Écrit : N’allez pas à Béthel

Devant les évènements, d’envergure mondiale, qui se déroulent au quotidien sous nos yeux, mon cœur se serre.  Oui tous les morceaux de puzzle sont pratiquement  en place pour que se déroule l’Apocalypse, la grande tribulation  tant redoutée.  Notre esprit humain ne peut que rechercher comment y échapper ou du moins comment en amoindrir les conséquences pour nous et les nôtres.  Que l’Éternel nous donne la force d’être trouvés debout à son retour.

 

Il y a déjà deux ou trois semaines, un Shabbat au matin, mon époux a attiré mon attention sur le livre d’Amos.  Ayant répondu à sa remarque je commence à le lire au complet.  Pour la première fois il m’apparaît avec clarté.  Je le lis et il s’ouvre à mesure devant moi.

 

.Le prophète écrit d’abord les Paroles de YHWH destinées aux nations qui environnent Israël.  Puis vient le chapitre 3 qui commence par la colère du Père contre le fils (humain) qu’Il a choisi.

 

Amos 3 :1-2

 

Écoutez cette parole que l’Éternel prononce contre vous, enfants d’Israël, Contre toute la famille que j’ai fait monter du pays d’Égypte!

Je vous ai choisis, vous seuls parmi toutes les familles de la terre; C’est pourquoi je vous châtierai pour toutes vos iniquités.

 

Ce qui attire mon attention  c’est le « Je vous ai choisis, vous seuls parmi toutes les familles de la terre ».  À l’époque d’Abraham il y avait de nombreuses familles et l’Éternel n’en a choisi qu’une seule.  Mais cette famille quelques siècles plus tard le déçoit sévèrement.  Il lui a manifesté son amour et s’est révélé à ce peuple comme Il ne l’a fait avec aucun autre.  Celui-ci, rebelle, a porté la tente de d’autres dieux ( Actes 7 :42-43) alors que l’Éternel lui faisait traverser le désert en route pour la terre promise, après avoir éliminé l’armée égyptienne, fendu la mer Rouge et pourvu chaque jour à la nourriture et à l’eau nécessaires en plein désert.

 

Notre Papa est constant.

 

Luc 12 :48 à la fin

 

On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié.

 

Et c’est ce qui se produit avec le peuple d’Israël.  L’Éternel lui avait donné plus qu’à tous les autres peuples de la terre et sa désobéissance et sa désinvolture ont pesé plus que celles de tous les autres peuple de la terre.

 

Mais YHWH est justice, équité et bonté et Il n’annonce pas un châtiment sans aussi donner la possibilité de s’y soustraire.

 

Après avoir dressé la liste de tous Ses griefs contre son peuple, (aux chapitres 3 et 4) voici que le Seigneur ouvre une voie sur le pardon après avoir expliquer les malheurs qui attendent le peuple en réponse à sa désobéissance.

 

 

Amos 5 :4-6

 

« Car ainsi parle l’Éternel à la maison d’Israël: Cherchez-moi, et vous vivrez!

 

Ne cherchez pas Béthel, N’allez pas à Guilgal, Ne passez pas à Beer Schéba. Car Guilgal sera captif, Et Béthel anéanti.

 

Cherchez l’Éternel, et vous vivrez! Craignez qu’il ne saisisse comme un feu la maison de Joseph, Et que ce feu ne la dévore, sans personne à Béthel pour l’éteindre, »

 

Pourquoi donc Yahuha précise-t-Il de ne pas chercher  Béthel.  Béthel n’est-ce pas la « maison de Dieu » ?

 

Guilgal n’était-elle pas un lieu prisé par les prophètes ? Pourquoi éviter Beer-Schéba (littéralement « le puits du serment »)?

 

Il  faut connaître, du moins en partie, l’histoire de Béthel pour comprendre.  Wikipédia en fait un court résumé très explicite (http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9thel)

« Béthel est lié dans la Bible au passage des patriarches Abraham et Jacob sur ce lieu : Abraham y construit un autel, tandis que Jacob s’y endort et rêve de l’échelle de Jacob, une échelle parcourue par des anges qui s’élève jusqu’au ciel.

L’Arche d’alliance y réside plus tard à l’époque des Juges d’Israël et Samuel y tient sa cour de justice. Selon le Premier livre des Rois, le roi d’Israël Jéroboam Ier y fait ériger un veau d’or en tant que symbole de Dieu.

Ce fut l’un des principaux sanctuaires des israélites du royaume d’Israël, ou royaume de Samarie,… »

Tout est là.  Dans le lieu que l’Éternel aimait et où l’avaient adoré Abraham et Jacob, où Il avait fait régner sa justice au travers Samuel, le prophète, Jéroboam, à qui YHWH venait de remettre le règne sur 10 des tribus d’Israël, par peur que le peuple n’aille adorer à Jérusalem et finalement ne retourne à Roboam fils de Salomon fils de David  a dressé un veau d’or, ordonnant à ses sujets d’adorer à Béthel plutôt qu’à Jérusalem.  Il a aussi instauré ses propres dates de Fêtes pour que le peuple n’ait pas à aller à Jérusalem.  Il a souillé ce lieu par un veau d’or.  Et pourquoi?  Pour conserver par ses propres forces la gloire qui provenait pourtant de l’Éternel lui-même.  Il a entraîné le peuple à pécher en l’éloignant de l’adoration que le Seigneur lui-même avait ordonnée.  Il a détourné le peuple des Fêtes de l’Éternel et du culte commandé et il le paiera d’ailleurs très cher.

Est-ce que le peuple est innocent pour autant?  Bien sur que non puisqu’il connaissait, de père en fils, les ordonnances de YHWH.

Le rapport avec nous aujourd’hui?  Ne sommes-nous pas « la famille » appelée entre toutes les familles de la terre?  Nous qui nous targuons d’appartenir à Christ? À Yahushua Ha’Mashiah ?

Je m’adresse ici, spécifiquement à ceux qui adorent encore et toujours à Béthel là où notre Roi et Maître a été remplacé par un veau d’or.  Qu’est-ce donc que Béthel au vingt-et-unième siècle ?

Ce sont toutes ces églises (bâtiments ou dénominations) qui prétendent qu’adorer notre Créateur n’importe quel jour est sans importance pourvu que l’on garde une journée de repos.  Ce sont toutes ces églises qui célèbrent joyeusement toutes les fêtes de la Rome antique tout en sachant parfaitement bien que leur origine est totalement païenne. Comme Jéroboam, ces dénominations prétendent servir Élohim mais en réalité elles se sont faites  un dieu accomodant qui comprend parfaitement qu’on le célèbre quand ça nous arrange.  Un dieu finalement qui comprend l’être humain.

Mais voilà, l’Éternel lui-même nous dit « n’allez pas à Béthel » mais cherchez moi.

En ce qui concerne Guilgal, c’est symbolique des œuvres de la chair.  C’est là que Saül, censé attendre le prophète Samuel pour le sacrifice à offrir avant la bataille, décide de le faire lui-même, Samuel tardant trop à son goût.

Remarquez, encore une fois, dans la peur de perdre la royauté que l’Éternel lui avait pourtant donnée, Saül désobéit, croyant ainsi conserver le peuple auprès de lui.  Comme dans le cas de Jéroboam, lui et sa famille en ont payé le prix.

Reste Beer-Shéba, le puits du serment.  Oui, les Israélites ont prêté serment à plusieurs reprises mais chaque fois ce n’était que pour mieux les briser.

Il faut être sourd et aveugle (ou ne pas du tout connaître la Bible) pour ne pas voir en quels temps nous vivons.  La terre ne pourra plus supporter longtemps les hommes et leur folie.  Les dirigeants de tous les pays industrialisés, Europe en tête cherche désespérément comment ils nous obligerons à  prendre cette fichue marque (puce) sans la quelle personne ne pourra plus ni acheter ni vendre.

La situation est si dramatique, l’Église dans un si piteux état, que l’Éternel dit aujourd’hui comme à Israël en son temps : « Craignez qu’il ne saisisse comme un feu la maison de Joseph, Et que ce feu ne la dévore, sans personne à Béthel pour l’éteindre, »

 

Luc 18 :8

 

« ….Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? »

Y aura-t-il encore des serviteurs fidèles à la Parole et à Ses commandements à Béthel?

« Car ainsi parle l’Éternel à la maison d’Israël: Cherchez-moi, et vous vivrez! »

Les commentaires sont fermés.