Écrit : Galates

GALATES

Pour bien comprendre le sujet que Paul développe dans ce Livre et éviter se perdre en conclusions hâtives et erronées, j’établis ici des bases importantes sur les croyances de Paul et de la première Église.

1. Paul croyait que les « oracles de Dieu » sont confiés aux Juifs (Rm 3:1-2). Ces oracles comprennent les dix commandements, le calendrier divin et le culte biblique qu’enseigne la Parole de Dieu. Paul et les premiers croyants, juifs messianiques, observaient sabbats et fêtes bibliques et Paul les donnait en référence parmi les Églises constituées principalement de païens convertis (Ac 2:1; 12:3-4; 18:21; 20:16; 27:9; 1 Co 11:2-26).

2. Le Messie affirme que les païens ne savent pas ce qu’ils adorent. Leur pensée, leur philosophie, leur tradition, leur culte sont à bannir pour les chrétiens. Yéshoua révèle que pour être un adorateur conforme à la volonté de Dieu nous devons adorer en Esprit et en Vérité. Il affirme que le salut vient des Juifs (Jn 4:22-24). Nous devons nous soumettre aux oracles de Dieu qui leur ont été confiés. Comprenez bien : je n’ai pas dit se soumettre aux Juifs, aux traditions de leurs pères, mais bien à la volonté de Dieu : elle ne provient pas des oracles païens! : « Alors Jésus, parlant à la foule et à SES DISCIPLES, dit : Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire (les enseignements) de Moïse. Faites donc ET observez tout ce qu’ils vous disent; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent et ne font pas.» Mt 23:1-3

3. La première Église, juive messianique, était le modèle de référence pour les païens qui se retiraient du paganisme. Paul louait les Thessaloniciens en ce sens (1 Thes 2:14).

4. Paul n’acceptait pas le péché dans l’Église : «pêcherions-nous?… Loin de là! » (Rm 6:1-2,12, 15-17)

5. Selon l’Ancien et le Nouveau Testament : « le péché est la transgression de la loi » (1 Jn 3:4). Le critère pour établir ce qu’est le péché ne repose pas sur la morale, la philosophie et les traditions de ce monde qui ont plutôt tendance, au contraire, à le couvrir et l’excuser allant même jusqu’à le justifier, mais la lumière vient de la Parole de Dieu qui est la vérité (Jn 17:17). L’unique standard acceptable permettant de reconnaître ce qui est péché est la Loi divine, biblique. Celui qui « connaît Sa volonté » est « instruit par la loi » (Rm 2:18). Car il y a « dans la loi la règle de la science et de la vérité. » (Rm 2:20)

6. Prenez garde, cependant, car LA LOI qui domine la chair, LA LOI relative au Temple, LA LOI relative aux sacrifices et LA LOI relative aux traditions des pères (Juifs) est souvent « LA LOI » que rejette l’apôtre Paul en butte à des Juifs messianiques, des faux frères, transformant l’odeur, l’essence même de l’Évangile, en une religion fallacieuse.

7. La Loi (les dix commandements) nous a conduits au Messie. Si nous n’avions pas connu la loi qui nous enseigne à distinguer le bon du mauvais selon notre Dieu Créateur nous n’aurions pas été convaincus de pécher donc d’avoir besoin du Messie.

***

Après les salutations d’usage Paul soulève le sujet dominant qui pose problème aux Galates : « JE M’ÉTONNE QUE VOUS VOUS DÉTOURNIEZ si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce du Messie POUR PASSER À UN AUTRE ÉVANGILE. » Gal 1:6 « Il y a des gens qui vous troublent et qui veulent altérer (renverser) l’Évangile du Messie. » Gal 1:7

a) Parmi les PAÏENS MESSIANIQUES, l’Évangile était en confrontation avec les « FAUX FRÈRES PAÏENS » soutenant le PAGANISME qui, prenant une tournure et des noms aux consonances chrétiennes transformaient culte et vérité en voie de mensonges sous un manteau religieux.

b) Parmi les JUIFS MESSIANIQUES, l’Évangile était en confrontation avec « LES FAUX FRÈRES JUIFS » selon qui plusieurs idolâtries, vénérations bien humaines des hommes, de leur propre nation, des lieux, de divers objets ainsi que de la loi du judaïsme, étaient nécessaires au salut. C’était un péché qui échappait au besoin de repentance pour plusieurs Juifs messianiques. Leur vision était contraire au besoin de l’amour qu’exigeait l’Évangile. La situation était au point ou même les premiers apôtres, Juifs messianiques, avaient un problème à reconnaître les Gentils comme égaux et participants de la même grâce par la croix du Messie.

Dieu, par l’entremise de son serviteur l’apôtre Paul, reprit sévèrement les dirigeants de l’Église. Il voulut les éclairer et puisse-t-Il vous éclairer aussi. Le sujet est important : Paul enseignait les voies de Dieu aux païens messianiques. Ce chemin est pour nous!

Comme la situation est ironique : les premiers dirigeants, Juifs messianiques, ne voyaient et n’acceptaient pas, dans une certaine mesure, l’œuvre de Dieu parmi les païens tandis qu’aujourd’hui, les dirigeants de l’Église, païens messianiques, ne voient pas et n’acceptent pas l’œuvre que Dieu fait, présentement, parmi les Juifs messianiques (gardiens du cycle cultuel). Personne ne semble avoir la vision de l’apôtre Paul qui nous permettrait d’avancer comme adorateurs en Esprit et en Vérité et de reprendre avantage sur Satan qui, en ayant fait tomber la majorité de l’Église dans le péché, a brisé sa force en la conduisant dans une fausse piété (2 Tim 3:5). Satan a bâti des murs de divisions entre les croyants.

« Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure : si quelqu’un vous annonce un évangile s’écartant de celui que vous avez reçu qu’il soit anathème! » (Gal 1:9). Le sujet est sérieux et sans équivoque.

De faux frères parmi les Juifs enseignaient un autre évangile. « Mais Tite, qui était avec moi, ET QUI ÉTAIT GREC, ne fut même pas CONTRAINT DE SE FAIRE CIRCONCIRE. Et cela à cause DES FAUX FRÈRES QUI S’ÉTAIENT SECRÈTEMENT INTRODUITS et glissés PARMI NOUS, pour épier la liberté que nous avons, dans le Messie Yéshoua, avec L’INTENTION DE NOUS ASSERVIR. » (Gal 2:3-4)

Les personnes qui mélangeaient le vrai culte, biblique, la vraie soumission requise par Dieu, avec les traditions humaines et les coutumes relatives à la société juive, étaient là. « Nous résistâmes à leurs exigences… » (Gal 2:5) dit Paul.

Certaines traditions, non bibliques, sont faciles à mettre à jour pour le cœur honnête, mais des coutumes comme la circoncision, qui est biblique, était un sujet plus discutable. Voyez : les dix commandements, donnés à Moïse afin que les hommes sachent comment honorer leur Dieu Créateur (en suivant les quatre premiers commandements) et comment respecter et aimer son prochain comme soi-même (à la base, les six derniers commandements) ne comprennent pas la circoncision physique. Symbole important de la circoncision du cœur (même le Seigneur fut circoncis physiquement) elle était indispensable, physiquement, pour entrer dans le temple physique à Jérusalem comme elle est indispensable spirituellement dans le cœur des chrétiens.

Paul réussit à faire reconnaître aux dirigeants de l’Église juive messianique, biens des années après que son propre ministère eu commencé et qu’il ait lui-même mis en pratique ce que l’Esprit lui inspirait sur le sujet, que la circoncision physique n’était pas obligatoire pour les païens messianiques. Lorsque Paul reçut son ministère du Seigneur (Gal 1:16-17) il mit trois ans avant de se décider à rencontrer, pendant seulement 15 jours, Céphas et Jacques. Quatorze ans plus tard il monta de nouveau à Jérusalem : « Et ce fut d’après une révélation que j’y montai. JE LEUR EXPOSAI L’ÉVANGILE QUE JE PRÊCHE PARMI LES PAÏENS. » (Gal 2:2) Paul a été inspiré par le Seigneur au sujet de la circoncision : être ou ne pas être circoncis physiquement n’était pas péché. Au contraire, vivre dans le péché était ne pas être circoncis de cœur (Rm 2:25-29). Cependant, l’orgueil des faux frères et leur vision rébarbative au sujet des païens messianiques, qu’ils ne voulaient pas accepter comme ayant part et faisant partie de la même grâce que les Juifs par le Messie Yéshoua et la croix qui les réunissait, teintaient l’Église juive messianique et ses dirigeants.

Voilà pourquoi : « lorsque CÉPHAS VINT À ANTIOCHE JE LUI RÉSISTAI EN FACE, PARCE QU’IL ÉTAIT RÉPRÉHENSIBLE » dit Paul. (Gal 2:11)

« EN EFFET, AVANT L’ARRIVÉE DE QUELQUES PERSONNES DE L’ENTOURAGE DE JACQUES, IL (PIERRE) MANGEAIT AVEC LES PAÏENS, ET QUAND ELLES FURENT VENUES, IL S’ESQUIVA ET SE TINT À L’ÉCART, PAR CRAINTE DES CIRCONCIS. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de DISSIMULATION, en sorte QUE BARNABAS MÊME FUT ENTRAÎNÉ PAR LEUR HYPOCRISIE. » Gal 2:12-13. L’influence de Pierre, impressionnant personnage ayant vécu, pour un laps de temps, avec le Seigneur, était telle que Barnabas même, Juif enseigné par Paul, rejeta l’enseignement et l’exemple de l’apôtre Paul afin de se rapprocher des dirigeants de l’Église de Jérusalem en se soumettant aux traditions juives qui rejettent les incirconcis.

Ce n’est pas sans raison que Paul, au début de sa lettre aux Galates, écrit : « Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. » (Gal 1:10). Paul, dans sa lettre aux Galates, met en lumière le problème de l’Église juive : Pierre cherchait la faveur des Juifs au détriment de l’église constituée d’anciens païens. Dieu donna le mandat à Paul de redresser ce qui était tordu dans ce domaine.

Les Juifs se considéraient comme le peuple élu. Avec raison dans un sens, car ils possédaient les patriarches et les promesses de Dieu mais les Juifs messianiques devaient comprendre que les promesses faites aux patriarches s’étendaient maintenant à tous les convertis. Cependant, les seuls païens qui changeaient de statut, aux yeux des Juifs, étaient les prosélytes qui s’étaient fait circoncire. Selon la tradition on ne devait pas manger avec des incirconcis. C’est par révélation (Éph 3:3) que Paul connut que les païens et les Juifs étaient « un seul corps (Éph 4:4) un seul Esprit appelés à une seule espérance; ayant un seul Dieu et Père de tous (4:5). Dieu a voulu réconcilier, par la croix, le Juif et le païen (Éph 2 :16). Paul avait pour mandat de les édifier « sur le fondement des apôtres et des prophètes. » (Éph 2:20).

C’était sans équivoque pour Paul et il exposa clairement l’Évangile qu’il prêchait parmi les païens aux apôtres à Jérusalem.

« Et AYANT RECONNU LA GRÂCE QUI M’AVAIT ÉTÉ ACCORDÉE, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, ME DONNÈRENT, à moi et à Barnabas, LA MAIN D’ASSOCIATION… » (Gal 2:9). Cette main d’association devait sceller l’union entre les Juifs et les païens messianiques : une reconnaissance de l’œuvre de Dieu au sein des païens par le ministère de Paul.

Cependant, le Dieu Tout-Puissant, dans sa grande science, connaissait que, malgré leur bonne volonté, les premiers apôtres étaient liés par leurs préjugés vis-à-vis les païens incirconcis. Ainsi les premiers apôtres ne pouvaient-ils voir vraiment le lien établi par Dieu entre Juifs et païens. Ils ne saisissaient pas non plus l’ampleur de la révélation que Dieu avait accordée à Paul. Sans qu’ils en soient réellement conscients, à cause de leur bagage depuis leur jeunesse, les premiers apôtres gardaient une vision étroite et réagissaient avec condescendance vis-à-vis les incirconcis. Dieu perça cet abcès et, de façon douloureuse car humiliante, Pierre apprit une importante leçon. Lui qui donna la main d’association à l’apôtre Paul acceptait donc les incirconcis dans l’Église. Lui qui s’efforça de « manger avec les païens, « de faire comme eux; s’esquiva et agit avec hypocrisie (n’oubliez pas : c’est l’apôtre Paul qui dévoile ce péché; l’hypocrisie est un faux témoignage à son prochain) par crainte du jugement des circoncis en provenance de Jérusalem.

« Voyant qu’il ne marchait pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous : si toi qui est Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs… » (Gal 2:14). Paul rappelle à Pierre l’association et les repas pris avec les incirconcis puis il met en lumière que l’action de l’apôtre Pierre tend à la confusion pour les païens messianiques et les humilie face à ce haut dirigeant de l’Église, ce haut dirigeant circoncis incapable de partager la maison et les repas des incirconcis même s’ils ont le même Seigneur. Les païens messianiques le constate : s’ils veulent être acceptés de Pierre, et des apôtres Juifs de Jérusalem, ils n’ont pas d’autre choix que de se faire circoncire pour faire partie, enfin, de cette Église qui appartient au Seigneur.

L’apôtre Paul, devant l’action et la réaction des Juifs et des païens messianiques, défend énergiquement la vérité que lui a révélé le Seigneur. Il dit donc à Pierre : « Pourquoi forces-tu les païens à judaïser? » Gal 2:14 (fin). Autrement dit : « Pourquoi les forces-tu à se faire circoncire pour être accepter de toi? »

Ne perdez pas de vue l’idée de l’apôtre Paul. Depuis le début de sa lettre aux Galates; il parle de judaïsme, les traditions des pères et la circoncision sont inclues dans le « judaïsme »; lorsqu’il parle de « la loi », ici, il témoigne de ce judaïsme par lequel les Juifs croient devoir vivre pour obtenir le salut et que même les Juifs messianiques (à un moindre niveau je l’admet) croient devoir suivre (à preuve : leurs refus de manger avec les incirconcis).

Gardez bien à l’esprit que Paul n’enseigne pas que nous pouvons péché : enfreindre la loi. Ce n’est pas ici le propos de l’apôtre Paul. Aussi écrit-il : « Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par le Messie, SI NOUS ÉTIONS AUSSI NOUS MÊME TROUVÉS PÉCHEURS, LE MESSIE SERAIT-IL UN MINISTRE DU PÉCHÉ? LOIN DE LÀ! » Gal 2:17. Paul explique que le ministère de Dieu ne peut être « trouvé pécheur », loin de là! Si ce ministère est de Dieu il doit vaincre le péché.

« Car si je rebâtis les choses que j’ai détruites (ma vie de péché!), je me constitue moi-même un transgresseur…» Gal 2:18. Lorsque vous apprenez la vérité vous devez vous repentir.

Voilà pourquoi il faut comprendre que les reproches de Paul concernent « la loi » judaïque, qui enferme l’apôtre Pierre et les dirigeants de l’Église juive messianique dans une vision biaisée vis-à-vis les incirconcis messianiques.

Paul se tourne maintenant vers la faiblesse dans les croyances des Galates. Lui-même leur a enseigné la grâce et la vraie repentance aux voies de Dieu. Voilà maintenant qu’ils remettent en question l’enseignement de Paul car ils se sentent obligés de « judaïser » contrairement à ce qu’ils avaient appris de lui.

« Ô Galates, dépourvus de sens ! Qui vous a fascinés»? » Gal 3:1 « Est-ce par les œuvres de la loi (les traditions juives, la circoncision) que vous avez reçu l’Esprit ou par la prédication de la foi? » Gal 3:2. Par la foi dans le Messie ils reçurent l’Esprit qui a mis les lois de Dieu dans leur cœur et leur esprit (Hé 8:10; 10:16)

« Êtes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit (qui nous éloigne du péché) voulez-vous maintenant finir par la chair? (Ici la circoncision et les traditions humaines juives) Gal 3:3.

L’apôtre Paul voulant asseoir solidement que les Gentils seraient justifiés de la même manière que les Juifs expliqua la promesse faite en Abraham : « Toutes les nations seront bénies en toi! » (Gal 3:8).

« Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le Messie Yéshoua; vous tous, qui avez été baptisés dans le Messie, vous avez revêtu le Messie. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes de la descendance d’Abraham, héritiers selon la promesse » Gal 3:26-29.

Maintenant l’apôtre Paul explique comment l’être humain, ignorant de la vérité et de la grâce offerte par le Dieu d’Israël, est comme un enfant « sous L’ESCLAVAGE DES PRINCIPES ÉLÉMENTAIRES DU MONDE. » (Gal 4:3). Paul leur parle maintenant du paganisme : des principes élémentaires du monde reliés à l’alchimie, la magie, l’astrologie, les solstices, les équinoxes, le zodiaque et l’horoscope babylonien qui dominent les pensées et les cultes de ce monde. Soyez-en sûr : nous avons récolté ces principes élémentaires via les jours fériés de Rome et la majorité les vénèrent pour rendre un culte à tous les dieux qu’ils représentent même s’ils ne le savent pas!

Aussi l’apôtre Paul dit-il aux Galates : « Autrefois, NE CONNAISSANT PAS DIEU, VOUS SERVIEZ (PAR UN CULTE) DES DIEUX QUI NE LE SONT PAS DE LEUR NATURE… » Gal 4:8 Paul leur parle de culte. Notez-en l’importance afin de ne pas vous mélanger dans ses propos. Il continue au milieu du verset 9 : « …COMMENT RETOURNEZ-VOUS À CES FAIBLES ET PAUVRES PRINCIPES ÉLÉMENTAIRES AUXQUELS VOUS VOULEZ VOUS ASSERVIR ENCORE? » « ENCORE » nous rappelle que Paul leur parle de ce qu’ils vivaient comme culte avant de connaître Yéshoua et le Dieu d’Israël. Paul met le doigt sur le problème : « VOUS OBSERVEZ LES JOURS, LES MOIS, LES TEMPS ET LES ANNÉES! » Gal 4:10. Paul ne leur dit pas qu’ils sacrifiaient des humains, des enfants à ces dieux mais il leur reproche de les vénérer par un culte même s’ils se disent chrétiens. C’est à ce point important, c’est une telle profanation aux yeux de Dieu, que Paul ajoute : « Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous » Gal 4:11.

Observez « les jours, les mois, les temps et les années » comme culte, pour servir les faux dieux païens, relève de la science et des calendriers païens. Voilà comment, encore aujourd’hui, comme dans l’antiquité, la société dite « chrétienne » soutient et fête les douze jours représentant les douze dieux dominant les douze signes du zodiaque durant le solstice d’hiver (Noël). En ce solstice nous fêtons la naissance du soleil et de plusieurs dieux le 25 décembre dont Mithra et Horus; fêtes que nous cachons allégrement sous le nom de Jésus que, par le fait même, nous profanons (Hé 10:29). Ces idolâtries sont si solidement ancrées dans le cœur des nations que le croyant en Yéshoua (Jésus), Fils du Dieu d’Israël (Dieu qui a enseigné dans sa parole la différence entre la profanation, les cultes païens, et les cultes qui lui sont agréables (Hé 12:28)); le croyant, donc, est rejeté par tous et encore davantage par ceux qui se disent « chrétiens » accomplissant ainsi la parole du Seigneur : « Je vous ai dit ces choses afin qu’elles ne soient pas pour vous une occasion de chute. Ils vous excluront des synagogues (pour les croyants dans le Messie il s’agit ici de leix de cultes chrétiens) et même l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu ». Jn 16:1-2. Aussi Paul dit-il aux Galates après avoir parlé de faux dieux et de cultes idolâtres : « Suis-je devenu votre ennemi en vous disant la vérité? » Gal 4:16

Que ce soit au sujet des « faux frères juifs » ou des gnostiques (prêtres païens prenant le nom de Jésus) Paul proclame: « Le zèle qu’ils ont pour vous n’est pas pur, mais ils veulent vous détacher de nous, afin que vous soyez zélés pour eux. » Gal 4:17

Paul revient à « la loi » avec une question : « Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, ne comprenez-vous point la loi? » Gal 5:21. Gardez bien en tête : Paul ne donne pas la licence de péché (donc briser les dix commandements) aux chrétiens : quelque chose du genre : croyez en Jésus et continuez de pécher. Les démons manifestent ce genre de foi! (Jac 2:19). D’ailleurs, le Seigneur a dit à la femme adultère à laquelle IL VENAIT DE PARDONNER : « VA, ET NE PÈCHE PLUS… CELUI QUI ME SUIT NE MARCHERA PAS DANS LES TÉNÈBRES » Jn 8:11-12. Le Seigneur révèle que le péché est ténèbres et que nous devons marcher dans la lumière.

Vraiment, Paul ne travaille pas contre la pensée de Son Maître : il n’accorde aucunement la licence de péché. Cependant, avant d’expliquer aux Galates le paganisme à éviter, il avait exposé le judaïsme (les traditions des pères) et la circoncision qui y était liée; au bénéfice d’être accepté par les Juifs, d’entrer dans le Temple physique à Jérusalem et d’avoir droit à « la loi » des sacrifices pour le pardon des péchés. Le prépuce, coupé le huitième jour, peut être vu comme un sacrifice aboli par le sacrifice ultime à la croix qui, lui, ouvre la porte du Royaume divin pour ceux qui, repentis, ont le cœur circoncis. La circoncision n’est pas un péché et, pour un Juif, ce serait un scandale de ne pas être circoncis, cependant, la circoncision physique, symbole des chrétiens qui suivent la loi dans leur cœur (Rm 2 :26-29), n’est plus nécessaire : les sacrifices d’animaux, depuis le grand sacrifice de l’Agneau de Dieu, ne sont plus nécessaires. Yéshoua a aboli, dans sa chair sacrifiée, « la loi » des sacrifices d’animaux étant lui-même, bien sûr, l’Agneau sacrifié pour les péchés des Élus de Dieu.

Comprenez! Lorsque Paul parle de liberté c’est bien celle d’avoir trouvé grâce à cause du sacrifice de l’Agneau et de pouvoir obéir au vrai Dieu et non aux dieux de ce monde. Il ne s’agit pas d’avoir, comme les païens sans Dieu et sans loi, le droit de pécher. « Car si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés… » Hé 10:26

Saisissez pourquoi Paul parle de liberté : les Galates sont aux prises avec l’humiliante vision de voir les plus hauts dirigeants de l’Église les mépriser au point de refuser de partager un simple repas avec eux, parce qu’ils sont incirconcis. Paul est outragé et il humilia publiquement l’apôtre Pierre (Gal 2:11,14) afin de réveiller les Juifs messianiques à ce sujet. Il remit les pendules à l’heure pour païens et Juifs messianiques.

« VOICI, MOI PAUL, JE VOUS DIS QUE SI VOUS VOUS FAITES CIRCONCIRE, LE MESSIE NE VOUS SERVIRA DE RIEN. » Gal 5:2 Paul, dans son langage, affirme que les Juifs ne sont pas sauvés par la circoncision et les lois, les traditions humaines, juives, qu’y si rattachent; il note donc que si les païens, qui veulent plaire aux Juifs, se font circoncire, ils devront être soumis au judaïsme dans toutes ses facettes pour leur plaire pleinement et, de ce fait, se fier sur la « tradition des pères » pour les sauver et non sur le Messie en marchant dans l’amour. Voilà pourquoi on peut lire : « tout homme qui se fait circoncire est tenu de suivre la loi tout entière. » (Gal 5:3). N’oubliez pas que Paul parle de la loi qui se rattache à la circoncision car nous sommes toujours tenu de ne pas pécher.

Pour nous, c’est de la foi que nous attendons, par l’Esprit, L’ESPÉRANCE DE LA JUSTICE. » Gal 5:5

« Car, par le Messie Yéshoua, ni la circoncision ni l’incirconcision n’ont de valeur mais seulement la FOI QUI EST AGISSANTE DANS L’AMOUR ». Gal 5:6

Pour comprendre la profondeur des propos de l’apôtre Paul il faut comprendre et appliquer dans nos vies « LES PRINCIPES ÉLÉMENTAIRES DES ORACLES DE DIEU » Hé 5:11-12. Les écrits divins de la Bible, ne vous en déplaise, et aussi choquante que soit cette déclaration, sont scellés pour les païens de la même manière qu’ils le sont pour les Juifs qui refusent Yéshoua (Jésus) comme Messie. Tous deux, païens et Juifs, peuvent lire et étudier la Bible tous les jours : celle-ci ne se révèlera pas à eux. L’Esprit-Saint doit ouvrir notre esprit, nous donner la foi dans les oracles de Dieu. À cause de notre foi en Yéshoua qui « est » la Parole, et qui soutient ses oracles, Il nous donne la force de vaincre le paganisme, dans nos actions et nos pensées, la force de vaincre les traditions humaines, religieuses, souvent idolâtres ne reposant pas sur le fondement, l’obéissance à la Bible, donc, l’obéissance au Seigneur.

Comme je l’ai écrit : la circoncision n’est pas péché et Paul n’entre pas en conflit parce que ses frères Juifs se font circoncire, il a lui-même circoncis Timothée durant son ministère (Ac 16:3), il lui a cependant été révélé qu’elle n’est pas nécessaire aux païens et au salut. Paul reçut beaucoup d’opposition de la part des Juifs à cause de cette affirmation. Aussi écrit-il : « Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision (pour les Juifs) pourquoi suis-je encore persécuté? » Gal 5:11

« Frères, vous avez été appelés à la liberté (ce n’est pas, ici, la liberté de péché mais bien d’être délivré du joug des religions humaines avec cultes et pensées non bibliques ainsi que d’avoir droit à l’arbre de vie). Voilà pourquoi Paul continue : « …seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair.. » Gal 5:13

« LA CHAIR EST INIMITIÉ CONTRE DIEU PARCE QU’ELLE NE SE SOUMET PAS À LA LOI DE DIEU et qu’elle ne le peut même pas. Or, ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu (parce qu’ils continuent à pécher!). » Ro 8:7

L’apôtre Paul ferme maintenant la lettre aux Galates comme il l’a commencé : en parlant des païens convertis qui se sentent obligés, à cause de la réaction des Juifs messianiques ou non, de se faire circoncire et, par le fait même, rechercher « la faveur des hommes et non celle de Dieu ». Les faux frères qui ne veulent pas être persécutés par les autres Juifs et, afin d’être justifiés et glorifiés aux yeux de ceux-ci, imposent le judaïsme et la circoncision aux païens messianiques. Ils veulent se rendre agréables selon la chair : la chair recherche la gloire des hommes.

« Tous ceux qui veulent se rendre agréables selon la chair vous contraignent à vous faire circoncire, UNIQUEMENT AFIN DE NE PAS ÊTRE PERSÉCUTÉS pour la croix du Messie (car Paul a eu la révélation que par la croix du Messie Dieu accepte, et veut réunir, les circoncis et les incirconcis) ». Gal 6:12

« CAR CE N’EST RIEN D’ÊTRE CIRCONCIS OU INCIRCONCIS; CE QUI EST QUELQUE CHOSE C’EST D’ÊTRE UNE NOUVELLE CRÉATION. » Gal 6:15 La « nouvelle création » a le cœur circoncis (Rm 2:26-29). « Paix et miséricorde sur tous ceux qui suivront cette règle, et sur l’Israël de Dieu (les élus au milieu des Juifs comme des païens) Gal 6:16

« Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur le Messie Yéshoua, qui s’est donné lui-même pour nos péchés, AFIN DE NOUS ARRACHER DU PRÉSENT SIÈCLE MAUVAIS, selon la volonté de notre Dieu et Père… » Gal 1:3-4

Le judaïsme, les traditions des pères, imposent des décrets humains, provenant, le plus souvent, d’un livre que les Juifs religieux vénèrent : le Talmud. Des ordonnances oppressives et rigoristes lient la marche du croyant non messianique, le Juif orthodoxe, qui cherche à mettre le croyant messianique sous ce joug. Paul, éclairé par la Parole au sujet de la profanation cherchait à protéger les païens messianiques des pièges du paganisme. Dieu éclairait Paul au sujet du légalisme du judaïsme : « Vous avez su, en effet, qu’elle était autrefois ma conduite dans le judaïsme… étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. » Gal 1:13-14

La voie de Dieu n’est pas le judaïsme et encore moins le paganisme. Puisse le message de Paul aux Galates ouvrir vos yeux. La volonté du Père dans les cieux est écrite dans la Parole et ceux qui l’entendent et qui préfèrent la philosophie, les traditions et les cultes de ce monde n’entreront pas dans le Royaume de Dieu : c’est le monde de l’iniquité (Mt 7:21).

« Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? N’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » Mt 7:22-23 L’iniquité est la traduction de l’hébreux « awon » : offense à la loi de Dieu.

L’Évangile qu’enseignait Paul ne recelait aucun pharisaïsme ou paganisme; il n’y avait pas non plus d’iniquité!

« Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement… pour passer à un autre évangile. » Gal 1:16

Déjà, il y a près deux mille ans, d’autres « écoles de pensées » bâtissaient des théologies savantes pour voiler les yeux de ceux qui veulent sonder les Écritures. Ils s’élevaient en prenant le nom de Jésus avec une forme de piété non biblique. Cette chrétienté diluée et sans vie forme le corps majoritaire de nos églises aujourd’hui. Cela fut révélé à l’apôtre Paul : « Sache que dans les derniers jours il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent (ils travaillent pour un salaire leur faisant renié la vérité)… AYANT L’APPARENCE DE LA PIÉTÉ, MAIS RENIANT CE QUI EN FAIT LA FORCE… apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité… ces hommes s’opposent à la vérité étant corrompus d’entendement… » 2 Tim 3:1-2, 5, 7-8

« …RÉPROUVÉS EN CE QUI CONCERNE LA FOI » 2 Tim 3:8(fin).

Car « la foi vient de ce qu’on entend » et si votre foi n’est bâtie que sur le « pharisaïsme » ou le « paganisme » elle est sans force et vaine. La majorité des pasteurs (ou apôtres comme plusieurs aiment se nommer) sont égarés dans la foi et ils égarent les autres. Ils deviennent très désobligeants et s’appuient sur le mensonge des « oracles païens » si quelqu’un les confronte avec la vérité des « oracles bibliques ». Mais ceux qui sont appelés et qui vivent selon la vérité savent : « Tous ceux qui veulent vivre pieusement (leur culte et leur amour selon la Bible) seront persécutés. » 2 Tim 3:12-13

Et Paul de parler de la vraie foi de Timothée qui est appuyée « dès son enfance… sur les saintes lettres (i.e. la Bible) » 2 Tim 3:15

Souvent la vérité fait mal à entendre, mais elle amène une repentance salutaire pour les appelés dont le cœur est honnête.

Si vos fêtes de cultes ne se retrouvent pas dans la Bible (autrement que pour être condamnées) mais se retrouvent dans les livres antiques païens, que les prêtres de Babylone, d’Égypte, de Grèce, de Rome, ect… et que les druides celtiques vénéraient, et enseignaient, c’est qu’elles n’ont de « chrétien » que le nom. Elles sont abominables aux yeux de Dieu (selon la Bible!) et sont, donc, une « abomination de la désolation » dans le Temple de Dieu (qui est l’Église; 2 Cor 6:16; 1 Ti 3:15). Si vous étudiez les cultes de Baal vous observerez que toutes leurs dates de cultes, provenant de Babylone, ont été récupérées par la Rome catholique et soutenues par la majorité dite « chrétienne ». Si quelqu’un parle de ces choses, il risque d’être traité d’hérétique : ceux qui se complaisent dans le mensonge se choquent face à la vérité. Ils ont gravi des échelons religieux, ont beaucoup investi et ont beaucoup à perdre en terme de statut.

« Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine… » 2 Tim 4:3. Ce temps est arrivé depuis longtemps!

« …mais ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables… » Ils ne désiraient pas la vérité ni abolir leur ancien culte, mais bien entendre des savants, prêtres païens, amalgamer la Bible et le nom du Seigneur, à leur philosophie, leurs traditions et leurs cultes aux solstices, aux équinoxes et au zodiaque selon l’horoscope et le calendrier païen. C’est ce que nous avons récolté comme religion et ce que la majorité, sociale et religieuse, protège aujourd’hui.

« …ils se donneront une foule de docteurs (prêtres, pasteurs, apôtres,ect…) selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité (la vérité est biblique) et se tourneront vers les mythes (la mythologie provenant des oracles païens). 2 Tim 4:3-4

La chair amène à vivre selon une loi que seul le chrétien, par la puissance de l’Esprit Saint, peut vaincre (il en a, d’ailleurs, le devoir). Galalates 5:19-21 nous révèle les fruits du péché de ceux qui se laissent guider par cette loi : la débauche, l’impureté, le dérèglement, L’IDOLÂTRIE (voilà pourquoi les cultes idolâtres du passé vivent et sont protégés dans la société comme dans la plupart des assemblées dites “chrétiennes”) LA MAGIE (voilà pourquoi l’horoscope babylonien et les calendriers païens se portent si bien), les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table et les choses semblables, je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. »

« Marchez selon l’Esprit et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair… si vous êtes conduits par l’Esprit vous n’êtes point sous la loi. » Gal 5:16,18. Si vous marchez selon l’Esprit VOUS N’ÊTES POINT SOUS LA LOI DES DÉSIRS DE LA CHAIR!   Bien cette affirmation peut vous semblez infondé elle s’appuit sur des bases solides (voir « l’affection de la chair et l’affection de l’Esprit »).

Et, j’espère de tout mon cœur que, si ce n’est déjà le cas, vous marchiez en nouveauté de vie, selon l’Évangile qu’annonçait Paul et que vous vous arrachiez de la majorité « séduite » qui est « passée à un autre évangile ». Les fondements mêmes de la vie, offerte par le Messie, dont témoignent les premiers apôtres, doivent constituer les bases sur lesquelles se construit votre maison spirituelle.

***

Les commentaires sont fermés.