien compris et il dit aux Corinthiens et à nous aujourd’hui, qu’il croit que nous serons patients dans la souffrance à supporter les mêmes souffrances que lui pour avoir part comme lui, à la consolation.
Ce sujet n’est pas un à peu près, c’est un sujet que les gens n’aiment pas aborder. Mais c’est un sujet PRIMORDIAL pour votre sanctification, votre salut et celui des autres, pour ce qu’on peut appeler une église vivante et des gens qui deviennent de véritables adorateurs et qui s’aiment vraiment les uns les autres.

Ephésiens 5.1-2 « Devenez donc les imitateurs d’Elohim, comme des enfants bien-aimés ; 2 et marchez dans la charité, à l’exemple de Mashiah, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Elohim pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur. »
Que c’est profond ! Paul nous dit d’imiter la marche dans l’amour d’Ha Mashiah, Il nous a aimés, Il s’est livré entre les mains du Père à cause de nos fautes, en sacrifice pour nous. C’est à cause de notre péché et pas à cause du Père. Et comme Mashiah s’est livré pour nous, nous devons faire de même pour les autres appelés, il n’y a pas de gloire.

Avez-vous foi ? Vous devez faire confiance au Père et à l’amour qu’Il veut faire éclater en vous, autour de vous. C’est l’odeur de l’amour qui parle davantage pour le salut que toute école théologique. Que les mots ne restent pas des mots. Livrons-nous nous-mêmes à YHWH comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur. C’est le principe : témoigne du péché à ton frère de cette façon, et je ne te redemanderai pas son sang et toi, tu sauveras ton âme.
La manière de le faire n’est jamais la manière des religions inspirées de l’homme. Elles ont une poutre dans l’œil et elles veulent enlever la paille de tout le monde.

Ephésiens 3.13 « Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous : elles sont votre gloire. »
Ceux qui ne comprennent pas cela diraient : « il est maudit, sous la malédiction, il faut briser la malédiction ». C’est quasiment de la sorcellerie ; ce n’est pas le principe du salut. Le Maître est glorieux, Il a le contrôle sur votre situation, croyez-le, ne craignez pas l’ennemi. Croyez que le Maître a le contrôle sur chacune des choses qui arrivent. Et l’affliction qui vous arrive, si vous la vivez dans la foi, elle est bonne pour ceux qui vont vous regarder. Le Maître va pouvoir se servir de vous. Les afflictions sont la gloire de ceux qui sont appelés. Ce n’est pas une honte d’être affligé mais une gloire lorsque cela dirige vers le salut. Ceux qui n’ont pas la foi n’ont pas conscience de ce qui arrive là. Ils prennent la philosophie des hommes et disent : « il est frappé, il est pécheur ». Ce n’est pas ainsi que le Maître marche avec nous et qu’Il veut nous justifier et nous sanctifier.
Ne croyez pas à la philosophie des hommes, c’est Satan qui est derrière.

Colossiens 1.24 « Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous ; »

Est-ce que Paul se réjouit d’avoir gagné le million au loto ? Non ! Il se réjouit dans ses propres souffrances mais pas seulement ! Il sait que ce qu’il va gagner comme patience, comme exemple, comme rachat, sera pour le salut de ceux qui le regardent. C’est cela, porter un ministère. Ce n’est pas avoir un grosse voiture, un avion et des millions de personnes qui vous suivent. Amener les gens au salut, cela passe par la souffrance, c’est la véritable sagesse.
« et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise. »

Paul a compris le grand principe que nous devons comprendre, Jacques a compris ce principe, Pierre aussi. On ne peut être un apôtre puissant dans l’amour et la vérité, si on ne comprend pas la manière dont YHWH travaille avec nous, nous sanctifie. Et on ne peut pas être un exemple pour ceux qui souffrent. Aujourd’hui, les gens sont accusés lorsqu’ils souffrent. Les dirigeants leur disent : « vous êtes de mauvais chrétiens, de mauvais nazaréens », alors que le Maître est en train de travailler avec des « Job », et qu’Il veut les amener dans son intimité. Cette intimité, ces dirigeants ne la connaitront jamais, parce qu’ils prennent le chemin de la philosophie, la voie large que Satan offre, une fausse religion. Entrons dans le véritable chemin, sur la route étroite.

Savoir pourquoi les souffrances nous sont offertes, travailler avec Adonaï afin que tout ne soit pas vain mais œuvre pour le salut.
Vous avez ici deux apôtres, Jacques et Paul qui parlent de réjouissance à cause des fruits purs et salutaires, des rachats qu’apportent les souffrances vécues dans la patience. Il faut vraiment de la foi, du discernement des choses précieuses pour se réjouir de l’œuvre de YHWH en nous et pour les autres à ce moment-là, afin que les autres aient la lumière et qu’ils voient aussi.

Jacques 1.3 « sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. »

Aujourd’hui les gens regardent l’épreuve et ne savent rien, ils disent : « il est coupable c’est tout ! Il a péché il faut prier pour lui ! Il est maudit ! »
Non, non, non ! Paul dit : « il est connu du Maître, c’est Lui qui a le contrôle, c’est son enfant bien aimé, Il le regarde ».
Que savez-vous ? Que l’épreuve que YHWH vous permet, produit en vous la patience. Vous allez apprendre des choses précieuses. La foi est donnée mais elle l’est, TOUJOURS à différents niveaux, TOUJOURS EPROUVEE.

Ce n’est pas drôle !!
« Crois au Seigneur et tu seras protégé de tout » disent la plupart des chrétiens, ce n’est pas ce que la parole révèle. Ce n’est pas ce que les apôtres ont vécu. Ce n’est pas le témoignage qu’ils ont rendu et ce n’est pas pour rien qu’ils avaient la puissance de l’amour et la puissance avec eux, la sainteté dans l’église, le feu.
Jacques ne dit pas : « peut-être, vous aurez une épreuve ». Il parle de la marche normale du nazaréen. Sa foi est toujours éprouvée. L’épreuve de votre foi pour votre obéissance et par l’action de l’Esprit Saint, trempée dans l’écriture sainte, vous sanctifie, vous révèle et vous fait vaincre le péché. Elle le révèle aussi aux autres et les amène à salut.

Dans Jean 17.17 Mashiah prie le Père en disant « sanctifie-les par ta vérité ». Qu’est-ce que la vérité ? La philosophie ? « Ta parole est la vérité », complétée par Mashiah. Ceux qui suivent les paroles de Mashiah coulées dans la loi seront sauvés.
Vous apprenez la patience et non l’irritation qu’ont les impies devant l’épreuve. Sachant très bien que YHWH travaille pour vous, vous devez vous revêtir de Sa patience, vous revêtir du caractère d’Ha Mashiah.

1 Pierre 1.2 « et qui sont élus selon la prescience d’Elohim le Père, par la sanctification de l’Esprit, afin qu’ils deviennent obéissants, et qu’ils participent à l’aspersion du sang de Jésus-Christ : que la grâce et la paix vous soient multipliées ! »
Comment sont-ils élus ? Par la sanctification de l’Esprit. L’Esprit gagné par Mashiah, par son sang, nous amène à cette sanctification sans laquelle nous n’aurions pas le salut et ne pourrions par voir le Seigneur pour l’Eternité.

V. 6-7 « C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, 7 afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Yahshua Ha Mashia apparaîtra, »
C’est énorme ! L’espérance ! Votre souffrance n’est rien en comparaison de ce que le Maître veut vous donner. Vous serez loués, c’est incroyable !

L’épreuve de votre foi dans votre vie est permise, grâce au sacrifice de l’agneau qui ouvre une porte pour vous. Ce n’est pas rien ! Ne méprisez pas cela ! Cette épreuve est plus précieuse que l’or périssable. C’est voulu par le Père Lui-même par le rachat du sang de Yahshua car tout doit être justifié. Le Père est saint et toutes choses sont justes et saintes en LUI.

C’est Le Père qui, dans son amour, sa miséricorde, sa patience, nous transforme et ça prend du temps parfois. Il nous transforme afin que du caractère de transgresseur de la loi, de transgresseur de l’amour, nous parvenions à nous revêtir du caractère de Yahshua Ha Mashiah pour accomplir la loi sainte juste et bonne, pour accomplir la véritable adoration, le véritable amour.
Les premiers apôtres enseignaient ces grands principes, la patience dans les épreuves qui mène à la régénération, la perfection et l’amour véritable. Il n’y a pas de demi-mesure, c’est à cela que nous sommes appelés. Cela faisait partie de l’essence même de l’Evangile qu’ils avaient appris et qu’ils enseignaient. Ils l’avaient appris directement d’Ha Mashiah.

Philippiens 3.12-14 « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Yahshua Ha Mashiah. En ce qui me concerne mes frères, je n’estime pas moi-même l’avoir déjà saisi ; mais une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière et tendant vers ce qui est en avant, je cours vers le but pour obtenir le prix de l’appel céleste d’Elohim en Yahshua Ha Mashiah »

Paul nous dit que la perfection c’est ce que nous devons rechercher. Lui-même estime ne pas encore avoir remporté le prix. Ce n’est pas « tu crois à Yahshua alors tu es sauvé ! Non ! Je dois être sanctifié, je dois marcher dans la perfection, oubliant mes erreurs et mes fautes passées et courant vers le but qui est la sanctification pour être justifié.

A ceux à qu’il a écrit, il avait enseigné ces choses et ils les comprenaient. Aujourd’hui, les gens lisent ces choses et ils ne comprennent pas. Ils ont une religion, philosophique offerte par Satan, appelée chrétienne.
Depuis longtemps Satan a caché les traces des véritables adorateurs de YHWH pour amener une religion vide dans une philosophie d’égoïsme et d’orgueil.

Mais par grâce YHWH par l’œuvre de Yashuah Ha Mashiah veut redonner cette force de pureté du véritable amour à ses élus, son assemblée, sa véritable église toute petite et méprisée des hommes.
Nous apprendrons la leçon et lorsqu’Il nous ressuscitera, nous ferons toujours sa volonté sachant très bien que c’est elle qui amène le bonheur et nous n’aurons plus besoin de souffrir pour l’apprendre. Et comme Mashiah, nous accomplirons sa volonté avec joie, et le bonheur sera dans son royaume. Croyez-le !
Et remarquez, s’il y a souffrance c’est à cause du péché, pas à cause de Papa, Il nous apprend à nous délivrer.

1 Pierre. 1.3-5 3 « Béni soit YHWH, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Yahshua Ha Mashiah d’entre les morts, 4 pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, 5 à vous qui, par la puissance d’Elohim, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps ! »
Nous sommes gardés par notre foi éprouvée, foi qui nous est donnée. Et sans cesse nous sommes régénérés davantage afin d’obtenir, la louange, la gloire et l’honneur lorsque Ha Mashiah apparaîtra. On peut penser que c’est quasiment trop ! Mais le chemin par lequel il faut passer est « beaucoup ».

Ce n’est pas que nous irons aux cieux, c’est qu’il est réservé pour nous dans les cieux, d’être dans le royaume lorsque le Messie va revenir sur terre.
Paul dit : « les souffrances du temps présent ne sont rien à côté de la gloire à venir qui nous est réservée ». Voilà ! Gardez l’espérance, ayez foi, marchez dans son chemin. Il est amour. Le reste c’est purement humain ; vous allez souffrir et faire souffrir les autres pour rien par beaucoup de comportements « religieux ».
Et ce n’est pas n’importe quoi qui nous est offert, c’est une espérance au-delà de l’imagination. Ne refusons pas l’épreuve de notre foi, croyons à la véritable espérance.

J’en arrive à Job. Lorsque Job a terminé son épreuve, il dut prier pour ses trois amis. Mais YHWH ne lui demanda pas de prier pour Elihou. Pourtant celui-ci lui avait fait de grands reproches et avait aussi eu de grandes paroles de sagesse. C’était le quatrième et le dernier à lui parler avant qu’Adonaï lui parle directement. Mais Elihou était un inspiré de l’Esprit du Créateur et il a parlé avec justesse.

Juste avant d’écouter ce passage, il faut savoir que lorsque nous lisons la Parole, il y a des symboles mais il y a aussi de grands principes. Parfois nous lisons une phrase qui est pour nous aujourd’hui, et parfois nous lisons une phrase qui est pour le futur. Le Maître nous montre à ce moment-là l’espérance que nous avons.

Nous allons lire et comprendre ce qui est dit :
Job 36.1-13 « Elihou continua et dit : 2 Attends un peu, et je vais poursuivre, Car j’ai des paroles encore pour la cause de YHWH 3 Je prendrai mes raisons de haut, Et je prouverai la justice de mon créateur. 4 Sois-en sûr, mes discours ne sont pas des mensonges, Mes sentiments devant toi sont sincères. 5 Elohim est puissant, mais il ne rejette personne ; Il est puissant Par la force de son intelligence. 6 Il ne laisse pas vivre le méchant, Et il fait droit aux malheureux. 7 Il ne détourne pas les yeux de dessus les justes, Il les place sur le trône avec les rois, Il les y fait asseoir pour toujours, afin qu’ils soient élevés. 8 Viennent-ils à tomber dans les chaînes, Sont-ils pris dans les liens de l’adversité, 9 Il leur dénonce leurs œuvres, Leurs transgressions, leur orgueil ; 10 Il les avertit pour leur instruction, Il les exhorte à se détourner de l’iniquité. 11 S’ils écoutent et se soumettent, Ils achèvent leurs jours dans le bonheur, Leurs années dans la joie. 12 S’ils n’écoutent pas, ils périssent par le glaive, Ils expirent dans leur aveuglement. 13 Les impies se livrent à la colère, Ils ne crient pas à Dieu quand il les enchaîne ; 14 Ils perdent la vie dans leur jeunesse, Ils meurent comme les débauchés. 15 Mais Elohim sauve le malheureux dans sa misère, c’est par la souffrance qu’il l’avertit». 16 Il te retirera aussi de la détresse, à la place, tu seras au large, sans contrainte, et ta table sera chargée de mets succulents. 17 Mais si tu défends ta cause comme un impie, Le châtiment est inséparable de ta cause.

Lisons et comprenons :
V.4 Elihou veut le salut de Job, il veut que Job comprenne.
V.6 (a) Il dit une chose qui paraît contradictoire : « Il ne laisse pas vivre le méchant ». Pourtant il vient de dire au v.5 que : «Il ne rejette personne » ! Personne de ceux qu’Il appelle et qui se repentent. Il ne parle pas du méchant. Le méchant Il ne le laisse pas vivre.
V.6 (b) Le droit des malheureux sera complet dans le monde à venir. Aujourd’hui, sur certaines choses, Il fait aussi droit aux malheureux.

v.7 (b) (c) Cela se situe après la résurrection. Nous allons directement dans le monde à venir. Voilà l’espérance qu’Il donne à ceux qui sont malheureux mais qui sont justes.
V.8, 9, 10, 11 Il revient à aujourd’hui ! (Comprenez que ça ne concerne pas les rois dans le monde à venir). Il nous appelle et à cause de notre péché c’est par le châtiment qu’Il nous montre que nous devons changer, lui obéir. C’est Elohim qui permet ce qui se passe.

V.13 Les impies n’ont pas la foi, la patience, pour amener leur caractère à la perfection sous la main diligente de YHWH leur Créateur. Ils demeurent dans la folie du péché, dans la folie de la révolte.

YHWH dit par Elihou à Job et à nous : « Ne fais pas ainsi ! »
V.15 C’est un important principe à comprendre : « c’est par la souffrance qu’il avertit ». L’impie est celui qui n’a pas la foi la confiance totale en YHWH. Même s’il est religieux, qu’il dit croire, il n’a pas l’intelligence de comprendre. Et il fuit par de faux principes religieux, philosophiques, celui qui le conduirait à la véritable sainteté, la véritable adoration pour le Père et le véritable amour pour le prochain. Voilà pourquoi on voit les mauvais fruits au nom du Tout-Puissant.

Un enfant qui n’a pas la sensation de la douleur, ce n’est pas un bonheur, c’est un malheur. Il peut se mutiler sans comprendre le mal qu’il se fait.

Le nazaréen ne doit pas rester ainsi, parce que souvent aujourd’hui c’est ce qu’il se fait et il ne comprend pas.
Remarquez : « Elohim sauve le malheureux dans sa misère ». Il est déjà malheureux. Il est déjà dans la misère. Et le Maître, au lieu de le délivrer comme le supposent les hommes dans leur religion avec un Elohim « philosophique » qui devrait être d’une super bonté selon eux, l’avertit par la souffrance afin qu’il apprenne à ne plus se faire mal. C’est un principe.

V.16 « Il te retirera de la détresse » : c’est si tu l’écoutes ; « et ta table sera chargée de mets succulents » : ce sont les mets physiques et les mets spirituels.
V.17 C’est le Maître qui délivre véritablement. Si tu ne cherches pas la véritable cause de tes épreuves, tu ne seras jamais changé. Tu n’entreras pas dans le royaume, ton caractère sera celui d’un impie et non celui de Yahshua.

Cependant si vous restez avec une maladie, une épreuve jusqu’à votre mort, tandis que vous demeurez intègre malgré tout dans vos voies, c’est que Papa a décidé que c’était mieux pour votre salut.
Vous devez comprendre ce principe. Il n’est pas caché et il n’est pas non biblique mais il n’est pas aimé aujourd’hui. On ne veut pas ce chemin.

1 Corinthiens 11.31 Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.
Comprenez ce que le Maître est entrain de faire : Parfois votre maladie est salutaire pour vous. Le Maître le sait, pas vous, pas les gens qui vous entourent. Ceux-ci vous accusent et vous disent toutes sortes de choses. Mais vous n’êtes pas sous la malédiction, vous êtes sous Sa bénédiction. C’est le Maître qui travaille, qui fait les choses.

Regardez Lazare en Luc 16.20-25. Lazare est le juste. Il est malade et affamé au point qu’il veut manger ce qui tombe de la table du riche et que les chiens mangent. Il est tellement atteint au niveau de sa peau et c’est tellement répugnant que les gens ne veulent pas le toucher. Ils pensent qu’il est pécheur et qu’intérieurement il est aussi impur qu’à l’extérieur. Les chiens le lèchent.
Pourtant Lazare reste intègre, il meure comme ça. A la résurrection, de nombreux rois voudront sa place car il est resté intègre malgré tout. Il a compris le véritable principe et il sait que YHWH l’aime dans l’état où il se trouve.

Philippiens 2.25-30 « J’ai estimé nécessaire de vous envoyer mon frère Epaphrodite, mon compagnon d’œuvre et de combat, par qui vous m’avez fait parvenir de quoi pourvoir à mes besoins. 26 Car il désirait vous voir tous, et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie. 27 Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais YHWH a eu pitié de lui, et non seulement de lui, mais aussi de moi, afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse. 28 Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement, afin que vous vous réjouissiez de le revoir, et que je sois moi-même moins triste. 29 Recevez-le donc dans le Seigneur avec une joie entière, et honorez de tels hommes. 30 Car c’est pour l’œuvre d’Ha Mashiah qu’il a été près de la mort, ayant exposé sa vie afin de suppléer à votre absence dans le service que vous me rendiez. »

V.27 Paul avait de grandes tristesses, de grandes joies, de grandes espérances mais les choses autour de lui n’étaient pas drôles.
V.30 Ce n’est pas à cause d’une malédiction qu’Epaphrodite a été malade et près de la mort mais bien parce qu’il travailla trop fort pour l’œuvre d’Ha Mashiah, voulant fournir les besoins de Paul !
Job 36.18 « Que l’irritation ne t’entraîne pas à la moquerie, Et que la grandeur de la rançon ne te fasse pas dévier ! »

Même si vous trouvez l’épreuve insoutenable, que l’épreuve de votre foi ne vous fasse pas dévier. Papa le sait !
Job 35.14 « Bien que tu dises que tu ne le vois pas, Ta cause est devant lui : Attends-le ! »

Parfois, on dit je prie, mais Il ne répond pas. Attendons-Le !
Job 36.19-20 « Tes cris suffiraient-ils pour te sortir d’angoisse, Et même toutes les forces que tu pourrais déployer ? Ne soupire pas après la nuit qui enlève les peuples de leur place.»
Ces versets nous disent d’arrêter de rechercher, de manière humaine, dans les ténèbres religieuses, ésotériques, philosophiques, la délivrance de nos problèmes. La délivrance, c’est le Maître qui la donne, il y a une raison pour que nous soyons éprouvés.
V.21 « Garde-toi de te livrer au mal, Car la souffrance t’y dispose. »

Elihou invite Job (et nous aussi) à la sagesse. Le juste marche dans les pas de la sagesse. Mais confronté à la souffrance, la frontière avec le mal est si ténue qu’il est facile de justifier le mal à cause de la souffrance ! Non ! N’agis pas ainsi, apprend la sagesse, marche avec ton Maître !
1 Pierre 1.8-9 « … lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, 9 parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi. »

Ça veut dire quelque chose ! Ce n’est pas juste parce que vous avez pris le nom de Yahshua en disant « je crois en lui ! ». Non, vous avez marché pour prix de votre foi. Nous parlerons encore de réjouissances parce que nous obtiendrons le salut. Pourquoi ? Parce que Yahshua Ha Mashiah est mort pour nous ? Bien sûr que oui ! MAIS si vous n’obéissez pas, la mort d’Ha Mashiah ne vous servira de rien.

Grâce à sa mort, une porte est ouverte pour vous. Et vous obtiendrez le salut POUR PRIX DE VOTRE FOI.
Les apôtres avaient bien compris ce principe véritable, base de la vie du nazaréen. Voilà pourquoi, ils motivaient les croyants à se réjouir dans les diverses épreuves, à avoir la foi, que le Père contrôlait ces épreuves. Qu’Il les contrôlait toutes pour leur salut et celui de ceux qui les regardaient et qui suivaient leur exemple dans l’adoration inconditionnelle qu’ils avaient pour Lui et son Fils, et dans l’amour qu’ils avaient les uns pour les autres. C’est la même chose pour nous aujourd’hui.

Ces choses parlent véritablement.
Jacques 1.3-4… sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. 4 Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. (Sanctifiés !)
Comprenez-vous davantage les paroles de Jacques ? C’est la voie étroite afin que nous soyons parfaits, vainqueur sur le péché sans faillir en rien.

Et voilà pourquoi lorsque Mashiah parle des promesses aux églises dans l’Apocalypse aux chapitres 2 et 3, il note bien plusieurs fois que ces promesses ne sont que pour celui qui vaincra. Beaucoup d’appelés, peu d’élus. On se moque de ce chemin.
Les autres auront pris la voie large et spacieuse, la voie des religions d’hommes qui gardent notre nature pécheresse bien en vie. « De toute façon vous avez le salut » disent-ils ! On peut se jouer des hommes mais pas d’Elohim !

La patience, apprendre à souffrir sans irritation, sans murmure mais plutôt en sondant le pourquoi et en développant le caractère parfait d’Ha Mashiah, tout cela nous permet de percevoir l’immensité de notre faute. Elohim nous le montre. On se croyait juste mais Il nous montre notre égoïsme, notre attachement à notre chair dans nos pensées, nos actions. Ce n’est pas une religion.

Romains 13.8-9 « Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime l’autre a accompli la loi. (On pourrait dire « la loi complétée par les paroles d’Ha Mashiah »). En effet, les commandements : Tu ne commettras pas d’adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, tu ne désireras pas, et tout autre commandement se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »
Aimer son prochain !

Le parfum d’Ha Mashiah finit par travailler pour le salut des autres. Sa perfection, son amour, son odeur de vie appelle les autres à la véritable repentance, au salut.
Vous devenez un vase utile entre les mains du Maître. L’Esprit gagné par Mashiah agit chez les autres parce que vous êtes devenus obéissants. Et les gens ne seront pas appelés dans un club social chrétien mais appelés à entrer dans les parvis d’Adonaï et à vivre la véritable adoration qui mène au salut. Ils voudront connaître et vivre votre relation avec Adonaï.

La profondeur des phrases que vient d’écrire l’apôtre Paul, conduit ceux qui voient, ceux qui sont diligents, sur la route de la sagesse.

En Yahshua Ha Mashiah, il est sage de se soumettre à Papa Céleste. C’est là que nous retrouvons ceux qui ont la véritable foi. C’est pour cela qu’au début j’ai demandé : « Avez-vous la foi ? »
2 Pierre. 1.1-2 « Simon Pierre, serviteur et apôtre de Yahshua Ha Mashiah, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Elohim et du Sauveur Yahshua Ha Mashiah : 2 que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de d’Elohim et de Yahshua notre Seigneur ! »
Une foi du même prix que la nôtre, et cette foi est reliée directement à la justice d’Eloha et d’Ha Mashiah car elle nous permet de vivre et de comprendre le châtiment qui amène à vivre réellement cette justice.

Jacques 1.5 « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à YHWH, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. »

Est-ce que nous la voulons réellement cette sagesse ?
Car la véritable sagesse a un prix. Les vierges sages remplissent leurs vases de sagesse et les vierges folles fuient le chemin de la sagesse parce que nous ne comprenons pas le sens réel du mot foi, le vrai travail que ce mot comporte. Car la foi est presque synonyme d’obéissance à la vérité. Sans cette obéissance, le mot foi est vide. On pourrait même dire, votre foi est vaine, votre foi est fausse.

Les démons ont vu YHWH, ils ont vu Yahshua. Ils croient dur comme fer qu’ils existent, mais ils n’ont pas la foi.
La foi n’est pas de croire que YHWH existe ou que Yahshua est mort pour nous. Le pape vous dirait même que le Messie est mort pour lui, et tous les catholiques aussi. Mais la foi est de Lui obéir, parce que par sa mort, Il a ouvert une porte pour nous, pour notre sanctification personnelle, par le Saint Esprit, le consolateur qu’Il a gagné pour nous.

Avoir foi en Yahshua peut presqu’être synonyme de travailler à notre salut car nous croyons à la porte que Yahshua a ouverte pour nous par son sang. C’est ce que vous devriez avoir dans votre esprit lorsque vous voyez le mot foi.

Philippiens 2.12-18 « Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ; 13 car c’est Elohim qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. 14 Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, 15 afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants d’Elohim irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, 16 portant la parole de vie ; et je pourrai me glorifier, au jour de Mashiah, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain. 17 Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m’en réjouis, et je me réjouis avec vous tous. 18 Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi ».

V.18 C’est toujours le même principe. Paul a souffert pour les autres, il dit : « réjouissez-vous avec moi, et faites-le pour les autres ; aimez comme Mashiah a aimé ; montez sur la croix, abandonnez-vous entre les mains du Père. Il vous purifiera et vous comprendrez le véritable amour, la véritable intimité avec Lui. Vous deviendrez véritablement des adorateurs en Esprit et en vérité. Notre travail ne sera pas vain. Réjouissons-nous qu’il apporte le salut !

Ceux qui n’ont pas cette véritable foi demeurent inconstants dans toutes leurs voies. Les soucis, l’impiété, l’impureté les dominent. Et leur manque d’amour fini par trahir et déchirer autour d’eux. Ils le cachent sous des religions et sous toutes sortes de choses. Et ils disent parfois qu’il est impossible de s’en aller vers la perfection.

Jacques 1.5- « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Elohim, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. 6 Mais qu’il la demande avec foi, sans la moindre hésitation ; car celui qui hésite est semblable au flot de la mer que le vent agite et soulève. 7 Qu’un tel homme ne s’imagine pas recevoir quoi que ce soit du Seigneur : 8 « c’est un homme à l’âme partagée, inconstant dans toutes ses voies.»

V.6 Si vous pensez que le Maître n’est pas présent et n’a pas le contrôle sur vos épreuves et sur les choses qui arrivent, vous allez douter, vous allez tomber, vous allez choisir toutes sortes de philosophies pour vous sauver.

V.7 Il n’a pas de foi. Ce genre de personnes ne connaîtra jamais la véritable sagesse. Et même si elle étudie la bible toute sa vie, la sagesse et les conclusions qu’elle en tirera demeureront très humaines, comme pour les pharisiens.

On ne se joue pas d’Elohim. Il ne donne pas la véritable sagesse à ceux qui ne prennent pas la véritable route étroite.
Jacques 1.12 « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment. »
« Après avoir été éprouvé » signifie que vous ne serez pas épargnés. De quelle tentation s’agit-il là ?

Celle de désobéir, de fuir. Jacques vient de nous parler des épreuves, de la patience, de la sagesse.
Pour obtenir la sagesse, vous devez passer par le jardin de la douleur, par le jardin de la mort aux exigences de votre chair, par le jardin de la mort de votre image. N’ayez pas la tentation de fuir ce jardin, car après avoir été éprouvés, vous obtiendrez la couronne de vie.

Matthieu 26.40-41 « Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre : Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ! 41 Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.»
La tentation dont le Maître parle ici, ce n’est pas être tentés par les femmes, la boisson ou l’argent, mais bien de ne pas être mort à soi-même et de reculer face à l’épreuve.
Bien sûr, le mot tentation englobe aussi les péchés comme la cupidité, l’impureté…

Jacques 1.13-15 « Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : C’est YHWH qui me tente. Car Elohim ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. 14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. 15 Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort.»

Ce n’est pas Elohim qui tente, mais c’est votre propre chair qui n’est pas vaincue, qui convoite. Elle veut obtenir dans l’esprit d’abord ce qui lui fait plaisir et ce qui vous ferait rougir, vous ferait honte si vous étiez devant le trône d’Ha Mashiah.
Reconnaissez qu’Ha Mashiah connaît toutes vos pensées. Et si vous laissez libre court à vos mauvaises pensées, le péché interne finit par être consommé par l’externe c’est-à-dire votre chair. C’est une question de temps.

On voit dans des couples dits chrétiens aujourd’hui, des hommes comme des femmes, qui après 30 ans et plus de mariage, brisent tout pour partir avec quelqu’un qui souvent a l’âge de leur propres enfants, ou pour une meilleure situation financière ou tout autre motif, mais que ces gens ne me disent pas : « j’ai la foi en Yahshua et je serai sauvé quand même ».

Ces gens n’ont aucune idée de ce que veut dire « j’ai la foi ». Comprenez ce que veut dire le mot foi : J’agis et je travaille pour mon salut et celui des autres, à cause de ma croyance en Mashiah j’ai la foi. Et non pas je marche dans le péché et je crois.
Jacques 1.21 « C’est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la parole qui a été plantée en vous, et qui peut sauver vos âmes. »
Par grâce la Parole a été plantée en vous. Elle peut sauver vos âmes si vous mettez ces choses en pratique. Votre âme n’est pas sauvée automatiquement, elle doit obéir.

Jacques.1.22 « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements.»
Les religions dites chrétiennes aujourd’hui sont pleines de faux raisonnements ce qui évite de mettre en pratique la parole. On ne fait pas parce que… on ne fait pas shabbat parce que…on préfère dimanche parce que le pape l’a dit…. Bonnes raisons ??

Jacques 1.23-25 « Car, si quelqu’un écoute la parole et ne
la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, 24 et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était. 25 Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui-là sera heureux dans son activité. »
La loi de la liberté n’est pas une religion mais elle est ce que Jacques vient d’expliquer, notre mort, notre pratique, notre sanctification.

Jacques nous parle du véritable chemin pour atteindre la sagesse, cette sagesse qui par Yahshua fera de nous un juste qui entrera dans le royaume. Encore une fois, ce n’est pas une religion.
Jacques 1.27 « La religion pure et sans tache, devant Elohim notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde. »
Jacques vient d’expliquer ce qui est important pour le salut, le nôtre et celui des autres, et il demande maintenant, que signifie le mot religion ?

L’homme juste et sage peut accomplir ce genre de religion (pure et sans tache). Mais ce que nous appelons religion aujourd’hui comme en ce temps-là, ne peut amener l’homme à la pureté, la sagesse et le salut, c’est ce dont Jacques vient de parler.
Jacques 2.14 « Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ? »
La foi sans les œuvres peut-elle sauver ?
Jacques 2.17 « il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. »

Rappelons-nous : l’épreuve de notre foi produit la patience, mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre afin que nous soyons parfait et accomplis sans faillir en rien.
Si la foi n’a pas les œuvres qui s’y rapportent elle est morte en elle-même, c’est de cela que parle Jacques ! Il explique ce que Paul et Pierre ont expliqué, c’est la base de l’évangile profond. Nous sommes à côté si nous vivons seulement une religion humaine, surtout si elle suit les jours fériés de Rome et Babylone.

Jacques 2.18-19 « Mais quelqu’un dira : Toi, tu as la foi ; et moi, j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. 19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent. »
Ce n’est pas ce genre de foi qu’il faut avoir.

Hébreux 12.4-11 « Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. 5 Et vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend ; 6 Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. 7 Supportez le châtiment : c’est comme des fils qu’Elohim vous traite ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ? 8 Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. 9 D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons-nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie ? 10 Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Elohim nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. 11 Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. »

Adonaï châtie ceux qu’il aime, pas l’inverse ! C’est dur pour les gens qui croient en la religion philosophique d’un amour doux doux doux d’Adonaï. Ils ne comprennent pas la véritable sanctification et le véritable respect.

Adonaï prend soin de nous pour nous sortir du péché, car quel est le fils qu’un père ne châtie pas pour lui montrer ce qui est bien ou mal ? Notre Père nous châtie afin que nous participions à sa sainteté, que nous entrions dans son royaume. Ayez foi, il vous aime, il a payé le prix ! Mais Satan a fait perdre de vue, par la psychologie et la psychiatrie qui sont sa religion, que le châtiment, avec les bonnes motivations, amène respect et sagesse. C’est pourquoi les parents ont rejeté ces principes précieux et sages. Et les enfants de notre génération, pour la majorité, deviennent des monstres, incapables de respect, rebelles, qui insultent leurs parents, leurs grands-parents, qui n’ont plus de contrôle.

2 Timothée 3.1-5 « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. 2 Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, 3 insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, 4 traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus qu’Elohim, 5 ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là. »
Nous sommes dans ces derniers temps. Les gens ont l’apparence de la piété : ils vont à l’église, aux assemblées ; le dimanche ils se regroupent tous … Mais ils demeurent rebelles au chemin étroit, et ils sont fanfarons face à ce chemin, cette route qu’ils devraient emprunter pour leur salut mais qu’ils refusent.

Actes 8.9-11 « Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l’étonnement du peuple de la Samarie. 10 Tous, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, l’écoutaient attentivement, et disaient : Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s’appelle la grande. 11 Ils l’écoutaient attentivement, parce qu’il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie ».
De nos jours, beaucoup se nomment chrétiens, et on leur attribue une grande foi. Leur esprit est fort, surprenant, et ce qu’ils disent souvent arrive. Mais beaucoup diront au Seigneur le jour de leur condamnation : « N’avons-nous pas chassé des démons? N’avons-nous pas fait des miracles, en ton nom ? (Voir Matthieu 7.21-23) Nous étions chrétiens, nous avons travaillé fort pour ta cause !
Ha Mashiah leur dira : « Retirez-vous de moi, je ne vous ai jamais connu vous qui offensez la loi d’Elohim. »

Ils ont refusé le châtiment pour arriver à la sainteté ; ils ont brillé en ce monde, mais ce n’est pas ce qui amène au royaume.
Vous devez regarder aux fruits. Paul écrit dans Romains 13.10 : « L’Amour ne fait point de mal au prochain. L’amour est donc l’accomplissement de la loi ». On pourrait préciser : la loi émondée et complétée par Yahshua Ha Mashiah. Voilà pourquoi, l’église primitive avait l’amour comme base de l’accomplissement de la loi, ce que ne vivait pas, ne recherchait pas l’Israël physique qui n’avait pas le Saint Esprit.

Les gens peuvent être surprenants en parlant de la foi qu’ils ont, mais ne soyez pas troublés, ayez du discernement. On reconnaît l’arbre à ses fruits, cueille-t-on du raisin sur des ronces ?
C’est le produit de l’épreuve de votre foi qui doit briller pour les autres. La patience et l’humilité, trempées dans l’Esprit et la parole de vérité en sont la base, c’est presque une base de l’Evangile.

Sachez discerner la religion de l’homme, qui apparaît sous de multiples facettes : pharisienne, babylonienne, magicienne, philosophique, mythologique.
Elles disent toutes croire au Messie vs la sagesse de YHWH.
Nous devons marcher dans les pas de Yahshua Ha Mashiah pour le salut des autres et le nôtre.

Soyez bénis.

Les commentaires sont fermés.