Écrit : Trinité

LA TRINITÉ,

par Gilles Serviteur / Source : synthesebiblique.com

Mis par écrit par Nathalie Gosselin

Avant de débuter, je tiens à préciser, afin que vous ne déformiez pas ce que je dis : le Messie Yeshua, que les latins appellent Jésus, a été envoyé par Elohim, le Père. Le Messie Yeshua est Elohim pour nous. Yeshua est Elohim. La traduction dit « Dieu » mais représentant le Père.

Hébreux 1 : 3 : « … le Fils est le reflet de sa gloire, l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, il a fait la purification des péchés et il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts… ».

Le Fils est le reflet de la gloire et l’empreinte de la personne du Père. Yeshua est Elohim pour nous. Il est le reflet, la gloire et l’empreinte du Père, pour nous.

Hébreux 1 : 2 nous dit : « …Elohim, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé les siècles… ». Nous apprenons ici qu’Elohim, le Père, a établi héritier Yeshua.

Remarquez, c’est un fait important : celui qui hérite de quelque chose ne le possédait pas auparavant, et celui qui donne l’héritage, possédait plus. Le Messie Yeshua est Elohim. Il était Elohim avant de venir parmi nous, il était Elohim lorsqu’il était homme, et il est encore Elohim après la résurrection. Il sera toujours Elohim. Et, lorsqu’il était parmi nous, comme homme, les démons savaient qu’il était Fils d’Elohim, le Père, et ils étaient terrorisés, car les démons reconnaissaient que Yeshua était Elohim, Fils, avec l’autorité d’Elohim, le Père. Ils le connaissaient, car Yeshua, la sagesse personnifiée du Père, existait avant eux, avant toute création du Père.

Proverbes 8 : 1 : « La sagesse ne crie-t-elle pas ? L’intelligence n’élève-t-elle pas sa voix ? ». Au verset 4 : « … Hommes, c’est à vous que je crie, et ma voix s’adresse aux fils de l’homme ». Oui, la sagesse crie à l’homme. Le verset 6 : « Écoutez, car j’ai de grandes choses à dire, et mes lèvres s’ouvrent pour enseigner ce qui est droit ». Les lèvres de la sagesse enseignent la droiture. Au verset 7 : « Car ma bouche proclame la vérité, et mes lèvres ont en horreur le mensonge ».

La bouche et la sagesse proclament la vérité. Elle la proclame à l’homme. La sagesse est vraiment la parole du Créateur qui parle et témoigne à l’homme de la vérité. Dans Jn 14 :6, le Messie venu parmi nous, la Sagesse, dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ». Proverbes 8 : 8 : « Toutes les paroles de ma bouche sont justes, elles n’ont rien de faux ni de détourné… ». Au verset 12 : « Moi, la Sagesse, j’ai pour demeure le discernement… ». Au verset 15 : « Par moi les rois règnent… ». Au verset 16 : « Par moi gouvernent les chefs… ». Au verset 32 jusqu’au verset 36 : « Maintenant mes fils, écoutez-moi, et heureux ceux qui observent mes voies ! Écoutez l’instruction, pour devenir sages, ne la rejetez pas. Heureux l’homme qui m’écoute, qui veille chaque jour à mes portes, et qui en garde les poteaux ! Car celui qui me trouve a trouvé la vie, et il obtient la faveur de l’Éternel …». La Sagesse est le Messie Yeshua venu parmi nous. Heureux l’homme qui l’écoute, qui veille à marcher dans la vérité, qui garde ses poteaux. Ce sont les poteaux de la vérité. Il obtient la faveur d’Elohim, le Père.

Maintenant prenons le chapitre 9 : 1 et 2 : « La Sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses sept colonnes. Elle a égorgé ses victimes, mêlé son vin, et dressé sa table ». Oh ! Que ces paroles sont profondes et révélatrices. Le Messie Yeshua, par son sacrifice, son sang versé, a bâti sa maison (les sept Églises), il a dressé la table et préparé le vin que nous devons boire. Notre Gethsemané, notre mort à la croix, qui nous fait vivre, malgré et avec, la tribulation.

Marc 10 : 35 à 39 : « Les fils de Zébédée, Jacques et Jean, s’approchèrent de Yeshua, et lui dirent : Maître, nous voudrions que tu fasses pour nous ce que nous te demanderons. Il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous ? Accorde-nous, lui dirent-ils, d’être assis l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, quand tu seras dans ta gloire. Jésus leur répondit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être baptisés du baptême dont je dois être baptisé? Nous le pouvons, dirent-ils. Et Yeshua leur répondit : Il est vrai que vous boirez la coupe que je dois boire, et que vous serez baptisés du baptême dont je dois être baptisé; … ».

Regardons à nouveau Proverbes 9, verset 1. Regardons à nouveau lorsqu’il dit : « La Sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses sept colonnes. Elle a égorgé ses victimes, mêlé son vin, et dressé sa table ». Les fils de Zébédée ont appris là, sans le comprendre à ce moment, qu’ils faisaient partie de ceux qui sont appelés à la table du Messie durant leur vie. Ils sont appelés à boire leur vin. Ils ont appris qu’ils seraient comme leur Maître, des victimes égorgées et ils seront éternellement glorifiés avec leur Maître.

Retournons à Proverbes 9 : 5, la Parole dit : « Venez, mangez de mon pain, et buvez du vin que j’ai mêlé… ». Au verset 11 : « C’est par moi que tes jours se multiplieront et que les années de ta vie augmenteront ».

Sondez la profondeur de la Parole. Sachez discerner les choses

Prenez maintenant Jean 15 : 18 à 20. « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son Maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre ». Vous êtes appelés à la table du Maître, à boire son vin. Le Seigneur a dressé sa table pour nous et les élus passent par le chemin du Maître. Ils prennent sa coupe.

Romains 8 : 36 : « … selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie ». Psaume 44 :23 : « Mais c’est à cause de toi qu’on nous égorge tous les jours, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie ». Oui, Yeshua, la Sagesse, a bâti sa maison que les sept Églises représentent . Dans Proverbes 9 : 5 et 11, relisez de nouveau : « Venez, mangez de mon pain, et buvez du vin que j’ai mêlé… » « C’est par moi que tes jours se multiplieront et que les années de ta vie augmenteront ». Il nous offre la vie éternelle si nous venons à sa table.

Jean 6 : 51-54. Les paroles se révèlent, même plan du grand Créateur. « Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ? Yeshua leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour ». Oui, nous sommes appelés à sa table à boire sa coupe.

Apocalypse 1 :9 : « Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Yeshua, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la Parole d’Elohim et à cause du témoignage de Yeshua ». Jean parle à ceux qui vivent la tribulation à cause de leur croyance en la vérité de la Thora et au nom de Yeshua. Êtes-vous son frère dans votre persévérance en Yeshua qui ouvre la porte au royaume ? Apocalypse 1 : 12- 20  « Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine.  Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux.  Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force.  Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant: Ne crains point! Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts (ceux qui suivront le Messie auront la vie). Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises.

Ecclésiaste 7 : 11 et 12 : « La sagesse vaut autant qu’un héritage, et même plus pour ceux qui voient le soleil. Car à l’ombre de la sagesse est abrité comme à l’ombre de l’argent; mais un avantage de la science, c’est que la sagesse fait vivre ceux qui la possèdent ». Dans Jean 17 :17, nous voyons la prière du Messie. « Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité ». Constatez comment la parole et la sagesse sont choses semblables : elles donnent la vie. La Bible révèle que le Messie Yeshua est la personnification de la sagesse, de la parole du Père Créateur qui dévoile la vérité.

Et maintenant, après avoir constaté ce fait important, retournez avec moi dans Proverbes 8, car il y a d’autres révélations. Nous avons vu dans Proverbes 8 : 1 : « La sagesse ne crie-t-elle pas ? ». Et nous avons vu qu’elle crie à l’homme; elle lui amène la vérité et la vie. Maintenant le verset 22 : « L’Éternel m’a créée la première de ses oeuvres… ». L’Éternel a créé la sagesse, la parole qui est sortie de Lui, la première de ses oeuvres. Le Fils Yeshua n’a jamais nié être le Fils d’Elohim, le Père. Au contraire, par le mariage, l’alliance, la famille, le Créateur nous a montré qu’un fils est créé par un père. Un père peut ne pas avoir de fils mais un fils ne peut pas être sans père, sans géniteur. C’est une impossibilité. Il ne peut pas apparaître sans l’action d’un père. Aux versets 23 et 24 : « J’ai été établie depuis l’éternité, dès le commencement, avant l’origine de la terre. Je fus enfantée quand il n’y avait point d’abîmes, point de sources chargées d’eaux… ». Je fus enfantée… la Sagesse a eu un début. Au commencement. Au verset 25 : « Avant que les montagnes soient affermies, avant que les collines existent (il le répète encore), je fus enfantée… ». Il y a eu une naissance, il y a eu un début pour la Sagesse. Elle le dit elle-même. Au verset 26, il dit : « Il n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, ni le premier atome de la poussière du monde ».

Jean 17 : 3 : « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Elohim, et celui que tu as envoyé, le Messie Yeshua ». Jean 1 : 1-2, voyez comment la Parole se révèle : « Au commencement était la Parole et la Parole était avec Elohim, et la Parole était Elohim. Elle était au commencement avec Elohim ». Comprenez ici! Le Père n’a pas de commencement. Mais il révèle ici un commencement, le commencement de toute création. Avant toutes choses, la Parole. La Sagesse est sortie de lui et avec elle, il a commencé à créer. Proverbes 8 : 23 : « J’ai été établie depuis l’éternité, dès le commencement, avant l’origine de la terre ». Au verset 26 : « Il n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, ni le premier atome de la poussière du monde ». Remarquez qu’avant l’univers que nous voyons, nous les humains, l’univers des anges avait été créé. Il y a peut-être de cela des milliards d’années. Cela ne nous est pas révélé. Et pour des êtres immortels, le temps n’a pas la même valeur. Mais un petit passage à ce propos, une simple parenthèse, prenons Job 38 : 4 à 7. Il y a beaucoup à dire sur ce sujet mais nous allons seulement relever quelques versets. «Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l’intelligence. Qui en a fixé les dimensions, le sais-tu ? Ou qui a étendu sur elle le cordeau ? Sur quoi ses bases sont-elles appuyées ? Ou qui en a posé la pierre angulaire, alors que les étoiles (les étoiles, dans la Bible, sont symboliques des anges) du matin éclataient en chants d’allégresse, et que tous les fils d’Elohim poussaient des cris de joie ? » On parle ici des anges, de leur hiérarchie à tous les niveaux et tous se réjouissaient en pleine harmonie de l’oeuvre de leur Maître, du Créateur.

Jean 17 : 3 : «Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Elohim, et celui que tu as envoyé, le Messie Yeshua ». Nous avons vu dans Proverbes 8 :34, qu’il est écrit : « Heureux l’homme qui m’écoute », et dans Proverbes 8 :35 : « Car celui qui me trouve a trouvé la vie… ». Arrêtons-nous ici pour réfléchir à la portée de ces paroles. Elles proviennent du Seigneur, elles sont bibliques et font autorité. Le Messie parle de son Elohim, le seul vrai Elohim, l’Elohim qui, par son autorité, a décidé d’envoyer Yeshua. Yeshua n’avait pas l’autorité de venir de lui-même sur terre, accomplir ses propres desseins. Non, le Seigneur et sa Parole révèle qu’il était soumis, et c’est cela qui fait la grandeur de ce qu’il est dans le Royaume. Il a connu un niveau dans l’obéissance, dans les choses qu’il a souffertes, que les autres anges n’ont pas connu.

Hébreux 1 :9 : « Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité; c’est pourquoi, ô Elohim, ton Elohim t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes égaux ». Reprenons ici : « …c’est pourquoi, ô Elohim (c’est notre Elohim, il parle de Yeshua), ton Elohim t’a oint (il parle d’Elohim le Père, qui l’a oint d’une huile de joie au-dessus de ses égaux) ». C’est un passage que la majorité dite chrétienne voudrait effacer parce que la lumière de ce passage arrache un dogme païen, un enseignement de satan, une fausse science devenue un dogme chrétien. Oui, « …c’est pourquoi, ô Elohim (Yeshua), ton Elohim (Père) t’a oint… ». La Parole révèle ici que Yeshua avait des égaux et que le Père, par une onction spéciale, l’a élevé au dessus des autres.

Pour nous éclairer, allons voir Exode 7 :1 : « L’Éternel dit à Moïse : Vois, je te fais Elohim pour Pharaon… ». C’est un grand principe; le Père crée des serviteurs qu’il élève comme des ambassadeurs pour des missions spéciales.

Dans Hébreux 1 :9, comme nous avons vu, il dit : « …c’est pourquoi, ô Elohim (Yeshua est devenu Elohim pour nous, comme Moïse fut Elohim pour Pharaon), ton Elohim (c’est-à-dire le Père, l’Elohim de Yeshua) t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes égaux ». Et nous voyons aussi que Yeshua a reçu une onction supérieure à celle des autres êtres divins qui étaient là, que les traducteurs nomment égaux, ses collègues. C’était un surplus d’onction qu’il ne possédait pas auparavant. Je vous pose la question, je vous force à réfléchir sur le sujet. Si le Messie Yeshua, notre Elohim, venu parmi les hommes, était l’égal de son Elohim, comment toutes les choses appartenant à l’un, ne seraient-elles pas automatiquement à l’autre, sans la nécessité d’un don ? Et comment Yeshua pourrait être l’égal du Père puisque, par grâce, le Père l’a élevé au dessus de ses égaux ? Et qui sont donc ses égaux ? À l’évidence, aucun d’eux n’est le Père.

Hébreux 1 :4 : « … il (Yeshua) est devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur ». « Il est devenu » nous montre qu’Il ne l’était pas auparavant. Quelqu’un qui hérite d’une chose n’avait pas cette chose auparavant. Je le répète, sinon, il ne l’hériterait pas. Et supérieur à qui ? Aux anges ! Il a obtenu un nom plus excellent que qui ? Les anges ! Ses égaux étaient donc les anges. Donc, dans le Royaume, certains anges étaient aussi hauts gradés que lui. La vérité biblique peut vous déplaire, elle peut même vous choquer, mais elle est la vérité. La seule sur laquelle vous devez vous appuyer. N’ayez pas l’arrogance de vous prendre pour Elohim, le Père, en refusant la vérité qu’il dévoile dans la Bible et acceptant les paroles mensongères de religions humaines.

2 Thessaloniciens 2 :3-4 : « Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme impie (c’est le clergé impie qui enseigne l’impiété de ce monde), le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Elohim ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple d’Elohim (le temple d’Elohim sur terre c’est l’Église; vous pourrez le constater dans 1 Corinthiens 6 :16), se proclamant lui-même Elohim ». C’est un clergé impie qui s’est assis au milieu de l’Église pour enseigner l’impiété. Le clergé impie se proclame Elohim à la place d’Elohim parce qu’il détrône la parole biblique pour enseigner la parole de Babylone et ses abominables principes païens. Et c’est pourquoi aujourd’hui, la vérité biblique peut vous offenser. Mais la seule réponse à ce grave problème est : REPENTEZ-VOUS ! Que l’orgueil ne vous fasse pas perdre votre salut.

Hébreux 1 :6 : « Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges d’Elohim l’adorent ! ». Le Père a élevé celui qui est devenu notre Messie. Le premier-né montre bien qu’il y a naissance, nouveauté. Le Père l’a élevé à un stade où ceux qui étaient ses égaux, sont maintenant tenus de l’adorer à cause de l’oeuvre qu’il a accomplie en se soumettant au Père jusqu’à la souffrance et jusqu’à la mort.

Hébreux 1 :3 : « Le Fils est le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts… ». Le Messie Yeshua a maintenant l’honneur de s’asseoir à la droite du Père, honneur qu’Il ne possédait pas auparavant.

Esaïe 63 :7 à 9  « Je publierai les grâces de l’Éternel, les louanges de l’Éternel, d’après tout ce que l’Éternel a fait pour nous; je dirai sa grande bonté envers la maison d’Israël (aujourd’hui c’est envers l’Église), qu’il a traitée selon ses compassions et la richesse de son amour. Il avait dit : Certainement ils sont mon peuple, des enfants qui ne seront pas infidèles ! Et il a été pour eux un sauveur. Dans toutes leurs détresses ils n’ont pas été sans secours, et l’ange qui est devant sa face les a sauvés (l’ange qui est devant la face d’Elohim le Père, qui est notre sauveur, les a sauvés); Il les a lui-même rachetés, dans son amour et sa miséricorde (c’est au prix du sang qu’il faut racheter, c’est au prix du sang de cet ange que nous avons été rachetés), et constamment il les a soutenus et portés, aux anciens jours ». Le Messie a été l’ange qui lui-même nous a rachetés dans son amour et sa miséricorde. C’est ce que la Parole révèle. Et c’est lui qui a soutenu l’ancien Israël.

Actes 7 :38 : (au verset 37 nous voyons qu’il parle de Moïse) « C’est lui qui, lors de l’assemblée au désert, étant avec l’ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants, pour nous les donner ». Les oracles de la loi c’était aussi pour donner à l’Église. Au verset 53 : « …vous qui avez reçu la loi d’après des commandements d’anges, et qui ne l’avez point gardée!). Parce que c’est l’ange de l’Éternel qui a envoyé et donné la loi à Moïse. C’est ce que la Parole révèle.

Prenez Exode 24. Nous allons allez voir plus loin. La Bible affirme et confirme ces choses. Dans la Thora comme dans le Nouveau Testament. Exode 24, 15 à 18 : « Moïse monta sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne. La gloire de l’Éternel reposa sur la montagne de Sinaï, et la nuée la couvrit pendant six jours. Le septième jour, l’Éternel appela Moïse du milieu de la nuée. L’aspect de la gloire de l’Éternel était comme un feu dévorant sur le sommet de la montagne, aux yeux des enfants d’Israël, Moïse entra au milieu de la nuée, et il monta sur la montagne. Moïse demeura sur la montagne quarante jours et quarante nuits ». Exode 25:1  « L’Éternel parla à Moïse, et dit : Parle aux enfants d’Israël ». L’ange était Elohim pour nous, l’ange était Yeshua, notre Messie. C’est Yeshua l’ange qui a parlé à Moïse sur la montagne. Vos yeux ont-ils été voilés ? Les passages nous montrent qu’il y a un problème avec le concept de la trinité et ces passages ne sont pas les seuls à le démontrer.

Marc 13 :32 : « Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul ». Si le Fils était lui-même le Père, comment y aurait-il des choses qu’il ignorerait. Le Fils reçoit ce que le Père veut lui donner. Le Père n’a pas de comptes à rendre s’il prend telle ou telle décision. Celui qui décide, est plus grand que celui qui exécute.

Mathieu 20 :23 : « Et il leur répondit : Il est vrai que vous boirez ma coupe; mais pour ce qui est d’être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu’à ceux à qui mon Père l’a réservé ». Le Père est le maître absolu, pas le Fils. Il ne dépend pas du Fils pour ceux qui vont s’asseoir à sa droite ou à sa gauche. Il n’a pas cette autorité. Le Père a la totale autorité sur les situations et sur le Fils. Le Fils n’a aucune autorité sur le Père. Il prie et fait la demande. Nous devons avoir l’obéissance et le caractère humble du Fils.

Allons voir quel est le caractère et quel caractère il aura dans le monde à venir. Esaïe 11 :10 : « En ce jour, le rejeton d’Isaïe sera là comme une bannière pour les peuples; les nations se tourneront vers lui, et la gloire sera sa demeure ». Nous parlons ici du Messie Yeshua après son retour quand il régnera sur la terre. Nous voyons que c’est dans le millénium et dans le dernier grand jour. Prenons les versets 1 à 3 : « Puis un rameau sortira du tronc d’Isaïe et un rejeton naîtra de ses racines (nous parlons de Yeshua encore). L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. Il respirera la crainte de l’Éternel;… ». Le Fils a le caractère que nous devons avoir. Même dans le monde à venir, il aura ce caractère. Le Fils possède le don, dans la crainte (le respect) due à son Père. La Bible ne parle jamais de la crainte que le Père doit avoir de son Fils. Réalisez ! Ne rejetez pas ce que la Bible révèle. Elle nous montre clairement qu’il n’y a pas l’égalité entre le Père et le Fils.

Hébreux 5 :8 à 10 : «  … il (Yeshua) a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent, l’auteur d’un salut éternel, Elohim l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek ». Le Fils a le caractère que nous devons avoir et il a montré le chemin devant nous. La Bible Ostervald nous enseigne et dit : « …et ayant été rendu parfait… ». La perfection se trouve maintenant dans son niveau d’obéissance, malgré d’intenses souffrances, conduisant à la mort. C’est un autre niveau d’obéissance dans lequel notre Messie est entré. Il est entré dans un niveau qu’il ne connaissait pas auparavant. Bien qu’ayant toujours été obéissant, il a été élevé à la perfection devant tous, et le Créateur, son Elohim, notre Elohim, l’a déclaré souverain sacrificateur selon un ordre très « sélect » dans les cieux, ce que Yeshua, à l’évidence, n’était pas. Dans une armée, les hommes diraient qu’il a gagné du galon. Notre Maître Yeshua, notre Sauveur, a été élevé et ce doit être une grande joie pour nous puisque nous sommes appelés à être ses cohéritiers. Ce qu’il a gagné, il veut le partager avec nous.

Apocalypse 5 :1 à 5 : « Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux. Et je vis un ange puissant, qui criait d’une voix forte : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ? Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder. Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder. Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux ». Remarquez, si le Fils avait été le Père, il aurait pu ouvrir les sceaux n’importe quand. Mais avant d’avoir vaincu, il n’avait pas encore cette dignité. C’est ce que cette parole révèle. Quel que soit notre amour pour lui, cela n’aurait pas été suffisant pour qu’il ouvre ces sceaux. Celui qui élève est plus grand que celui qui est élevé. Vous devez saisir cette réalité pour être délivré d’un principe diabolique qui enlève la place et l’autorité du Père créateur aux yeux des humains. Lorsque le Fils nous dit qu’il est « un » avec le Père c’est qu’il est entièrement soumis à sa volonté et qu’il marche dans ses parvis, dans sa maison spirituelle, comme un serviteur fidèle, comme un Fils bien-aimé. Ne doutez pas qu’il est « un » avec le Père. Il l’est ! Mais pas à la façon dont satan et sa religion ont voulu vous le décrire. Les principes religieux provenant de Babylone ont infesté Rome et la majorité chrétienne. Mais ayez foi dans la Parole de vérité, la Bible, soutenue et protégée par Elohim, le Père. Elle n’existerait plus si le Père ne la protégeait pas. Que votre coeur ne soit pas de pierre face à la vérité.

Mathieu 19 :16 et 17 : « Et voici, un homme s’approcha, et dit à Yeshua : Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? Il lui répondit : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est bon ». Le Messie démontre bien ici qu’il y a deux entités et que c’est par la bonté de son Père qu’il est là. Il dit : « Un seul est bon ». La parole de Yeshua rend gloire au Père. Que le Fils vive en vous et que vous aussi vous rendiez gloire au Père.

Mathieu 26 : 36 à 39 : « Là-dessus, Yeshua alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémané, et il dit aux disciples: Asseyez-vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier.  Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi.  Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ». Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Oui, deux entités différentes. Le Fils, à ce moment là, n’avait pas la même volonté face à ce qui devait arriver. Pas la même volonté que son Père. Mais, il s’est plié à la volonté de son Elohim et il nous donne l’exemple face à l’adversité. Nous voyons au verset 39 que Yeshua se jette face contre terre. Le symbole était clair dans ce temps-là. On agissait ainsi devant son Maître ou devant son Elohim pour obtenir une faveur. Et encore une fois, Yeshua démontrait, sans équivoque, la supériorité du Père par ses actions, pour prendre des décisions dans toutes ses actions.

Jean 20 :17 : « Yeshua lui dit : Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Elohim et votre Elohim ». Le Messie, son Père et ses frères. Nous serons comme ses frères mais nous ne serons jamais comme son Père. Comme son Elohim et notre Elohim.

Jean 14 :28 : « Vous avez entendu que je vous ai dit: Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père; car le Père est plus grand que moi ». Pour tous les trinitaires qui déclarent égal le Père, égal le Fils, égal le Saint-Esprit, répétez la Parole du Seigneur : « Le Père est plus grand que moi ». Le Messie nous dit que nous devons nous réjouir de ce que le Père est plus grand que lui. « Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez » dit-il. Aimez-vous le Messie ?

Jean 14 :24 : « Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé ». Le Père a donné les paroles au Fils. Le Messie a été le porte-parole, la parole d’Elohim parmi nous. Et il dit : « Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles ». Qui aimez-vous ? Les paroles du Seigneur ou les paroles de votre religion ?

Mathieu 27 :46 : « Et vers la neuvième heure, Yeshua s’écria d’une voix forte : Éli, Éli, lama sabachthani ? C’est-à-dire : Mon Elohim, mon Elohim, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Le Messie criait à son Elohim. Il ne se criait pas à lui-même.

J’ai donné quelques versets bibliques afin d’amener une lumière sur d’épaisses ténèbres. Ténèbres provenant de soi-disantes théologies chrétiennes qui elles ont été inspirées de religions, philosophies et de prêtres païens. Allez-vous continuer avec moi dans le vin nouveau que je vous offre ? Et pourquoi dire qu’il est nouveau puisqu’il a presque 2000 ans ? Parce que le paganisme est beaucoup plus vieux que la venue du Messie et que c’est dans ces vieilles outres païennes que satan, par séduction, a enfermé la majorité de l’Église. Et j’espère que l’amour de la vérité va vous faire briser les chaînes du paganisme. Cette étude vaut la peine pour briser les chaînes du paganisme et comprendre. Croyez, écoutez, entendez. Croyez la Parole.

Jean 5 :17-18 : « Mais Yeshua leur répondit : Mon Père agit jusqu’à présent; moi aussi, j’agis. À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le shabbat, mais parce qu’il appelait Elohim son propre Père, se faisant lui-même égal à Elohim ». Remarquez ! Les Juifs religieux ont trouvé que Yeshua violait le shabbat. Yeshua n’a jamais péché, ce n’était pas le cas. Les Juifs religieux ont trouvé que Yeshua se faisait égal au Père créateur. Mais ce n’était pas le cas non plus. Ceux qui défendent la doctrine trinitaire ont sorti de leur contexte plusieurs paroles du Messie.

Jean 5 :19 : « Yeshua reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement ». Le Fils accomplit parfaitement la volonté de son Père. Au verset 20 : « Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait; et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement ». Le Père révèle au Fils ses oeuvres. Le Fils ne les connaît pas d’avance, seulement le Père. C’est la volonté du Père qui est révélée au Fils.

Versets 21 à 23 : « Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.  Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé ». Car l’oeuvre du Fils, c’est d’abord l’oeuvre du Père. C’est sa volonté et c’est le Père qui a envoyé le Fils. Au verset 30 : « Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j’entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé ». Ce sont deux entités. Comprenez la dynamique. La volonté du Père est supérieure à celle du Fils et comme le Père est bon, le Fils veut faire sa volonté. Le Fils ne veut pas faire sa propre volonté, mais il veut faire celle du Père. Et, à plusieurs endroits, il le dit. Ce sont deux entités distinctes.

Au verset 36 : « Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé ».

Actes 1 :6-7 : « Alors les apôtres réunis lui demandèrent: Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël?  Il leur répondit: Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité ». Les temps et les moments ne sont pas fixés par le Fils, mais par le Père. La volonté du Père domine sur celle du Fils. « Le Père est plus grand que moi », dit Yeshua. Vous devez croire le Messie.

Je vous amène dans plusieurs versets parce que ma parole à moi n’a pas de puissance. Elle n’est pas le fondement de la vérité. La Parole du Créateur venu parmi nous, est ce fondement et elle doit vous bousculer et vous devez croire en elle et non pas dans la religion des hommes.

Luc 1 :30 : « L’ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Elohim.  Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Yeshua.  Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Elohim lui donnera le trône de David, son père ». C’est le Père qui donne au Fils le trône de David. Le Fils ne le reçoit pas de lui-même comme s’il était l’égal du Père.

Hébreux 1 :5, au début : « Car auquel des anges Elohim a-t-il jamais dit: Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui?… ». Un fils est quelqu’un qui est arrivé après, sinon il serait aussi appelé père. Et s’ils sont égaux, il y aurait donc deux pères créateurs. Le verbe « engendrer » témoigne d’une naissance. La Parole révèle donc, qu’un jour, dans le temps, le Père n’avait pas de Fils. Il y a eu une naissance.

Hébreux 1 :5, à la fin : « …Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ». Prenez conscience. Elohim ne dit pas : « Je suis de toute éternité un père pour lui » mais il annonce une chose, une chose nouvelle, qui glorifiera Yeshua : « Je serai pour lui un père ». Cette parole révèle que ce statut n’existait pas, qu’une intimité nouvelle va bientôt arriver. Aussi Elohim continue : « il sera pour moi un fils ». La Parole révèle très clairement, à répétition, qu’un statut nouveau est instauré dans les cieux. « Il sera » démontre que cette intimité père/fils n’existait pas, pas aussi profondément. Et maintenant, elle existe à notre avantage, pour notre salut.

Psaume 45 :8 : Nous l’avons vu dans Hébreux, maintenant elle est écrite en Psaumes : « Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté; c’est pourquoi, ô Elohim, ton Elohim t’a oint d’une huile de joie, par privilège sur tes égaux ». Cette parole est écrite en double. Elle fait partie de la Thora, l’ancienne alliance, comme elle fait partie de la nouvelle alliance. Elle n’est pas là par erreur, ce n’est pas un hasard. Parce qu’elle est véritable. Et bien que les anges de hauts rangs sont parfois appelés « fils d’Elohim » et que même Adam fut appelé « fils d’Elohim », nous voyons qu’une intimité nouvelle que le créateur veut instaurer avec Yeshua, et qu’il veut instaurer par Yeshua avec nous aussi. Par soumission au Père, par l’oeuvre accomplie, Yeshua est élevé dans le gouvernement d’Elohim, parmi les fils d’Elohim.

Ezéchiel 37 :1 à 10 : « La main de l’Eternel fut sur moi, et l’Eternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d’une vallée remplie d’ossements.  Il me fit passer auprès d’eux, tout autour; et voici, ils étaient fort nombreux, à la surface de la vallée, et ils étaient complètement secs.  Il me dit: Fils de l’homme, ces os pourront-ils revivre? Je répondis: Seigneur Eternel, tu le sais.  Il me dit: prophétise sur ces os, et dis-leur: Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Eternel!  Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel, à ces os: Voici, je vais faire entrer en vous un esprit, et vous vivrez; je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez. Et vous saurez que je suis l’Eternel. Je prophétisai, selon l’ordre que j’avais reçu. Et comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement, et les os s’approchèrent les uns des autres.  Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus; mais il n’y avait point en eux d’esprit.  Il me dit: Prophétise, et parle à l’esprit! Prophétise, fils de l’homme, et dis à l’esprit: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent!  Je prophétisai, selon l’ordre qu’il m’avait donné. Et l’esprit entra en eux, et ils reprirent vie… ».

De même qu’Elohim a créé le prophète et que par lui, par la parole du prophète, il redonnera la vie aux morts, des êtres semblables au prophète, de même la sagesse fut la première des oeuvres et par la parole par lui, la parole de la Sagesse, Elohim, Père, a créé des êtres semblables à la Sagesse. Ce fut dans le plan du Père de l’élever encore davantage en rachetant un peuple nombreux. Nous.

Marc 12 :29 : C’est un passage de Deutéronome 6 :4 qui est répété : « Yeshua répondit: Voici le premier: Écoute, Israël (maintenant c’est l’Église), le Seigneur, notre Elohim, est l’unique Seigneur;… ». Oui, c’est l’Elohim de Yeshua, et l’unique Seigneur.

Job 1 :6 : « Or, les fils d’Elohim vinrent un jour se présenter devant l’Eternel… ». Psaume 89 :7 : « Car qui, dans le ciel, peut se comparer à l’Eternel? Qui est semblable à toi parmi les fils d’Elohim? ».

Parmi les fils d’Elohim qui sont dans le ciel. Personne ! Même Yeshua qui n’avait pas accompli l’oeuvre qu’il a faite parmi nous, et même aujourd’hui, s’il est élevé, il n’a pas encore l’autorité première. C’est le Père qu’il l’a. Le Père est le plus grand.

Apocalypse 4 :4 : « Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs (ils sont purs, ils sont saints), et sur leurs têtes des couronnes d’or ». Ils ont des trônes dans les cieux, des trônes devant le trône du créateur. Ils ont des couronnes, ce sont des elohims qui règnent. Il ne nous est pas révélé sur quel royaume ils règnent mais ils font partie du gouvernement divin, sous le Père créateur. Le nom « Elohim » peut personnifier le Père, mais il est aussi un pluriel qui peut personnifier plusieurs elohims. Mais pour plus de détails, veuillez écouter mon étude sur « Elohim versus Dieu ». (# 42)

Psaume 96 :10 : « Dites parmi les nations : L’Éternel règne; Aussi le monde est ferme, il ne chancelle pas; L’Éternel juge les peuples avec droiture. Au verset 13 : « … devant l’Éternel ! Car il vient, car il vient pour juger la terre; Il jugera le monde avec justice, et les peuples selon sa fidélité ».

On parle ici de Yeshua qui représente l’Éternel créateur et qui vient bientôt pour juger sur la terre. Maintenant le Psaume 97 :1 : « L’Éternel règne : que la terre soit dans l’allégresse… » et au verset 6 : « …les cieux publient sa justice ». Au verset 7, à la fin : « … tous les elohims se prosternent devant lui ». Les cieux proclament la justice de Yeshua, le Messie qui vient parmi nous pour régner. C’est le Père qui proclame la justice du Fils. Tous les elohims se prosternent devant lui. Au verset 7 : « Ils sont confus, tous ceux qui servent les images, qui se font gloire des idoles ».

Tous les elohims se prosternent devant lui.

Que veulent dire ces choses ? Prenez Apocalypse 5 :8 : « Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards, se prosternèrent devant l’Agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints ». Hébreux 1 :6 : « Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges d’Elohim l’adorent ! ». Et au verset 13 : « Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? ». Oui, tous vont se plier, se prosterner devant l’Agneau, devant le Messie.

Exode 3 :2 : « L’ange de l’Éternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. Moïse regarda; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point ». Au verset 4 : « L’Éternel vit qu’il se détournait pour voir; et Elohim l’appela du milieu du buisson, et dit : Moïse! Moïse! …». Comme vous pouvez voir au verset 2, c’est l’ange de l’Éternel qui est dans le buisson. Et au verset 4 il dit, à partir du buisson : Elohim appelle Moïse. Parce que cet ange est Yeshua, notre Maître. Il est l’empreinte du Père tout-puissant parmi nous. Au verset 6 : « Et il ajouta : Je suis l’Elohim de ton père, l’Elohim d’Abraham, l’Elohim d’Isaac et l’Elohim de Jacob. Moïse se cacha le visage car il craignait de regarder Elohim ». C’était le même Elohim qui a rencontré Abraham, Isaac et Jacob. Le Messie, l’ange de l’Éternel. Ayez foi en la Parole et saisissez ce qu’elle révèle. L’ange de l’Éternel envoyé pour nous, Yeshua, était celui dans le buisson. C’est Yeshua qui a appelé Moïse.

Hébreux 1 :13 : « Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? ». Oui, le créateur a élevé encore davantage, dans les plus hauts niveaux, notre Messie. « Assieds-toi à ma droite ». Le Messie n’était pas là auparavant. Il n’avait pas cet honneur et ça n’a rien à voir avec la trinité égalitaire. Elohim n’a pas dit au Saint-Esprit : « Assieds-toi à ma gauche et nous allons régner », comme si c’était une personne. Le Saint-Esprit est l’Esprit d’Elohim, ce n’est pas une personne avec qui nous serons assis aux noces de l’Agneau. Ce ne sera jamais une personne. C’est l’Esprit de votre Créateur. Il n’y aura pas non plus de noces du Saint-Esprit.

Apocalypse 22 :3 : «  Le trône d’Elohim et de l’Agneau sera dans la ville …». Il y a un trône pour Elohim, nous avons vu qu’il y a un trône pour l’Agneau, nous avons vu qu’il y a un trône pour les vingt-quatre vieillards, mais il n’y a pas de trône pour le Saint-Esprit. Ce n’est pas écrit parce que c’est une impossibilité et une invention païenne. Satan connaît ce qui existe et il veut mélanger l’être humain avec de faux concepts, les amenant, sans le savoir, dans un déni de l’autorité du Père et dans une idolâtrie. Satan et les démons tremblent devant Elohim, le Père, et Elohim Yeshua. Mais nulle part, dans la Bible, il est dit qu’ils tremblent devant le Saint-Esprit. N’idolâtrez pas le Saint-Esprit ! Ne lui donnez pas la place qui appartient au Père. Lorsqu’on a demandé au Messie : « montre-nous comment prier ». C’était le Père ! Le Messie ne nous a pas appris à prier le Saint-Esprit ou à le louer, mais bien à prier le Père. On ne parle pas ici d’une trinité mais plutôt d’une famille. Le Maître a enseigné ce qu’est la famille. Le père, la mère (qui représente l’Église), les enfants, toute cette famille a à être soumise au Père. L’Elohim unique, le Créateur, et une famille divine dans laquelle le Père veut nous élever au rang de cohéritiers du Messie. Pour ce faire, vous devez reconnaître quelle est la place du Père. Ne croyez pas que vous allez être au dessus ou l’égal du Père.

Hébreux 2 :5 : « En effet, ce n’est pas à des anges qu’Elohim a soumis le monde à venir dont nous parlons ». Aux versets 10 et 11 : « Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, ait élevé à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères… ».

Celui qui sanctifie c’est le Messie. Ceux qui sont sanctifiés ce sont les élus et ils sont tous issus du Père, par qui sont toutes choses. Au verset 12 : « … lorsqu’il dit: J’annoncerai ton nom à mes frères, je te célébrerai au milieu de l’assemblée ». Le Messie a célébré son Elohim au milieu de ses frères. Quelle joie ! Au verset 13 : « Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants qu’Elohim m’a donnés ». C’est le Père qui donne des enfants au Fils. Au chapitre 3, aux versets 1 et 2 : « C’est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considérez l’apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons, Yeshua, qui a été fidèle à celui qui l’a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison.  Car il a été jugé digne d’une gloire d’autant supérieure à celle de Moïse que celui qui a construit une maison a plus d’honneur que la maison même ». Le Messie a été apôtre et c’est son Elohim qui l’a établi. Au verset 3, nous avons vu que le Messie a été jugé digne d’une gloire supérieure à celle de Moïse. Qui est celui qui a le droit de juger que le Messie est supérieur en dignité à Moïse ? Elohim, le Père. Le Père de tous, bien sûr.

Ne vous choquez pas après moi parce que je dis une chose semblable. La comparaison ne vient pas de moi. Elle vient de la Bible !

Hébreux 3 :4 : « Chaque maison est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Elohim ». Aux versets 12 et 13 : « Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un coeur mauvais et incrédule (qui ne peut pas croire à la Parole), au point de se détourner de l’Elohim vivant (et de vouloir croire aux vieux concepts païens et religieux de ce monde). Mais exhortez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! Afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché». Ne vous soumettez pas aux raisonnements des oracles païens et des penseurs de ce siècle, inspirés par le diable. Soyez délivrés des mensonges religieux de ce monde, des mensonges de Babylone, la séduction de l’iniquité. Le dogme trinitaire fait partie de cette impiété, de cette séduction. Ne soyez pas « endurcis » par la séduction du péché.

Maintenant, un peu d’histoire, ce dont j’ai parlé, je ne suis pas le premier à en parler. La vérité biblique a été révélée à plusieurs hommes. Ils en ont payé le prix mais ils ont témoigné de la vérité et non pas du mensonge.

En 1553, dans les premières années de la Réforme, les catholiques et les protestants se vouaient une haine mortelle, et pourtant, ils étaient unis dans une haine encore plus grande vis-à-vis un homme, monsieur Michel Servet. Il était considéré comme un hérétique parce qu’il avait écrit des livres prouvant que l’enseignement des églises sur la trinité n’est pas biblique. Jean Calvin l’a accusé et il a usé de son influence pour qu’il soit exécuté. C’est ainsi que le 27 octobre 1553, il a été brûlé vif avec un de ses livres attaché à la cuisse et il mourut en priant pour ses ennemis parce qu’il avait refusé de se rétracter, refusé le mensonge.

Certaines personnes qui assistaient à ses derniers moments, ont été saisies du spectacle et ont cessé de croire en la trinité. Parmi ceux-ci, Lélius Socin, italien, qui avait été influencé par les écrits de Michel Servet et cette exécution cruelle l’a incité à examiner davantage la doctrine de la trinité et il en a conclut qu’elle était non biblique. Mais il a été pourchassé par l’inquisition lui aussi et Socin est parti en Pologne, dans un groupe d’Anabaptistes, qui se disaient les frères ayant rejeté la trinité. Ils ont été appelés plus tard les sociniens. Ils voulaient restaurer la vérité pure qu’enseigne la Bible et ils considéraient que la Réforme n’avait fait disparaître qu’une partie de la corruption du formalisme présent dans les églises, tout en laissant intact le fond mauvais, le paganisme, l’impiété. Aussi loin que l’on remonte dans l’antiquité, et jusqu’à l’époque Babylonienne, on constate qu’il était courant d’adorer les dieux païens en groupe de trois appelé « triade ». Ce n’est pas un hasard. Satan a inspiré cela afin que la religion des hommes enlève la place et l’autorité du Père. Il savait ce qui s’en venait. Des siècles, avant la venue du Messie et jusqu’à sa mort, l’influence de cette pratique s’est fait sentir en Égypte, en Grèce et à Rome. Et après la mort des apôtres, ces croyances païennes ont commencé à envahir le christianisme. C’est ce que voulait satan.

L’historien Will Durant a fait remarquer que le christianisme n’a pas détruit le paganisme, il dit : « Il l’a adopté ». Il dit encore : « D’Égypte vint l’idée de la trinité divine et un monsieur Morenz a déclaré que la religion Égyptienne faisait de la trinité une possibilité et un devoir pour les théologiens. On réunit donc trois dieux en un seul dont on peut parler au singulier. Mais de cette manière, le courant d’influence Égyptienne est mis en contact direct avec la théologie chrétienne. En Égypte, à la fin du troisième et du quatrième siècle, les Ecclésiastiques d’Alexandrie, tel Athanase, transmirent cette influence par les idées qu’ils formulèrent et qui conduisirent à la trinité. Et rappelez-vous du nom d’Athanase parce que le symbole de ce dernier constitue l’une des premières professions de foi touchant la trinité et vous touchant aujourd’hui personnellement. Ces hommes acquirent eux-mêmes une grande notoriété, si bien que Morenz considère que la théologie Alexandrine comme l’intermédiaire entre l’héritage religieux Égyptien et le christianisme. Le mensonge païen a été enchâssé dans le christianisme et la religion Egyptienne venait de l’influence Babylonienne. Ce sont ces choses que nous croyons profondément et malheureusement.

Dans la préface de l’histoire du christianisme, en anglais, d’Edouard Gibbon, nous pouvons lire : « S’il est vrai que le christianisme a triomphé du paganisme, il n’en demeure pas moins que le paganisme a réussi à corrompre les chrétiens, le christianisme ». L’Église de Rome a remplacé le déisme pur des premiers chrétiens par l’incompréhensible dogme de la trinité, pareillement idéalisé par Platon, a été adopté parce que considéré comme digne de foi. La vérité de la Bible a été rejetée en faveur des doctrines païennes considérées digne de foi. Les passages bibliques que je vous ai lus aujourd’hui, dans cette étude, ne sont pas considérés comme dignes de foi à cause des doctrines païennes dans le coeur des gens.

Selon le dictionnaire de la connaissance religieuse, en anglais, beaucoup de gens disent que la trinité est un enseignement corrompu emprunté des religions païennes et greffé sur la foi chrétienne. Et pour l’ouvrage « Survivance païenne » dans le monde chrétien, la trinité est d’origine entièrement païenne. Et c’est pour cela que James Hastings a déclaré dans l’encyclopédie de la religion et de l’éthique : « Dans la religion Indienne, par exemple, nous rencontrons la trinité Brahma-Shiva et Vishnou. Dans la religion Égyptienne, nous rencontrons la triade Osiris-Isis et Horus. Ce n’est pas seulement dans les religions historiques que nous trouvons l’idée de la trinité. Signalons particulièrement la conception néo-platonicienne de la réalité suprême ou ultime qui est représentée sous une forme triadique. Toutefois, quel rapport tout cela a-t-il avec la Bible ? Platon, la trinité et la Bible ? C’est que les savants païens ont enchâssés toute cette fausseté avec des passages bibliques afin que les gens croient le mensonge et détrônent le Père.

Le nouveau dictionnaire universel de Maurice Lachâtre, dit de l’influence exercée par Platon : « La trinité platonicienne, qui ne fut elle-même au fond qu’une sorte d’arrangement, de disposition nouvelle des trinités plus anciennes des peuples qui avaient précédé, nous paraît bien être la trinité philosophique, rationnelle, c’est-à-dire la trinité d’attributs qui a donné naissance à la triplicité d’hypostases ou de personnes divines des églises chrétiennes. Et cette conception de la trinité divine du philosophe grec, se trouve partout dans les anciennes religions païennes.

La nouvelle encyclopédie de la connaissance religieuse, en anglais, de Schaff-Herzog, nous dit : « Les doctrines du logos et de la trinité ont reçu leurs formes à partir des pères Grecs qui étaient directement, ou indirectement, grandement influencés par la philosophie platonicienne. C’est indéniable que cette philosophie a constitué pour l’Église une source d’erreurs et de corruption. La doctrine de la trinité est apparue progressivement et relativement tard. Son origine est totalement étrangère aux écritures juives et chrétiennes. Elle s’est développée et a été introduite dans le christianisme avec le concours des pères platoniciens. C’est la croyance des philosophes païens.

À la fin du troisième siècle, le christianisme et les nouvelles philosophies inspirées du platonisme, étaient inséparablement unis et monsieur Adolf Harnack a écrit, dans son Précis de l’histoire des dogmes, que l’Église s’est trouvée rivée avec des chaînes, au sol, dans la pensée de l’hellénisme, la pensée Grecque païenne.

La trinité n’est pas une doctrine enseignée par le Messie et ses apôtres. C’est une fiction due à l’école des platoniciens tardifs.

1 Jean 2 :18-19 : « Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un Antéchrist vient, il y a maintenant (il y a près de 2000 ans, il y avait déjà) plusieurs antéchrist (c’était des gens qui voulaient diriger l’Église de façon païenne) : par là nous connaissons que c’est la dernière heure. Ils sont sortis du milieu de nous (aujourd’hui, ils dominent dans l’Église)… ». L’apôtre Jean témoignait que ces personnes qu’il appelait « des antéchrists » car les gens n’enseignent pas qui est le Père, qui est le Fils et ce qu’est la piété selon la Thora. Ils enseignent ces choses selon la philosophie et les oracles païens. Les antéchrists étaient déjà là il y a près de 2000 ans, comme je l’ai dit. Ils posaient la base de la chrétienté que nous connaissons aujourd’hui. Et voilà pourquoi, ceux qui se disent « chrétiens » ont tellement de difficultés à accepter la vérité, la vérité biblique. Leur combat est énorme ! Ils ont mis leur foi dans ces choses. Ils ont pris le mensonge pour vérité et la vérité pour mensonge. Et satan est derrière toutes ces choses-là. Et ces hommes attendent un antéchrist mais il est déjà sous leurs yeux depuis longtemps, un clergé païen. Le clergé qui enseigne et fait bouger les foules est instauré depuis des siècles. Les premiers apôtres en voyaient la « tête », nous en voyons aujourd’hui « un corps » très puissant instauré partout. Et ces antéchrists tordent la Bible pour dénier la vérité. Puissiez-vous vous repentir de ces choses. Et je ne dis pas que vous ne verrez pas « un antéchrist » puissant à la fin des temps. Mais je dis que déjà, ses ouailles sont là et son clergé est là. Ils enseignent le mensonge païen.

L’empereur Théodose, autre empereur Romain, a imposé, dans le concile de Constantinople, son idée. Un empereur n’est pas un homme d’Elohim, ce n’est pas un homme saint. Tout était choses païennes et choses politiques et il a imposé la trinité au concile de Constantinople en 381 et ce concile, a placé l’Esprit Saint sur le même plan qu’Elohim et le Messie. La trinité, telle qu’elle est enseigné par la chrétienté, faisait son apparition vraiment à ce moment-là. Cependant, même après le concile de Constantinople, ce n’est pas tout le monde qui a accepté la trinité. Il y a de nombreuses personnes qui se sont opposées et elles ont subi de violentes persécutions pour cela. Il a fallu attendre des siècles pour que la trinité reçoive une formulation précise à travers des symboles ou des credos.  L’Encyclopédie Américaine fait remarquer, à ce sujet là, que l’idée trinitaire atteignit son plein développement au moyen-âge en Occident, lorsque la scholastique entreprit l’explication par la philosophie et la psychologie. On peut voir que ce sont eux qui ont poussés cette fausse science dans l’Église et elle est devenue une forteresse imprenable et je prie que le Maître d’Elohim vous ouvre le coeur.

Il n’y avait pas seulement Michel Servet qui comprenait ces choses, comme je vous le disais. Plusieurs autres personnes qui n’étaient pas instruites et certaines autres instruites, comme Isaac Newton qui a été l’un des plus grands hommes de science de tous les temps, il a réfuté la trinité dans ses écrits. Il a été parfois considéré comme un socinien. Il y a eu monsieur Joseph Priestley qui était un chimiste célèbre, qui a découvert l’oxygène, il a aussi été clamé comme socinien. John Milton, un grand poète, a rejeté aussi la trinité. Et Voltaire, tout le monde connaît Voltaire : il a trouvé amusant que Luther, Calvin, Zwingli, dont les écrits pour lui étaient « illisibles », aient convaincu une grande partie de l’Europe. Il dit alors que les plus grands philosophes et les meilleurs écrivains de leur temps, tel Newton et les autres sociniens, n’avaient fait que quelques adeptes déjà prêts à disparaître. On le constate, c’est que seul un petit nombre s’attache à la vérité et à la Parole.

Je vous ai parlé d’Athanase, son symbole. C’est une des premières vraies professions de foi qui a touché la trinité. Elle est écrite ainsi : « Du Père, du Fils et du Saint-Esprit, une est la divinité, égale la gloire coéternelle et la majesté. (…) Semblablement, tout-puissant le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit ». Il dit : « Dieu est le Père; Dieu, le Fils; Dieu, le Saint-Esprit : il n’y a pas trois Dieux, mais un seul Dieu. (…) Et dans cette trinité, rien n’est premier ou dernier, rien n’est plus grand ou plus petit; mais toutes les trois personnes sont coéternelles et coégales ». Retenez, car c’est ce sur quoi est basée la pensée de la trinité et ces paroles païennes philosophiques ont plus de poids aujourd’hui sur la majorité chrétienne que la Parole de la Bible à ce sujet.

Monsieur Martin Warner qui enseigne à l’Université de Bernes en Suisse, a fait cette remarque : « Quel que soit l’endroit du Nouveau Testament ou la relation de Jésus à Dieu, le Père, est examinée que ce soit en rapport avec sa venue en tant qu’homme ou avec son identité messianique, elle est envisagée comme une subordination et elle est représentée catégoriquement comme telle ». De toute évidence, ce à quoi Yeshua et les premiers chrétiens croyaient n’a rien à voir avec la trinité enseignée par les églises aujourd’hui.

Colossiens 2 :8 : « Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde (le paganisme), et non sur le Messie ». Le Messie était Juif et il rejetait toute l’impiété de ce monde pour marcher dans la piété biblique. Non seulement la majorité de l’Église a été la proie du paganisme, des philosophes et de leurs vaines tromperies, mais ses idolâtries sont tellement ancrées dans le coeur de la majorité chrétienne qu’ils en sont les ardents défenseurs.

Apocalyspe 1 :1 : « Révélation du Messie Yeshua, qu’Elohim lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean… ». Le Messie a reçu la révélation du Père. Le Père lui a donnée, donc il ne l’avait pas auparavant, du moins, pas aussi clairement.

1 Timothée 2 :5 : « Car il y a un seul Elohim, et aussi un seul médiateur entre Elohim et les hommes, le Messie Yeshua homme… ». Yeshua est devenu médiateur entre Elohim et les hommes. Il n’est pas Elohim, le Père, un seul Elohim, un seul médiateur.

Esaïe 52 :13 à 15 : « Voici, mon serviteur prospérera; il montera, il s’élèvera, il s’élèvera bien haut. De même qu’il a été (c’est-à-dire dans sa souffrance) pour plusieurs un sujet d’effroi, tant son visage était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l’homme, de même il sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie; devant lui des rois fermeront la bouche; car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, ils apprendront ce qu’ils n’avaient point entendu ».

Vous voyez dans Esaïe 42 : 1 que le Fils est serviteur du Père : « Voici mon serviteur, que je soutiendrai, mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J’ai mis mon Esprit sur lui… ». Aux versets 6 et 7 : « Moi, l’Éternel, je t’ai appelé pour le salut, et je te prendrai par la main, je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple, pour être la lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de prison le captif, et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres ». Le Père a pris le Fils par la main, il l’a établi pour une alliance. Le Fils est serviteur et il ne peut pas faire cela avec le Père. Comprenez ! Il n’y a pas d’égalité. Un serviteur, un élu, en qui le Père a mis son Esprit.

Actes 4 :27 : « En effet, contre ton saint serviteur Yeshua, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d’Israël… ». Celui que la Bible dit « saint », celui qui ne transgresse pas la loi qu’a établi Elohim, le Père, et Yeshua est soumis à ces lois et la Bible révèle qu’il est le serviteur du Père. Il est aussi son Fils. Et la Bible révèle que le Père Créateur a oint Yeshua, son Fils. Le Père a donc plus d’onction que le Fils, comme je le disais, car c’est celui qui a le plus d’onction qui oint l’autre.

Actes 3 :13 : « L’Elohim d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, l’Elohim de nos pères, a glorifié son serviteur Yeshua… ». Oui, Yeshua a été glorifié, le serviteur d’Elohim.

Actes 3 :26 : « C’est à vous premièrement qu’Elohim, ayant suscité son serviteur, l’a envoyé pour vous bénir en détournant chacun de vous de ses iniquités ». Le Père a envoyé son serviteur, Yeshua, pour nous bénir. Mais que fait cette bénédiction ? Elle donne la véritable repentance en détournant chacun de nous des offenses à la loi d’Elohim.

Matthieu 12 :18 : « Voici mon serviteur que j’ai choisi, mon bien-aimé en qui mon âme a pris plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui et il annoncera la justice aux nations ». Vous voyez ici que le Nouveau Testament proclame la même chose que l’Ancien Testament et le Messie n’en est pas insulté, au contraire ! Il se voit honoré par le Père ! Ce sont nos religions dites chrétiennes qui sont insultées par ces paroles bibliques. Nous voyons que le Messie Yeshua est carrément appelé « serviteur d’Elohim », son Père. Que celui-ci, le Père, l’a choisi. Le Père dit : « Je mettrai mon Esprit sur lui » et on peut voir une onction spéciale pour le serviteur d’Elohim, notre Messie.

Combien le concept païen de la trinité est loin de la vérité. Non seulement ce mensonge de religion païenne déforme l’image de la conception divine que révèle la Bible. Il enlève au croyant l’autorité du Père. C’est un enseignement de démon pour tordre la Parole d’Elohim et permettre toutes sortes d’autres concepts erronés de s’y rattacher. Puisqu’on enlève l’autorité du Père, on enlève l’autorité de la Bible et on permet à toutes sortes de choses païennes de s’attacher à nos croyances. Mais vous qui avez entendu ceci, ne vous détournez pas de la vérité, quoiqu’il en coûte. Car à cause du mensonge des religions païennes, l’hérésie coule dans les centres chrétiens et la vérité est appelée mensonge tandis que le mensonge est appelé vérité. Et, à cause de la fausse science profane, la majorité de l’Église s’est détournée de la foi et ils traiteront d’hérétiques ceux enseignent la vérité. Mais tout cela est biblique.

Matthieu 5 :10 à 15 : « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux!  Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi.  Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous (car les vrais prophètes de la Bible soutenaient la vérité). Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.  Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. »

Pour la majorité, le sel, c’est-à-dire la Parole Biblique, a perdu sa saveur. Mais vous qui goûtez maintenant la vraie saveur de ce sel, puissiez-vous être parmi les heureux qui porteront la lumière afin qu’elle luise devant les hommes. Nous voyons dans Apocalypse 2 :20 qu’une Église est un chandelier. Les vierges folles font parties d’une Église où la lumière de la Parole d’Elohim ne brille pas sur leur chandelier. Puissiez-vous faire partie des vierges sages qui, à grand prix, que sont outrages et persécutions, paient afin de tenir allumée la lampe de la vérité sur leur chandelier.

Les commentaires sont fermés.