Écrit : Répondre à votre appel

COMMENT RÉPONDEZ-VOUS À VOTRE APPEL ?

Aujourd’hui je lisais ma bible. Un verset en particulier m’a saisi.

Luc 6;12

En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu.

Yéshua vient de faire des miracles, il a guéri la main de l’homme un jour de shabbat rendant ainsi furieux tous ces « bons » pharisiens, tous ces gens si religieux. Il avait l’autorité et la légitimité pour le faire. Sa puissance lui vient directement du Père.

Et là, il s’en va sur la montagne pour prier. Le lendemain que fait-il? Il choisit les douze qui le côtoieront au quotidien pour tout le reste de son temps sur la terre (sauf Juda bien entendu qui ne l’a pas vu ressuscité).

Verset 13

Quand le jour parut, il appela ses disciples, et il en choisit douze, auxquels il donna le nom d’apôtres:

Notez bien; le Seigneur avaient un grand nombre de disciples, et lui, qui connaissait le cœur de chacun d’entre eux a prié son Père toute la nuit avant de choisir les douze.

Mon mari a l’habitude de dire que Yéshua a choisi des hommes qui sentaient le poisson. Et c’est vrai pour Pierre, André, Jean et Jacques tout au moins, que le Seigneur a appelés après la première pêche miraculeuse. Je vous ferai aussi remarquer que trois de ces hommes ont assisté à plusieurs miracles que les autres n’ont pas vu entre autre la transfiguration de même que la résurrection de la fille de Jaïrus.

De tous les disciples présents ce jour-là, douze ont été « élus ». C’était si important et si crucial, que le Maître a prié Son Père toute la nuit avant de rendre le choix définitif. J’imagine facilement les autres disciples qui se disent : « Ha zut! moi aussi j’aurais bien voulu être choisi » Qu’est-ce qu’ils ont de plus que moi ces gars-là?

Le Seigneur en a envoyé soixante-dix, plus tard pour chasser les démons et prêcher la bonne nouvelle mais Il enseignait en particulier à ces douze là.

En fait, il y avait une grande multitude de gens qui suivaient le Seigneur. D’abord, la foule en général qui recherchait les sensations fortes, les miracles, les guérisons. Cette foule se régalait très certainement d’entendre le Seigneur remettre les scribes et les pharisiens à leur place eux qui n’avaient que mépris pour les publicains et les gens de mauvaise vie. Elle savourait aussi ses enseignements même si en général elle n’y comprenait pas grand-chose. Et puis, il y avait les fois où il avait nourri les foules. C’est quelqu’un ce Jésus.

Puis, il y avait les disciples ceux qui le suivait partout, ils étaient moins nombreux mais tout de même. S’il a pu en envoyé soixante-dix c’est qu’ils étaient sans doute plus d’une centaine à le suivre. Ces gens voyaient plus loin que les miracles et les prodiges. Ils comprenaient que le Maître poursuivait un but précis : l’instauration de Son royaume. Il y avait cependant un « hic ». Plus le temps passait et plus le discours de Yéshua devenait bizarre. Et là je jour où il a dit : «  En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. » (Jn 6;53) ils ont détalé comme des lapins. « Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui. » ( Jn 6 :66)

Au moment où le Seigneur est crucifié même ses précieux douze (onze dirons-nous dans un souci d’exactitude) vivent des heures de tourmente qu’ils n’auraient certainement pas pu imaginer même dans leurs pires cauchemars. Au pied de la croix; sa mère, quelques femmes qui l’avaient assisté de leurs biens tout au long de son ministère et l’apôtre Jean. Peut-être que les autres n’étaient pas très loin mais il n’en est pas fait mention.

Plus la tourmente a soufflé plus les « élus » se sont raréfiés.

Toute cette réflexion m’a amené à l’inévitable question; est-ce que j’aurais été des douze? Si j’avais été là, me serais-je rendue jusqu’au pied de la croix? Le Seigneur aurait-Il pu construire en m’utilisant comme pilier comme Il l’a fait avec les douze (Juda ayant été remplacé comme on le sait) après Sa résurrection?

Ne répondez pas « oui » avec trop d’enthousiasme. Vous pouvez répéter sur tous les tons et tous les temps que, vous, vous n’auriez pas été comme ces gens, le Seigneur connaît votre cœur mieux que vous-même.

Tout à coup mon appel a pris une dimension toute nouvelle. Nous sommes habitués d’entendre dire qu’il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. Nous avons fini par considérer la chose comme une fatalité à laquelle nous ne pouvons pas grand-chose. Et pourtant l’appel a tellement d’importance que Yéshua a prié toute la nuit avant de faire son choix même s’il connaissait chacune de ces personnes.

Encore aujourd’hui notre appel a tellement de prix que le Seigneur lui-même ne cesse d’intercéder pour nous auprès de notre Père et que l’Esprit-Saint nous guide jour après jour. Rappelez-vous la parabole des talents. Nous avons le devoir de faire fructifier ce que le Seigneur a remis entre nos mains sinon nous risquons d’être traités de « mauvais serviteurs ».

Une grande partie des appelés se retrouve tous les dimanches dans les différentes assemblées d’un grand nombre de dénominations « chrétiennes ». Quelle joie! Ils sont sauvés puisqu’ils ont cru. Ils adorent aussi le Seigneur pendant la louange le dimanche. Un peu trop rock la louange? Pas grave le Seigneur connaît leur cœur. Et puis ce sont de bonnes personnes qui s’efforcent de ne pas faire de mal au prochain, à condition bien sur que le prochain en question ne leur marche pas sur les pieds. La sanctification? Bien sur, mais comme ils sont sous la grâce et que Jésus a tout fait pour nous on ne s’énerve pas. C’est quelqu’un de vraiment bien Jésus avec Sa grâce qui excuse tout. Et si l’on est un appelé béni en plus, le pasteur et les anciens sont chouettes et s’il y a une faute est grave, ils nous pardonnent et même nous couvre parce qu’ils savent bien que nous ne sommes qu’humains. Comme la corrélation avec la foule assoiffée de miracles devient évidente.

De ces appelés, il y en a tout de même une partie qui ont compris que l’important c’est la Parole. Mais là. il y a toutes ces écoles et ces penseurs chrétiens qui sortent une nouvelle théologie à coups de versets bibliques tous les six mois. Et puis ils ont tous l’air logique. Qui a raison? L’Ancien testament, il est mort ou il est pas mort? Pourtant l’ancien et le nouveau ont bien l’air d’une suite logique. Bon il y a au moins les dix commandements qui sont clairs. La sanctification ? Bien sur, c’est normal. Leur plus grand mérite c’est d’être prêts à cheminer et à avancer. Mais jusqu’où sont-ils prêts à vivre cette Parole? J’ai personnellement connu de braves gens qui ont risqué gros pour le Shabbat et lorsque les dirigeants ont lâché ils ont aussi lâché.

Ces appelés seront-ils comme ceux qui ont abandonné le Messie durant Son ministère?

Finalement, il y a les appelés de la trempe des douze. Ceux qui sont formés et purifiés à mesure qu’ils avancent. Ils luttent contre vents et marées et s’accrochent de tout leur cœur et de toutes leurs forces à l’Éternel et à Sa Parole de vie. Vous me direz qu’ils ont plus de force et de caractère que les autres? Ce n’est pourtant pas ce que la Parole nous dit.

1Cor 1 :26-28

« Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. «

Et puis les élus. Comme ceux qui sont restés au pied de la croix ils sont peu nombreux. Qu’est ce qui distingue ces élus des autres?

Paul nous dit : (Phil 3 :11-14)

« Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,

je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. «

Serait-ce que l’élection ne sera définitive qu’à notre mort? Personnellement je le crois. Nous sommes appelés à porter beaucoup de fruits.

Si vous avez lu ce texte en entier c’est que vous êtes un appelé. Êtes-vous de la trempe des élus? Si vous n’en n’êtes pas certains, jetez vous aux pieds de Yéshua et de Son Père qui est aussi le nôtre car ses compassions ne sont pas épuisées et Son appel est d’une valeur inestimable.

Que Hashem nous bénisse et nous fasse grandir jusqu’à la stature parfaite de Son fils Yéshua

Tous les versets sont tirés de la version Louis Second.

Les commentaires sont fermés.