Écrit : L’évangile

l’ÉVANGILE, par Gilles Serviteur

Source : synthesebiblique.com

 

L’Évangile, aujourd’hui : merveilleuse, bonne nouvelle !  Mais le véritable Évangile est vraiment choquant pour la majorité de ceux qui se disent chrétiens.  Ils n’ont pas entendu et n’ont pas mis leur foi dans ce qui est véritable.

 

J’ai prié durant des années pour que le Maître me donne les fondements de la vérité, les fondements sur lesquels notre maison spirituelle, le temple saint que nous formons, doit être bâtie.  J’ai eu réponse il y a près de trois ans maintenant.  J’ai reçu une image, une vision.  Mon épouse se souvient très bien car ce que je lui ai décrit était assez marquant.  Je vous en donne un aperçu.  J’étais sur une énorme base comme sur des blocs de marbre encastrés les uns dans les  autres.  La largeur devait être celle d’un homme, mais cette fondation qui formait un carré immense, était bien plus grande que je pouvais imaginer.  J’étais bien petit sur cette base et inscrustées dans ce qui me semblait du marbre, se trouvaient d’énormes lettres d’or qui ressemblaient à de l’écriture hébraïque.

 

En ce temps-là, le Seigneur, par son Esprit, à un autre moment, m’a demandé du temps avec Lui.  Bon, il est facile plus tard de voir la corrélation entre les évènements.  Mais lorsqu’ils arrivent multiples au travers le brouhaha de la vie, ce n’est pas toujours évident.  Bien sûr, je suivais le Shabbat et les Fêtes de l’Élohim d’Israël, mais je ne pouvais mettre la lumière sur plusieurs passages difficiles et les expliquer clairement aux gens, à ma maison ainsi qu’à ceux que le Maître m’amenait.

 

J’ai appris que la difficulté était là parce que les mots ont perdu leur signification première.  Le lecteur de la Bible qui en prend connaissance et qui est honnête avec la Parole de Yahuah, le Père, vivra la véritable repentance.  Pour les autres qui se disent « chrétiens », mais ont mis leur foi dans les rudiments païens de ce monde, dans sa philosophie et ses traditions, ne voudront perdre ni leur image dans leur groupement religieux ni dans la société qui est la leur, mais deviendront ennemis de la vérité et souvent la colère sera leur réponse face à l’appel.

 

Les théologiens cachent le mensonge avec des mots qui pourtant devraient jeter une lumière.   Des mots comme repentance, péché, sanctification, justice, iniquité et même amour et grâce pour ne nommer que ceux-là, ne témoignent plus de leur sens premier.

 

La Parole témoigne de la façon dont les hommes agissent, de la façon dont l’ennemi s’attend à donner aux directeurs religieux de camoufler la vérité tout en lisant la Parole, la Bible.

 

Ésaïe 29 : 11 à 13 : « Toute la révélation est pour vous comme les mots d’un livre cacheté que l’on donne à un homme qui sait lire, en disant : Lis donc cela !  Et qui répond : je ne le puis, car il est cacheté (pourquoi est-il cacheté ?  À cause des mots.  Les gens ne connaissent plus le sens des mots donc les paroles ne signifient  rien  pour eux et sont transportées ailleurs loin de la vérité.  Le Maître parle des mots dont on ne comprend pas le véritable sens) ; ou comme un livre que l’on donne à un homme qui ne sait pas lire, en disant : Lis donc cela ! Et qui répond : je ne sais pas lire.  Le Seigneur dit : Quand ce peuple s’approche de moi, il m’honore de la bouche et des lèvres; mais son coeur est éloigné de moi, et la crainte qu’il a de moi n’est qu’un précepte de tradition humaine. »

 

Les gens aujourd’hui savent lire, mais le livre est cacheté pour eux.  Aussi, leur vie religieuse n’est que philosophie et préceptes de traditions humaines, reproches que Yahushua a faits aux hommes religieux de leur temps comme du nôtre.

 

Matthieu 15 : 3 : « Il leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement d’Élohim au profit de votre tradition ? »

 

Le commandement d’Élohim est écrit dans la Thora et c’était le reproche que le Maître leur faisait.

 

Regardez au verset 9 : « C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. »

 

Les commandements d’hommes sont écrits dans la philosophie, dans les rudiments religieux païens ou juifs parce que remarquez ici : Ha Mashia reprend des dirigeants juifs.  Ne vous laissez pas entraînés par  leurs traditions à eux.  Recherchez véritablement ce que la Bible, la lumière nous dit.  Il leur reproche à ces gens qui ont étudié la Thora toute leur vie de suivre des commandements d’hommes et leur démontre qu’ils ont péché, car ils suivent des préceptes qui sont créés par des hommes et non pas l’Élohim d’Israël, le Créateur tout-puissant qui les a appelés.  Ils ont péché.

 

Le péché.  Si vous ne connaissez pas ce qu’est le péché, si vous ne croyez pas la Bible lorsqu’elle vous dévoile ce qu’est le péché, alors vous ne connaissez pas ce qu’est la piété et l’impiété et vous ne discernez pas le bien du mal.  Et voilà pourquoi nous voyons même des pasteurs et des rabbins en faveur de l’homosexualité.  Aucun sens !  Abominable !

 

Votre définition du péché peut être tellement basée sur les livres païens, philosophiques et religieux que l’incrédulité totale ou la colère peut vous envahir lorsque vous êtes face à face avec la véritable définition biblique, la seule véritable pourtant.

 

1 Jean 3 : 4 : « Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. »

 

D’autres traductions vous diront même :  « Quiconque pèche transgresse la Thora… »

 

Le péché est la transgression de la Thora et je suis d’accord avec cette traduction, parce que, de quelle loi parle l’apôtre Jean ici ?  L’apôtre Jean était juif, il a toujours cru à la Parole de l’Élohim d’Israël, l’Ancien Testament, comprenant la Thora, les cinq premiers livres donnés à Moïse, dans laquelle est écrite la loi, pour tous les êtres humains.

 

Jean n’a jamais écrit que pécher était de transgresser la philosophie ou la loi que donnaient les philosophes ou les prêtres romains ou babyloniens.  Les prophètes de l’Ancien Testament demandaient au peuple de se repentir face aux lois décrites dans la Thora, comme les premiers apôtres le firent.  Les premiers apôtres n’étaient pas tous morts que déjà de faux apôtres commençaient à enseigner le contraire de cette vérité et la majorité a été séduite par cette sagesse humaine, diabolique.  Elle l’est encore aujourd’hui.  Vous pourrez voir la base de cela dans 2 Corinthiens 11 à 13 à 15 ; Jude 4 ainsi que 3 Jean 9 : 10.

 

Ce qu’a écrit l’apôtre Jean était clair pour les vrais disciples de son temps : « Le péché est la transgression de la loi créée par Yahuah et donnée à Moïse sur le mont Sinaï.  Il n’y a pas d’autre loi dans le monde qui définit ce qu’est le péché pour l’être humain.  Donc, quiconque pèche, transgresse la loi donnée à Moïse sur le mont Sinaï.

 

La connaissance véritable de ce qu’est le péché, nous éclaire sur ce qu’est la justice dans la vie d’un homme sur ce qu’est le juste dont nous parle la Bible.  Quand je parle d’un homme, je parle de tout le genre humain : homme, femme, enfant, adolescent.

 

Ésaïe 51 : 7 : « Écoutez-moi, vous qui connaissez la justice, peuple, qui as ma loi dans ton coeur ! »

 

Si vous êtes un élu, si vous êtes appelé, si vous êtes rempli de l’Esprit du Maître et si vous marchez dans la justice c’est parce que vous avez la loi, la Thora dans votre coeur.  Vous ne voudrez ni avoir d’autres maîtres, ni d’autres Élohim, et vous ne voudrez pas faire de tort à votre prochain, car c’est ce qu’enseigne la loi de vérité.

 

Psaume 119 : 142 : « Ta justice est une justice éternelle, et ta loi est la vérité. »

 

La parole est la vérité parce que la loi est la vérité, elle nous enseigne le chemin.

 

Verset 160 : « Le fondement de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles. »

 

C’est pourquoi l’apôtre Jean continue au verset 7 de 1 Jean 3 : « Petits enfants, que personne ne vous séduise. »

 

Puisque l’apôtre Jean vient de définir le péché de la séduction dont il nous parle et que ce péché est donc la transgression de la loi donnée sur le mont Sinaï, nous parlons ici de la piété que nous retrouvons dans Lévitique 23 et de la loi de la justice que l’on doit retrouver dans la vie d’un disciple de Yahushua et que l’on nommerait aujourd’hui la moralité.  Nous la retrouvons également dans Lévitique 18, 19, 20 et à plusieurs autres endroits dans les cinq premiers volumes donnés à Moïse, la Thora, et que Paul exige dans 1 Corinthiens 9 et 10.  Nous verrons cela plus tard.

 

Continuons donc au verset 7 de 1 Jean 3 : « Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste. »

 

Si Yahushua Ha Mashia est juste c’est qu’il ne transgresse pas la loi donnée à Moïse sur le mont Sinaï.  Le juste donc, pratique la justice et pratiquer la justice est donc accomplir la loi.  Le juste apprend à  ne pas pécher.

 

Romains 8 : 4 : « … et cela, afin que la justice de la loi fût accomplie en nous (en nous qui sommes Nazaréens, qui croyons en Yahushua.  Je pourrais même dire pour mieux comprendre : … afin que la justice de la loi soit accomplie par nous afin que les autres voient la justice sainte de Yahushua en nous, comme si nous étions son bras, son coeur, qui continue à marcher dans ce monde) qui marchons, non selon la chair (car la chair nous conduit au péché), mais selon l’Esprit (l’Esprit saint qui nous amène à la justice). »

 

Romains 2 : 13 est vraiment une perle, un passage charnier pour tenir la porte de la vérité : « Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Élohim, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. »

 

Est-ce que cela pourrait être plus clair ?  Ceux qui accomplissent la loi sont donc les justes et ils sont justifiés, car ils pratiquent la justice.

 

Par la lumière sur les mots : justice, justifié et juste, nous pouvons comprendre la puissante parole de l’Évangile qui nous dit : « Le juste vivra par la foi. »  Oh !  Ce verset a complètement été chamboulé, changé, mais la parole nous dit donc que celui qui accomplit la justice de la loi à cause de sa foi en Yahushua Ha Mashia, sera justifié et vivra.  C’est ce qu’elle dit !  Mais on a tellement enlevé la valeur des mots que les « chrétiens » d’aujourd’hui comprennent ce passage à peu près comme suit : Les hors la loi, ceux donc qui demeurent rebelles à la sainteté en se disant qu’ils ne sont plus sous la loi, à cause de leur foi… mais avant d’aller plus loin dans le raisonnement, à cause de quelle foi ?  Ils ont le genre de foi qui prend le nom de Jésus, comme le pape et l’église catholique le font, mais qui marchent dans l’impiété et qui récoltent des fruits impurs.  Ils se croient des justes, des sauvés, parce qu’ils marchent au nom de Jésus, de façon très religieuse.  Mais ils marchent comme des impies, ils sont aveugles.

 

Et pourtant, je le répète, la logique de la phrase : « Le juste vivra par la foi » est celle-ci : Celui qui accomplit la justice de la loi à cause de sa foi en Yahushua Ha Mashia, sera justifié.

 

Vous venez d’entrer dans quelque chose qui s’apparente à la science des saints.  Elle ne vous apprend pas à pécher, mais au contraire, à marcher dans la justice de l’Éternel.

 

Le mot « sanctification » maintenant.  Nous voyons donc que notre justification aux yeux de Yahuah, notre Père, passe par notre sanctification à cause de notre foi et par l’action merveilleuse de l’Esprit-Saint qui ouvre notre esprit sur ce sujet primordial.

 

Hébreux 12 : 14 : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. »

 

Ne me dites pas : « Je peux continuer à pécher et je verrai le Seigneur » !  Méditez cette parole puissante !  Personne ne verra le Seigneur sans la sanctification, la véritable repentance.

 

Maintenant que nous sommes éclairés sur le mot justice, nous pouvons mieux saisir et accepter les propos de l’apôtre Paul.

 

Romains 6 : 16 : «  Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ? »

 

Paul nous dit ici clairement : soit que vous demeuriez rebelles à la loi donnée par Élohim à Israël et vous irez à la mort, soit que vous obéissiez à la loi écrite dans la Thora et vous serez justifiés.  C’est sans équivoque ici : le péché n’est pas de désobéir aux préceptes des religions humaines, mais bien de désobéir aux préceptes de la Thora.

 

Si les prophètes du Tanak (l’Ancien Testament), Yahushua et les premiers apôtres étaient ici, ils vous le confirmeraient.  Ils parlent bibliquement, ils parlent de la parole.

 

Au verset 17 et 18 : « Mais grâces soient rendues à Élohim de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits, ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. »

 

Si donc devenir esclave de la justice veut dire accomplir les lois justes, alors être affranchi du péché veut bien dire être délivré de son emprise par l’Esprit saint agissant en nous que nous avons reçu par la victoire de Yahushua.  Le péché ne domine plus sur celui qui est affranchi du péché parce qu’il marche dans la justice de victoire en victoire.

 

1 Corinthiens 6 : 11 (Paul parle de ceux qui marchent dans le péché, dans la transgression de la loi): « Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous.  Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom de l’Adonaï Yahushua Ha Mashia, et par l’Esprit de notre Élohim. »

 

Premièrement, Paul nous dit que nous avons été lavés et c’est par le sang de Yahushua qui a été versé pour nous et qui ouvre une porte pour notre salut pour les preuves que nous avons à faire, nous.

 

Deuxièmement, nous avons été sanctifiés et c’est par l’action de l’Esprit -Saint et le contact de la parole d’Élohim.  C’est pourquoi le Maître prie le Père dans Jean 17 : 17 et dit : « Sanctifie-les par ta parole : ta parole est la vérité. »

 

Et nous avons vu plus haut dans le Psaume 119 au verset 142 que la loi est la vérité, elle est celle qui conduit l’homme.

 

Ta parole est la vérité, sanctifie-les et apprend leur à ne pas voler, mentir, à n’avoir que toi comme seul Élohim : voilà ce qu’est en train de dire le Seigneur.

 

Maintenant le mot justifié dans 1 Corinthiens 6 : 11, c’est le résultat de notre réponse à l’appel.  Après avoir été lavés, nous avons comme devoir d’être sanctifié et c’est notre travail avec l’Esprit et la parole, et la justification arrive.  C’est tellement réel que beaucoup sont appelés et peu sont élus, car peu acceptent de marcher dans ce chemin étroit comme nous le voyons dans Matthieu 22 : 14.

 

Méditez la parole, elle est puissante !  Qu’elle transforme vos coeurs, qu’elle vous amène à la vérité, qu’elle vous éloigne de tous les paradigmes qu’ils soient juifs ou païens et qu’humblement, vous marchiez dans ce qui est véritable.

 

Romains 8 : 30 : « Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés (lorsque vous serez ressuscités comme cohéritiers avec Yahushua lorsqu’il reviendra vous serez aussi glorifiés avec Lui). »

 

Maintenant entre « appelé » et « justifié », nous avons vu que l’appelé est aussi lavé par le sang, il est aussi sanctifié par l’Esprit et par la parole et là il se rend à la justification.  Ces choses doivent être comprises, c’est votre travail comme Nazaréen, comme disciple de Yahushua, d’être sanctifié.  Vous ne pouvez baisser les bras devant votre travail, votre repentance.

 

Romains 2 : 14 à 16 : « Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi (lorsqu’il parle des païens, il parle de ceux qui sont sans la loi, c’est-à-dire que dans leur nation, ils n’ont pas reçu cette loi, ils n’ont pas les prophètes.  Et, lorsqu’il parle des gens qui sont sous la loi, il parle des juifs qui ont reçu la loi.  Maintenant, ces païens ont entendu sans doute les paroles de Moïse, ils sont touchés dans leur coeur), ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes; ils montrent que l’oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour (ils veulent faire la volonté d’Élohim).  C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Élohim jugera par Yahushua Ha Mashia les actions secrètes des hommes. »

 

Comprenez : l’Évangile qu’enseignait l’apôtre Paul exigeait que nos actions soient conformes à la loi d’amour de la Thora, car le Seigneur nous jugera à la lumière de cette loi.

 

La première chose que l’Évangile exige est la repentance.  En Yahushua, elle est la base et la clé de notre salut.  Yahushua a fait sa part et nous devons faire la nôtre.

 

Jean 8 : 11 : « Elle (la femme prise en flagrant délit d’adultère) répondit : Non, Seigneur.  Et Yahushua lui dit : Je ne condamne pas non plus : va, et ne pèche plus. »

 

Quoi que l’on en dise, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère.  Elle a transgressé la loi d’amour donné par l’Élohim d’amour.  Ha Mashia a ouvert une porte pour elle.  Elle avait péché et c’était connu de tous.  Elle aurait mérité un jugement comme le meurtrier méritait un jugement.  Mais le Seigneur lui dit : je ne te condamne pas.  Et quoique vous pensiez aujourd’hui en disant : « Oui, mais nous ne faisons plus mourir les gens parce que… »  Oui, mais votre jugement est seulement différé.  Si vous ne vous repentez pas, vous mourrez, éternellement, je vous assure.

 

Le Seigneur lui dit ensuite : « Va (cela veut dire fais ta vie, continue femme), et ne pèche plus (mais ne transgresse plus la loi donnée à Moïse, ne convoite plus d’autres hommes, ne ment plus à ton mari et ne commet plus d’adultère). »

 

Cela aussi doit finir par être visible pour tout ceux qui la côtoient, car le disciple de Yahushua n’est pas un hors-la-loi, il s’est repenti de ses péchés.

 

Oui, nous arrivons au coeur de l’Évangile : la repentance.

 

Que veut dire le mot : repentance ?  Si vous allez voir dans les livres païens vous aurez peut-être toutes sortes de définitions, mais bibliquement, car nous devons demeurer biblique, la parole de vérité nous dit que se repentir c’est CESSER DE PÉCHER.

 

Puisque nous avons défini ce qu’est le péché, nous comprenons que se repentir est de cesser de transgresser la loi donnée à Moïse sur le mont Sinaï.  Je le répète.

 

Les hommes s’attachent aux promesses bibliques, mais ils détestent la repentance.   Ils s’attachent donc aux promesses bibliques, mais servent un autre maître.  L’esclave du péché sert le maître du péché, c’est-à-dire satan, et ils se disent parfois « chrétiens », et il y en a beaucoup.

 

Le maître leur parle et il vous parle aujourd’hui et ce n’est pas à la légère, c’est important.  Il y va de votre vie éternelle

 

Matthieu 7 : 21 à 23  : Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! (Comme vous pouvez le constater, ils se disent « chrétiens », ils disent qu’il est leur Seigneur)  N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux (cette volonté a été donnée à Moïse dans la Thora).  Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ?  N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ?  Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? (Au nom de Jésus, ils ont recherché des dons et des promesses et souvent, ils ont été glorifiés comme dirigeants parmi les hommes religieux).  Alors, je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité (qui offensez la loi d’Élohim). »

 

Le mot « iniquité » en Hébreux se dit « offense à la loi d’Élohim ».  Dites les choses comme elles se doivent, pensez-les comme elles se doivent.

 

La majorité dite « chrétienne » a préféré une religion idolâtre qui prône abondance, dons, promesses, et ils ont méprisé le chemin de la vérité, la repentance qui conduit à la vie.  Ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles et qui tomberont dans la mort.

 

Matthieu 7 : 13 et 14 : « Entrez par la porte étroite.  Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.  Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mène à la vie, et il y en a peu qui les trouvent (ils préfèrent la religion des hommes). »

 

Yahushua connaît ses véritables serviteurs.  Vous pouvez jouer avec la crédulité des gens, mais vous ne tromperez en rien le Maître, Ha Mashia.

 

Écoutez la base de l’Évangile après que le Messie a ouvert la porte pour nous par son sang, nous devons vivre cette base, car tous ont péché et tous ont besoin d’entrer par le sacrifice de Yahushua.

 

Matthieu 4 : 17 : « Dès ce moment Yahushua commença à prêcher, et à dire : repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. »

 

Les premières paroles de Yahushua furent de donner le chemin, l’exigence ultime, incontournable, de l’Évangile.  Et c’était quoi ?  REPENTEZ-VOUS !  Pour tous les juifs qui entendirent les paroles saintes de Ha Mashia, il était clair que l’ordre était de cesser de transgresser les lois écrites dans la Thora et données à Moïse par l’Élohim d’Israël.  Personne n’est allé voir les Grecs, les Romains, les Syriens, les Égyptiens comme aujourd’hui ils le font pour connaître comment vivre comme « chrétien ».  Ils sont allés voir dans la parole vivante qui enseignait la vérité, le chemin.  Et ce chemin, c’était aussi pour les premiers apôtres, c’est aussi ce qu’ils ont demandé, c’est ce qu’ils demandaient à la première Église.

 

On peut voir qu’à la base, l’Évangile est d’une simplicité étonnante.  La foi dans la résurrection et dans le royaume qui nous est offerte par l’oeuvre de Yahushua, pousse les croyants, l’être humain, à répondre aux exigences de Yahuah, le Père, c’est-à-dire de cesser de transgresser les lois de la piété et de la justice qu’il a données à Moïse, sa volonté.  Et, le résultat est que vous en veniez à vénérer et adorer un seul Élohim, votre Créateur, et que vous aimiez votre prochain au nom de Yahushua.  Mais les désirs de la chair combattent la sainteté, cette sainteté.  Aussi, nous est-il demandé le baptême : « Repentez-vous et soyez baptisé », ça veut dire quoi ?

 

Le baptême exigé pour sceller l’accord entre nous et notre Créateur qui représente la mort de vos désirs, votre mort avec Yahushua.  Oui Seigneur, je me donne, tout ce que je suis, comme Yahushua s’est donné pour moi sur la croix.  Il n’y a pas moyen de passer autrement : votre mort avec celle du Maître Yahushua et votre vie pour Yahuah, le Père, dans ses voies saintes deviendront votre justification et vous serez cohéritiers avec Yahushua.

 

Actes 7 : 38 : « C’est lui (Moïse) qui, lors de l’assemblée au désert, étant avec l’ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants (la loi vivante qui nous enseigne la vérité et la vie dans laquelle nous devons marcher), pour nous les donner. »

 

C’est à nous, aux élus, aux appelés, à l’Église, que ces oracles ont été donnés et non seulement à l’ancien Israël ou aux juifs.  Ils nous ont été donnés pour nous conduire dans la volonté du Père et si vous transgressez la loi donnée à Moïse, alors vous n’avez pas répondu « oui » à l’appel de Yahushua Ha Mashia et vous n’avez jamais été réellement repenti de même que vous n’avez ni connu ni accepté la base de l’Évangile.  Vous n’êtes donc pas disciple de Yahushua Ha Mashia même si vous vous appelez « chrétien » depuis plusieurs années.  Vous marchez dans le mensonge.

 

La parole d’Élohim est la vérité et c’est sur elle que s’appuyait la première Église.  Ce qui est bien ou mal est écrit dans la Thora et les disciples de Yahushua le savaient.  De nos jours, les gens méprisent la parole.  Croyez la parole, ayez la vie, repentez-vous.

 

Marc 1 : 14 : « Après que Jean eut été livré, Yahushua alla dans la Galilée, prêchant l’Évangile d’Élohim.  Il disait : le temps est accompli, et le royaume d’Élohim est proche.  Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. »

 

Yahushua prêchait l’Évangile d’Élohim.  Il parlait du royaume de son Père.  Et, voulez-vous entendre ce qu’il disait comme bonne nouvelle ?  C’est quoi la bonne nouvelle ?  Il disait que ceux qui cesseraient de transgresser la loi donnée à Moïse sur le mont Sinaï, auraient droit à la vie dans le royaume d’Élohim.  Wow !  Quelle bonne nouvelle !  Est-ce celle-ci que l’on vous a apprise ?  Si ce n’est pas celle-là, vous n’avez donc jamais entendu la bonne nouvelle.

 

La volonté d’Élohim, la loi, nous a été donnée par Moïse, mais la grâce qui nous ouvre une porte à salut et nous donne l’Esprit-Saint pour vaincre nos mauvaises tendances pécheresses, nous a été donnée par Yahushua Ha Mashia.  Voilà, pourquoi on dit que Moïse a amené la loi et le Messie la grâce.  Mais la grâce nous amène à la repentance et nous donne le pouvoir de suivre la loi, la vérité, et d’être sanctifié et justifié.  Voilà ce qu’elle fait, voilà pourquoi vous êtes appelés des saints, sinon vous êtes encore des pécheurs et des impies.

 

Marc 10 : 17 à 20 : « Comme Yahushua se mettait en chemin, un homme accourut, et se jetant à genoux devant lui : Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle (c’est la question !  C’est la question posée à l’Église.  Que doit-elle répondre ?  La même chose que son Maître Yahushua.)  Yahushua lui dit : pourquoi m’appelles-tu bon ?  Il n’y a de bon qu’Élohim seul.  Tu connais les commandements : Tu ne commettras point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère.  Il lui répondit : Maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. »

 

Vous voyez, une partie des dirigeants chrétiens aujourd’hui diraient à ce jeune homme : tu es parfait.  Tu auras la vie éternelle.  Une autre partie lui dirait : Mais devient le disciple de notre Jésus et tu ne seras plus sous le joug de la loi.  Tu n’auras plus à suivre cette loi astreignante et tu seras sous la grâce.  Tu auras la vie éternelle.

 

Mais je vous demande : quel est donc leur Seigneur ?  Leur Jésus ?  Celui qui leur permettrait d’être idolâtres, adultères, voleurs, menteurs tout en se proclamant être son disciple ?  Quelle est donc cette grâce qui fait de ces disciples des hors-la-loi des hors-sainteté ?

 

Mais qu’a donc dit le seul Adonaï, le vrai Seigneur ?  Ha Mashia, le vrai Yahushua.  Regardez au verset 21 : « Yahushua l’ayant regardé, l’aima, et lui dit : Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel.  Puis viens, et suis-moi. »

 

Oh la !  Non seulement Ha Mashia n’a pas enlevé les ordonnances de son Père, la loi, mais il en rajouta, il éclaira davantage la loi, la volonté d’Élohim, car le jeune homme était idolâtre de mammon.  Yahushua a invité cet homme à devenir son disciple à condition qu’il renonce à  la cupidité et à l la convoitise.  Cet homme brisait aussi le premier commandement d’Exode 20 verset 3 : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » car mammon est un autre dieu devant la face du Créateur.  Cet homme devait mourir à lui-même.

 

La volonté du Père, la loi sainte, par l’action de l’Esprit-Saint, arrache en nous, comme elle devait arracher de l’homme, les racines du péché.

 

Mais cet homme a reculé et pourtant le Messie lui avait tendu la main.

 

Agir, faire une religion humaine jusqu’à un certain point : oui.  Faire du bien : oui.  Mais vraiment monter sur la croix et marcher dans la volonté du Maître, c’est autre chose.  C’est ce que représente notre baptême.

 

L’homme ne voulut pas du baptême, il ne voulut pas mourir aux désirs de sa chair et devenir un véritable disciple de Yahushua.  Un homme religieux et honoré par les hommes parce qu’il fait du bien : oui.  Mais mourir à son idolâtrie : non, et ça, c’est le plus difficile.  Voilà votre baptême, vous ne pouvez le mépriser, voilà pourquoi il est demandé par l’Évangile.  Il représente quelque chose de profond; c’est vous, votre mort.

 

La véritable grâce maintenant.  Les gens en parlent tellement et de manière particulière.  Quelle est donc cette grâce que le Maître nous a donnée ?

 

Tite 2 : 11 : Car la grâce de Yahuah, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.  Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété… »

 

Wow ! La véritable grâce de Yahuah, notre Père, nous éclaire et nous enseigne la véritable repentance et à renoncer à l’impiété.  L’impiété est un volet important de notre repentance, un volet qui ne peut être éclairé que par la Thora car elle seule nous apprend ce qu’est la piété et ce qu’est l’impiété.  N’allez pas voir les livres païens ou philosophiques.  La véritable grâce nous enseigne aussi à renoncer aux convoitises mondaines.  C’est quoi les convoitises mondaines ?  Le clinquant, la vanité de ce monde social, politique, artistique et religieux.  Le jeune homme aimait bien !  Il disait vouloir servir Yahushua et qu’il avait toujours respecté les commandements.  Mais Yahushua maintenant lui disait : meurs à ton clinquant, donne ce que tu as, donne-le aux pauvres et suis-moi, humblement et pauvrement.  L’homme ne le voulait pas.

 

Je vois parfois à la télévision des personnes truffées d’objets de valeur, de richesses, de bijoux, et les gens qui les regardent sont subjugués par eux et les adulent.  Ils ont aujourd’hui une gloire, mais face ce que je vous ai amené dans cette étude, ils reculent, ils ne veulent pas en entendre parler et parlent contre la vérité.  Méfiez-vous.

 

La grâce d’Élohim nous enseigne à marcher selon la sagesse qui est liée à la justice, car la sagesse dont la base est la crainte de l’Éternel, nous conduit à marcher dans les lois de justice décrites dans la Thora.  Nous avons vu ce qu’est la justice.

 

La grâce de l’Élohim d’Israël, notre Maître, nous enseigne à marcher dans la piété décrite dans Lévitique 23, la piété décrite dans la Thora.  Lorsque les gens disent : « Tu es sous la grâce donc tu n’es plus sous la loi », cette parole vient de la bouche même de satan pour enfermer dans la désobéissance ceux qui lisent la Bible et qui se disent chrétiens.  Elle va totalement à l’encontre  de l’enseignement de Yahushua Ha Mashia, de l’apôtre Paul et des premiers apôtres.  La véritable grâce non seulement nous ouvre une porte par le sang de l’Agneau, mais nous donne l’intelligence de marcher dans le sentier étroit de la sanctification.  Le véritable Évangile témoigne de cette lumière.

 

On aime beaucoup amener Jean 3 : 16 mais on en a totalement tordu le sens.

 

Jean 3 : 18 et 19 : « Celui qui croit en lui n’est point jugé (pourquoi il n’est point jugé ?  Parce que celui qui croit le Messie se repent et marche dans la justice); mais celui qui ne croit pas est déjà jugé (car il continue de pécher), parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique d’Élohim.  Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres (le péché) à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.

 

Soyez éclairés par la parole.  Lorsque la Bible parle de la lumière, elle parle de la Thora, de la loi qui éclaire l’homme sur ce qu’est la piété, la justice, la vérité et la moralité.  Le mensonge vous l’avez dans d’autres livres.

 

Voilà pourquoi dans Ésaïe 51 : 4 il dit : « Mon peuple (on ne parle pas uniquement d’Israël, on parle de l’Église, des élus, à travers les siècles), sois attentif !  Ma nation, prête-moi l’oreille !  Car la loi sortira de moi, et j’établirai ma loi pour être la lumière des peuples. »

 

La lumière des juifs, la lumière d’Israël ? La lumière des peuples !  Des nations entières.  Et la loi décrite ici est la Thora et c’est ce travail, cette oeuvre immense que Yahushua est venu faire, il est venu ouvrir la porte pour les peuples afin qu’ils puissent marcher dans la lumière de la loi.

 

Retournons dans Jean 3 : 20 : « Car quiconque fait le mal (donc celui qui transgresse la loi) hait la lumière (même s’il est dirigeant chrétien, il déteste la Thora et n’aime pas qu’on lui en parle), et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées; »

 

Comprenez : quiconque refuse de renoncer à l’impiété et rejette les shabbats hebdomadaires et annuels, les lois, les fêtes de l’Éternel, ne veut pas que vous lui montriez la lumière de la Bible à ce sujet, il préfère avoir des livres païens qui lui parlent des fêtes sociales et païennes.  Il ne veut pas que vous lui montriez la vérité et il ne veut pas que vous le montriez non plus à ses ouailles, à ses disciples à lui.

 

Au verset 21 : « … mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière (à la Bible, à la Thora, à Yahushua et à son message de se repentir), afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Élohim.

 

Je peux vous montrer que ce que nous disons et ce dont nous parlons vient d’Élohim dans sa parole vivante.  C’est là que nous les avons prises.  C’est biblique.

 

1 Corinthiens 6 : 9 et 10 : « Ne savez-vous pas que les injustes (tous ceux qui pèchent et qui transgressent la loi) n’hériteront point le royaume d’Élohim ?  Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume d’Élohim. »

 

Il y a des gens qui vous diront qu’ils suivent la loi mais seulement les dix commandements, le reste n’est pas pour eux.  Ah bon ?  Où donc Paul a-t-il pris dans les dix commandements que les efféminés, les homosexuels, les ivrognes et les ravisseurs pèchent ?  Ce n’est pas écrit dans les dix commandements.  Mais c’est écrit dans la Thora.

 

Les dix commandements résument la Thora, la volonté du Père.  Les dix commandements écrits résument le reste que l’on peut voir à propos de la débauche ou de ce qui est pur, de ce qui est impie ou de ce qu’est la piété.

 

Donc, cesser de transgresser la loi décrite dans la Thora pour obtenir la vie éternelle dans le royaume d’Élohim était le message de Paul, grâce à la porte qui était ouverte, c’était la base.

 

Allons voir dans 1 Timothée 1 : 8 à 11 car Paul n’a pas écrit cela à seulement un endroit : « Nous n’ignorons pas que la loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime (pourvu que l’on s’en serve comme il se doit, pas avec abus, mais véritablement, avec amour), sachant bien que la loi n’est pas faite pour le juste (ici les gens qui ne comprennent pas vous diront : « Eh! Bien voilà nous ne sommes plus sous la loi. »   Mais non !  Le mot « juste » est celui qui suit la loi donnée à Moïse, donc la loi ne le jugera pas), mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les meurtriers, les impudiques, les infâmes, les voleurs d’hommes, les menteurs, les parjures (la loi les jugera), et tout ce qui est contraire à la saine doctrine (donc, tout ce qui est contraire à ce qui est écrit de pureté dans la Thora), conformément à l’Évangile de la gloire de l’Élohim bienheureux, Évangile qui m’a été confié. »

 

Je vous le demande : est-ce que vous avez le même Évangile que Paul ?  Enseignez-vous ces choses disant aux disciples de Yahushua que s’ils ne se repentent pas et qu’ils marchent encore dans le péché, ils n’auront pas la vie éternelle ?  Prenez-vous vos directives aux mêmes endroits que l’apôtre Paul ?  Êtes-vous conformes à l’Évangile annoncé par Paul ?

 

Apocalypse 14 : 12 : « C’est ici la persévérance des saints (C’est quoi un saint ?  Un saint c’est quelqu’un qui marche dans les lois de l’Éternel), qui gardent les commandements d’Élohim (la loi, la Thora) et la foi en Yahushua. »

 

Ils ont suivi l’Évangile donné par Paul, par Jean, par Pierre, par Jacques.  Ils ne seraient pas saints s’ils n’avaient pas gardé la loi du Maître tout-puissant.

 

Yahushua c’est le messager venu parmi nous.  Il a donné des exigences, mais les religions humaines ont voulu prendre pour elle la gloire du messager, la gloire de Yahushua, tout en rejetant de façon pernicieuse son message.

 

La repentance liée à l’amour à cause de la foi de l’oeuvre salvatrice de Yahushua, nous ouvre, pour nous, le salut.  C’était le message.

 

D’ailleurs, le mot « amour » est un autre mot totalement incompris par le monde chrétien qui accepte les définitions philosophiques de ce monde et refuse la définition de la Bible.  Nous irons voir la définition de la Bible mais avant, voyons 1 Timothée 6 :20.  Que dit Paul à propos de ceux qui ont mélangé la vérité avec le mensonge et qui ont enlevé le pouvoir des mots véritables pour cacher la véritable repentance ?

 

1 Timothée 6 :20 : O Timothée, garde le dépôt, en évitant les discours vains et profanes (s’ils sont vains, c’est qu’ils sont profanes, ils viennent des livres païens, des traditions.  Le dépôt est réellement la vérité qui a été enseignée, la Thora), et les disputes de la fausse science dont font profession quelques-uns, qui se sont ainsi détournés de la foi… »

 

Les quelques-uns sont devenus la majorité aujourd’hui et ils ne marchent plus dans cette foi et n’ont plu cet Évangile et n’appellent plus à la véritable science.  C’est une fausse science.  C’est le monde profane qui a pris place dans le monde chrétien sous le nom de Jésus.

 

Il y aurait encore tellement de choses à dire.  Je vais apporter encore quelques versets pour appuyer la vérité, pour éclairer cette réalité.

 

Luc 16 : 29 : « Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent. »

 

Pourquoi Abraham dit-il cela ?  Parce que c’est la réponse pour ceux qui veulent la vie éternelle.  Moïse a reçu la loi et les prophètes de l’Ancien Testament ont enseigné cette loi.  Et c’est la volonté d’Élohim pour nous.  Il disait donc : repentez-vous.

 

Aux versets 30 et 31 : « Et il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront (se repentir de quoi ?  Évidemment, nous l’avons vu, de la transgression de la loi sur la piété et de la loi sur la justice moralité que Moïse a reçue.  C’est de cela qu’ils discutaient. Et Abraham lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu’un des morts ressusciterait. »

 

Je vous le dis pour devenir disciple de Yahushua, la première condition incontournable est d’écouter Moïse et les prophètes.

 

Nous retournons à la plus grande question posée à l’homme s’il rencontrait son Créateur.  Luc 10 : 25 : « Un docteur de la loi se leva, et dit à Yahushua, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? »

 

Église, si on vous pose la question, que répondez-vous ?

 

Au verset 26 : « Yahushua lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ?  Qu’y lis-tu ?

 

Le Messie conduit cet homme à la loi pour qu’il obtienne la vie éternelle.  C’est la repentance face à la vérité.

 

Aux versets 27 et 28 : « Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Élohim, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même.  Tu as bien répondu, lui dit Yahushua; fais cela, et tu vivras. »

 

C’est la réponse que vous devez donner à ceux qui vous posent la question en Yahushua Ha Mashia.

 

En Corinthiens 13 verset 8 il est écrit que l’amour ne périt jamais.  Les gens se sont fait une religion autour de ce verset et ils ont pris les livres philosophiques remplis de faussetés pour comprendre ce qu’est l’amour.

 

Mais prenez Romains 13 au verset 10 pour voir de quoi il en retournait lorsque Paul parlait de l’amour qui ne périt jamais.  L’amour fait partie de l’Évangile, il est le coeur de l’Évangile.  Si vous le suivez, vous vivrez : « L’amour ne fait point de mal au prochain : l’amour est donc l’accomplissement de la loi. »

 

L’amour est l’accomplissement de la loi donnée à Moïse.  C’est la base de l’Évangile.  Aimez et adorez Yahuah selon ce que prescrit la loi et aimez votre prochain comme vous-même c’est accomplir la loi à son égard.  Faites cela et vous vivrez !  C’est la bonne nouvelle !

 

Soyez bénis.

Les commentaires sont fermés.